NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Elections en Centrafrique : l'UA souligne des conditions favorables pour un scrutin sécurisé et apaisé

Par Journaldebangui.com, source AFP - 29/12/2015

Les conditions sont favorables pour la tenue dans un climat sécurisé et apaisé, des élections présidentielle et législatives prévues mercredi le 30 décembre, après trois ans de crise et des reports

 

"Toutes les conditions sont réunies pour que ces élections se tiennent sous les meilleurs auspices", a souligné le juriste interrogé sur l'appréciation du niveau d'organisation de ce double scrutin initialement programmé dimanche et reporté à mercredi pour des retards dans les préparatifs liés à la mise en place du matériel électoral et la formation des personnels électoraux, selon les explications officielles.

Ces élections, censées permettre de mettre un terme à trois ans de guerre civile, auraient en principe dû avoir lieu depuis 2014, mais le calendrier n'a de cesse d'être révisé en raison notamment de la persistance des violences dans le pays consécutives à la prise du pouvoir de l'ex-coalition rebelle de la Séléka le 24 mars 2013 au terme de trois mois d'affrontements contre le régime de François Bozizé.

Quelque 1,9 million d'électeurs inscrits devront se rendre aux urnes dans 5.996 bureaux de vote ouverts dans les 16 préfectures de la Centrafrique, dont environ 700 à Bangui, la capitale, pour départager 30 candidats à la présidence et 1.642 autres postulants pour les 140 sièges à pourvoir à l'Assemblée nationale (Parlement), selon les chiffres publiés par l'Autorité nationale des élections (ANE).

Un stock de 400.000 bulletins de vote a été réimprimé à Cotonou (Bénin) et devait être réceptionné lundi dans la nuit à Bangui, pour être acheminé dans les 140 circonscriptions électorales dénombrées dans le pays dès mardi 29 décembre.

Ce rendez-vous intervient après la tenue d'un référendum constitutionnel pour l'adoption d'une nouvelle loi fondamentale le 13 décembre, scrutin émaillé de violences meurtrières à Bangui et plusieurs autres villes du pays sous contrôle de mouvements rebelles, dont le Front patriotique pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) de Nourredine Adam, ex-numéro deux de la Séléka.

 


© Droits réservés
Depuis cette date, des efforts ont été accomplis pour faire baisser la tension, à en croire le général Jean Marie Michel Mokoko, représentant spécial de la présidente de la Commission de l'UA en Centrafrique et chef de la mission de l'UA en Afrique centrale.

[i "Le référendum constitutionnel a été un test pour les forces [nationales et internationales] en charge de la sécurisation du territoire. Je puis vous dire que toutes les dispositions possibles ont été prises pour sécuriser les prochaines élections"], a affirmé le haut responsable africain lors d'une conférence de presse lundi soir à Bangui, aux côtés du chef de la mission d'observation électorale de l'UA.

[i "Nourredine Adam, a-t-il ajouté, a fait une déclaration [de cessez-le-feu total]. Il ne l'a pas fait de gaieté de cœur, il a été soumis à une pression et il est revenu à de meilleurs sentiments"].

Opérationnels depuis septembre 2014 en remplacement des forces africaines de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA), les Casques bleus de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) sont chargés de la sécurisation du vote et des électeurs, en appui des forces centrafricaines, a précisé l'ex-chef du gouvernement sénégalais Ndéné Ndiaye.

"Toutes les autorités que j'ai rencontrées, a-t-il insisté face à la presse, ont espoir que les élections se tiennent sous les meilleurs auspices." Avec d'autres organisations internationales, l'UA déploie une mission d'observation électorale de 40 membres à l'occasion de ces consultations populaires.

Lundi était le dernier jour d'une campagne électorale qualifiée de "molle" par les observateurs. A Bangui, quelques caravanes et de petits meetings populaires ont retenu l'attention, sans soulever l'enthousiasme de la population, de sorte que des appréhensions sont exprimées au sujet du niveau de participation des électeurs au vote.

Lors du référendum, cette participation avait été faible : 26% à Bangui et 33% sur l'ensemble du territoire, selon les chiffres officiels publiés par la Cour constitutionnelle centrafricaine, à qui revient le rôle de la proclamation des résultats définitifs des élections.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués