FOCUS  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

Le Manioc: Un aliment très prisé des Centrafricains

Par journaldebangui.com - 25/02/2011

Il bat tous les records de consommation dans les différentes couches de la population

 

Originaire de l’Amérique du Sud, le manioc (Manihot Esculenta) a été introduit en Afrique centrale par les Portugais au début du XVIIe siècle. Il est actuellement la base de l’alimentation de nombreux pays africains parmi lesquelles figure la RCA. Avec une production annuelle de 200 millions de tonnes, le manioc occupe le 5° rang parmi les plantes alimentaires mondiales après le maïs, le riz, le blé et la pomme de terre.

 


© ase.pilote.pagesperso-orange.fr
Des tubercules de manioc
La plante de Manioc
Le manioc est une plante pluriannuelle atteignant 2 à 5 mètres de hauteur que l'on rencontre à l’état sauvage de la région amazonienne jusqu’au sud du Mexique. Les racines du manioc sont divisées en faisceaux de tubercules mesurant entre 30 et 50 cm sur 5 à 10 cm de diamètre. Chaque tubercule pèse entre 2 et 5 kg. On distingue chez le manioc des variétés douces et amères ou plus exactement toxiques et non toxiques. Cette toxicité est due à la présence d’acide cyanhydrique (HCN). La seule différence entre les variétés réside dans la répartition de l’acide cyanhydrique dans les racines: dans les variétés douces, le toxique n’est présent que dans l’écorce des racines alors qu’il est présent dans toute la racine pour les variétés amères. En Afrique, le manioc amer est plus cultivé que le manioc doux car son rendement est largement supérieur.

 


© photo.ortho.free.fr
Les feuilles de manioc prêtes pour la cuisson
Intérêt diététique du Manioc
La farine de manioc est un aliment très riche en fécule (75 % d’amidon et de sucres), mais est pauvre en protéine (2%). Au contraire, les feuilles de manioc contiennent 7 % de leur poids frais en protéines. Le manioc est sans gluten. Les consommateurs affirment manger du manioc tous les jours. Il serait même le plat essentiel de la RCA. C’est aussi un plat accompagnateur de plusieurs sauces comme le côcô, les feuilles de manioc le Mgoudja, le gombo et les légumes, de la viande. Le manioc est nourrissant Cependant, dans le manioc l’on trouve beaucoup de sucre. C’est un élément utilisé aussi bien par le cerveau que par les muscles. Mais pour bien utilisé ce sucre, il faut d’abord des protéines, de la viande, des œufs, du poisson pour que ce manioc puisse accompagner. Mais si l’on rempli le ventre uniquement de ce glucide, de ce sucre, c’est très dangereux pour l’organisme. Malgré cela, en Centrafrique, il est consommé le matin, à midi et même en soirée.

Préparation du manioc
Afin d’extraire les toxines présentes dans les racines, deux procédés sont utilisés:
- le rouissage. Les racines sont placées pendant quelques jours, dans une eau courante de préférence.
- Le râpage. Les racines de manioc débarrassées de leur écorce sont râpées finement, puis exposées sur une aire de séchage. Un délai d'au moins 72 heures est nécessaire pour enlever les 75% de la teneur en cyanure des tubercules.
Les feuilles de manioc qui elles aussi contiennent de l’acide cyanhydrique sont pilées puis bouillies longuement.

A signaler, cet acide est redoutable pour le système nerveux. C’est la raison pour laquelle il faut se débarrasser de lui. Dans un contexte de malnutrition où les gens ne consomment que du manioc amer et en plus très mal préparé, en plus de l’insuffisance d’apport en protéines, on peut se retrouver avec des cas de paralysie des deux membres qui ressemble à la polio, mais ici les membres sont un peu raides.

 


© goutanou.re
Le gâteau "Manioc"
Farine, semoule, bâton de manioc et Saka Saka
On retire les racines rouies de l'eau pour les décortiquer, les laver abondamment et les écraser au pilon. La pâte ainsi obtenue sert à la préparation de farine de manioc, nommée foufou au Cameroun et au Congo, ailleurs c’est la boule de manioc.

Entourée de feuilles et cuite à l'étuvée, la pâte donne des bâtons de manioc ou «chikwangues» qui constituent l'aliment de base d’une bonne partie des Congolais et Camerounais.

Le gari est une semoule finement granulée obtenue à partir de la pulpe de manioc fermentée, écrasée, tamisée puis desséchée au feu. Le gari est couramment consommé au Bénin et au Togo.

L’attiéké est une spécialité ivoirienne. Il s'agit d'une semoule de manioc cuite à la vapeur, est un aliment produit à partir du manioc fermenté. Il s’agit d’une semoule obtenue après plusieurs étapes de transformation du manioc s’étendant sur deux à trois jours (épluchage, broyage, fermentation, pressage, granulation, séchage, vannage-tamisage, cuisson)

Les feuilles de manioc pilées sont mélangées avec des morceaux de poissons ou de viande, de l’huile de palme et des épices pour donner le plat national du Congo, le Saka Saka. A Madagascar, les feuilles de manioc pilées et servies avec du riz, des morceaux de viande (zébu ou porc) et mélangées à du lait de noix de coco forme le Ravitoto.
 
MOTS CLES :  Manioc   Ngoubou   Conacom   Centrafrique 

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Une recette du Saka saka

Par L'Afrique à Table

16/03/2013 19:38

Bonjour,
Il est vrai que les feuilles de manioc sont cuisinées de multiples façons selon les pays africains. Je voulais notamment partager une recette du saka saka au foie de boeuf. Excellent ! En voici le lien http://dpt-ethnies.blogspot.com/2013/02/le-saka-saka.html Super bon !

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Source: alterafrica.com, Radio Ndelé Nluka, Rca-beafrica.com

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués