CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE   |     ARTS  |    

La 22e édition du FESPACO s’ouvre ce samedi 25 février 2011 à Ouaga

Par Ariane Nkoma - 26/02/2011

Jusqu’au 5 mars 2011, 28 pays et 111 films s’affronteront pour l’étalon d’or de Yennenga

 

En ce jour d’ouverture de la 22e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), le Comité national d’organisation met les petites calebasses dans les grandes pour le grand bonheur des amoureux du 7e-Art. Pendant deux semaines, du 26 février au 5 mars 2011, ce sont 12 salles de cinéma répartis dans les différents quartiers de la capitale burkinabè qui accueilleront les cinéphiles. Ceux-ci auront droit au total à 10 500 places pour les projections prévues le matin, l’après-midi et surtout la nuit.

La culture s’impose comme moyen de lutte et de revendication de droits et éveille les consciences collectives. Aussi, la 22ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ne pouvait-il se tenir sans véhiculer la volonté des organisateurs de faire de ce festival un événement culturel phare du continent où la culture jouxte la société africaine et devient vecteur de développement. C’est sur le thème «Cinéma africain et marché» qu’il s’ouvre ce samedi 26 février, proposant aux Burkinabés, invités et cinéphiles de plonger dans le monde du 7ème art. Avec la participation confirmée de 28 pays, 111 films sont prévus en compétition officielle. S’y ajoutent 84 films projetés hors compétition, toutes catégories confondues, à savoir long métrage, court métrage, télé vidéo fiction, série télé vidéo, documentaire, diaspora et les films des écoles africaines de cinéma. Concernant les films inscrits hors compétition, on retrouve les catégories Panorama des cinémas d’Afrique et des Caraïbes, l’Afrique vue par, Films du monde, Séances spéciales et Hommages.

 

Des colloques et des journées d’études sont prévus autour des thèmes génériques dans le but de rechercher des solutions aux problèmes de financement, de production et de diffusion des films sur le continent africain. Un problème souligné maintes fois par le directeur du Fespaco. D’ailleurs, lors de son déplacement à Alger pour le point de presse du Fespaco, il a remis sur le tapis le manque de financement dont souffre cet événement qui pourtant est la vitrine du cinéma africain. Le Fespaco 2011 avait enregistré au 31 octobre 2010, date officielle de clôture des inscriptions, 475 demandes, toutes catégories confondues, alors que les prévisions des organisateurs tournaient autour de 300. Ceci a été considéré comme «un indice du développement de la production cinématographique africaine» et une marque d’intérêt croissant pour le festival. La sélection de la 22ème édition de la Biennale de Ouagadougou propose un regard très large sur l’ensemble du continent avec toutefois une prédominance, parmi les films retenus, du cinéma du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest. Les principaux thèmes traités par les films admis pour cette édition tournent autour de la valorisation de l’histoire et du patrimoine culturel, la démocratie et la bonne gouvernance ainsi que l’immigration.

 


© afribone.com
les étalons de Yennenga
Côté nouveautés, cette édition prévoit la projection en section hors compétition de films produits par quatre écoles africaines de cinéma (Afrique du Sud, Burkina Faso, Bénin et Maroc), ainsi que la création d’une nouvelle section «L’Afrique vue par…». Fondé en 1969 sur l’initiative d’un groupe de cinéphiles burkinabés qui «avaient pour seule ambition de faire connaître le cinéma africain aux Africains», selon l’expression d’Alimata Salambéré, l’une des fondatrices du Fespaco, il a été institutionnalisé le 7 janvier 1972, et devint Biennale à partir de la 6ème édition en 1979, débutant le dernier samedi du mois de février de chaque année. Sa plus haute distinction est l’Etalon de Yennenga créé en 1972, à la 3ème édition en référence au mythe fondateur des Mossi, l’ethnie majoritaire au Burkina Faso. Le trophée est matérialisé par une guerrière, lance à la main, juchée sur le dos d’un cheval cabré.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués