CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE   |     ARTS  |    

"Tempête sur Bangui": chronique en dessins du chaos centrafricain

Par Journaldebangui.com, source AFP - 29/12/2015

Dans l'album de BD "Tempête sur Bangui", le dessinateur centrafricain Didier Kassai décrit sa terreur et celle de ses compatriotes pendant la prise du pouvoir de la Séléka

 

D'une très grande fidélité factuelle, et d'une belle facture artistique, "Tempête sur Bangui", qui vient de paraître, retrace la dévastatrice marche de la rébellion à dominante musulmane venue du nord pour s'emparer de Bangui, l'écroulement de l'armée centrafricaine et la sauvage domination de la Séléka, qui chasse en mars 2013 le président François Bozizé avant de terroriser les civils, à coup de pillages, viols et meurtres.

L'ouvrage est né en 18 mois, jour après jour, difficulté après difficulté pour l'auteur constamment exposé avec sa famille aux violences qui explosent dans son quartier, Gobongo, du nord de la capitale.

"je ne dessinais jamais dehors"

"Je tenais un carnet de route où je notais les événements. Mais je ne dessinais jamais dehors, c'était trop dangereux, j'attendais de rentrer à la maison", explique l'auteur à la terrasse d'un café d'une capitale maintenant plutôt tranquille, à la veille d'une présidentielle censée en finir avec trois années de grande tourmente.

A l'arrivée de la Séléka, le dessinateur travaillait pour une agence de communication mais l'agence ne peut poursuivre ses activités. Il se retrouve sans emploi avec quatre enfants à nourrir. "Et commencent des nuits blanches, à chasser des cafards": Didier Kassai se représente en teintes blafardes, l'air hagard, à ne pouvoir fermer l'oeil de la nuit.

La terrible crise centrafricaine sera une période très dure pour lui mais aussi le moment où l'artiste trouve la force, comme un exutoire à l'horreur, de chroniquer sa vie et celle de ses compatriotes. "Je prenais les infos dans la rue, à travers la radio, je notais jour après jour. Ce n'était pas facile, mais je n'avais pas le choix: le dessin, j'en ai besoin pour respirer". Le soir, il n'ose allumer la lumière, de peur de s'exposer aux agresseurs qui rodent dans les quartiers, et travaille à la lueur de son téléphone portable.

 


© Droits réservés
Une maison d'édition française, "La boite à bulles", lui fait confiance, lui "envoie un peu d'argent, un peu de matériel" et il entame ses première planches, qu'il colorise à l'aquarelle. Mais son quartier, Gobongo, dans le nord de Bangui, est aussi un fief des milices chrétiennes anti-balaka formées pour combattre la Séléka.

Un jour de décembre 2013, un convoi de soldats tchadiens de la force africaine d'interposition, souvent considérés comme des soutiens de la Séléka, est attaqué à Gobongo par des anti-balaka. Un soldat est tué et la réponse des Tchadiens est terrible.

Atelier incendié

"Ils tiraient, brûlaient les maisons pour rechercher les miliciens. La mienne a pris feu, et j'ai perdu les 50 premières planches de mon album."

Maison et atelier incendiés, le dessinateur part travailler à l'Alliance Française qui l'accueille dans un petit local. Et il recommence à dessiner et écrire les premières planches incendiées de sa BD, qui paraît en France en octobre. Mais "Tempête sur Bangui" n'est pas disponible en Centrafrique, qui ne compte aucune librairie. D'important frais d'envoi, de lourdes taxes d'importation découragent l'éditeur.

Qu'importe, Didier Kassai, dont le trait "est influencé par l'école franco-belge de la BD", a déjà entamé le deuxième tome, qui débute avec l'arrivée de la force française Sangaris en décembre 2013, venue mettre un terme aux exactions de la Séléka en la chassant du pouvoir.
 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

FEU AU CHAT

Par gerald

03/01/2016 14:55

ton reve utopique ne se realisera jamais ZIGUELE,car les pierres que tu a jetter sur le peuple est retomber sur ta crane.selon les premiers resultats trois candidats sont en tete TOUADERA,DOLEGUELE,ET DESIRE ZANGA,donc mathematiquement tu ne sera jamais le president de la rca.car sur centrafrique-presse info ont ne voit que toi depuis toujours mais tu te crois malin avec tes acolytes,si tu crois que les socialistes en FRANCE te catapulterons par tous les magouilles? ah tout se paye ici bas.LES SELEKA SONT UN MAL NECESSAIRE,voila ton discours sur france24,tu te crois un messi?non merci au peuple te t,avoir mis en touche.MO DO POUROU TI GNAOU,bonne annee mais oublie le tapis rouge.qui seme le vent recolte l,ouragan.ohhhhhhhhh,,ahhhhhhhhh,ihhhhhhhhhh,ouhhhhhhhhhhh.

ZIGUELE KO DIRECT PAR TERRE PAR LES CENTRAFRICAINS

Par NAMFEI TONWENKOY

06/01/2016 18:13

Pas un grand discours,il est MORT POLITIQUEMENT notre SAUVEUR NATIONAL MR MARTIN ZIGUELE,President Fondateur du Transport Aerien" ZIGUELE AIR MAKAKO" le Z.A.M
Dans le ZAM ont est ZEN dit le slogan de la compagnie aerienne de Martin Ziguélé.
Vous imaginez Martin Ziguélé President de la RCA,avec le quintal des OLENGOMAKAKO qu'il exportera en Europe pour soit disant reduire la BALANCE COMMERCIALE CENTRAFRICAINE.
A vous de trouver la reponse mes chers parents Centrafricains.
MEILLEURS VOEUX A VOUS TOUS

CENTRAFRIQUE PRESSE GRIOT DE ZIGUELE

Par NAMFEI TONWENKOY

06/01/2016 18:59

Depuis le debut des élections Centrafricaines le Directeur de la Publication de Centrafrique Presse est devenu le VRAI GRIOT de ZIGULE dont il avait accusé de tous les maux quand celui ci voulait se presenter contre Francois BOZIZE en 2009 au détriment de son oncle le feu Ange Patassé.Une guerre interne au sein du MLPC a été sans merci entre les PATASSISTES et les ZIGUELISTES.Mais apres la mort de Patassé les MALHEUREUX orphelins PATASSISTES se sont précipités pour soutenir la candidature de leur ENNEMI MARTIN ZIGUELE et en tete de tout ce monde, le Directeur de la Publication de Centrafrique Presse.
La vie nous reserve toujours une surprise.En 2013 ce Directeur de la Publication de Centrafrique Presse s'est précipité aupres de DODODJIA pour le poste de CONSEILLER PERSONNEL,disant à tout le monde:"MBI GOYE TI PATA"malheureusement pour lui à son tour DODODJIA a été chassé du pouvoir par les VAILLANTS CENTRAFRICAINS ANTI-BALAKA venus de BOSSANGOA renforcés par la puissance de frappe des jeunes de BOYE-RABE aidés par la France.
Aujourdhui ce Directeur de Centrafrique Presse esperait retrouver son slogan de 2013"MBI GOYE TI PATA"grace à la victoire du Transporteur de OLENGOMAKAKO Martin ZIGUELE mais aux vues des resultats partiels annoncés,c'est la PANIQUE GENERALE au bord du PAQUEBOT MLPC.L'eau commence à envahir le paquebot et c'est le chacun pour soit,sauve qui peut.
Maintenant ce Directeur de la Publication de Centrafrique Presse est devenu MUET,ses yeux tournent dans le vide,il ne sait vers qui tourné pour "MBI GOYE TI PATA".
Son projet,vite régagner la France si c'est l'EX PREMIER ministre de Bozize qui gagne.
NGARAGBA lui tendra la main et bisous pour leur 1ere rencontre.
La suite de mon article apres le 2e tour des élections.
MEILLEURS VOEUX A VOUS TOUS MES PARENTS CENTRAFRICAINS.

ON SOUFFRE ET MEURT ENSEMBLE

NAMFEI TONWENKOY

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués