NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

RCA: un référendum comme test avant les élections

Par Journaldebangui.com, source AFP - 11/12/2015

Retards multiples, menaces sécuritaires... Après deux ans de transition chaotique et sous forte pression internationale, et même si rien n'est prêt, la Centrafrique avance

 

Le premier tour de la présidentielle et des législatives, prévu le 27 décembre, est censé remettre le pays sur les rails et clore la plus grave crise de son histoire depuis son indépendance en 1960. Avant cela, les Centrafricains sont appelés aux urnes dimanche afin d'approuver la nouvelle Constitution d'une 6e République lors d'un référendum "test".

Près de deux millions de Centrafricains - sur une population totale de 4,8 millions - se sont inscrits sur les listes électorales, signe de l'engouement suscité par le vote.

Mais à quelques jours du premier scrutin, on est loin du grand raout pré-électoral attendu. Sur les principales artères de Bangui, seules quelques banderoles appellent à voter "OUI" au référendum, soutenant que "la paix, c'est dans les urnes". De la Constitution, imprimée à 15.000 exemplaires, peu de Centrafricains disent connaître les grandes lignes.

"Je n'ai toujours pas de carte d'électeur. Peut-on voter avec un simple récépissé ou la pièce d'identité?", se demande comme beaucoup d'autres Natacha, une institutrice partie vivre dans un camp de déplacés après la dernière vague de violences qui a fait plus de 100 morts à Bangui depuis fin septembre, opposant comme d'habitude jeunes miliciens anti-balaka majoritairement chrétiens et groupes d'auto-défense musulmans.

Autre bémol: alors que l'enrôlement est terminé, seuls 26% des 460.000 personnes réfugiées dans les pays voisins, dont une grande partie sont des musulmans chassés du pays en 2013-2014, ont pu s'inscrire.

 


© Droits réservés
Le peuple centrafricain devra agir pour un meilleur devenir.
[Défi logistique]

Repoussées plusieurs fois à cause de l'insécurité persistante dans le pays, ces échéances représentent un défi logistique plus grand encore en province, notamment pour acheminer sous escorte des Casques bleus le matériel électoral dans des régions souvent difficiles d'accès et livrées au banditisme.

A Bangui, malgré une certaine accalmie après la venue du pape François fin novembre, les forces internationales (ONU, environ 11.000 hommes et France, 900) restent sur le qui-vive. "Ici, tout peut partir très vite", explique une source sécuritaire. D'autant qu'"un certain nombre de personnes profitent du chaos ambiant et ont intérêt à voir le processus capoter".

Plusieurs chefs anti-balaka et ex-Séléka, la rébellion majoritairement musulmane qui avait renversé en mars 2013 le président François Bozizé avant d'être chassée du pouvoir en 2014, sont accusés d'avoir conclu une alliance pour attiser les violences à Bangui depuis des mois, après avoir commis d'innombrables exactions sur la population.

"Les conditions ne sont pas réunies pour organiser des élections, nous voulons d'abord la sécurité", assure à l'AFP Maxime Mokom, figure des anti-balaka à Bangui. Tout en prévenant que si les élections sont encore repoussées, les anti-balaka "ne reconnaîtront plus les autorités de transition" dirigées par la présidente Catherine Samba Panza.

 


© Droits réservés
Une transition sous le poids de nombreux défis.
Mégaphones et affiches arrachés

A l'intérieur du pays, plusieurs régions de l'est et du nord restent aux mains de mouvements rebelles. L'ex-numéro 2 de la Séléka, Nourredine Adam, a prévenu qu'il s'opposerait au vote à Kaga Bandoro (nord), malgré la présence de l'Onu. Cette semaine, des hommes armés ont arraché les mégaphones et déchiré les affiches d'un groupe de jeunes menant des actions de sensibilisation sur la nouvelle Constitution.

"La tenue des élections risque d'être difficile à Kaga Bandoro et dans une ou deux autres localités", confirme un diplomate européen, qui relativise car "l'élection se joue principalement à Bangui, dans l'Ouham et l'Ouham Pende" (ouest), les deux provinces les plus peuplées du pays.

Lasse de l'interminable feuilleton centrafricain et alors que le petit pays vit sous perfusion de l'aide extérieure, la communauté internationale, France en tête, pousse à ces élections, y voyant une étape nécessaire vers la sortie de crise.

"C'est loin d'être parfait, mais il faut avancer sinon les bailleurs de fonds vont se fatiguer", affirme une source bien informée, selon laquelle le pays ne sera plus en mesure de payer ses fonctionnaires dès février.

"Ce sont les élections de la dernière chance", prévient lui l'analyste Thierry Vircoulon de l'International Crisis Group (ICG), même si "toutes les conditions négatives sont réunies pour des élections dont les résultats seront contestés".
 
MOTS CLES :  Présidentielle   Législatives   Constitution 

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Dire que le referendum est comme tes aux elections futures c'est prendre le peuple centrafricain comme une taube.....

Par sorokaté

12/12/2015 22:37

Partout dans le monde il n'y a pas eu de tel genre de test référendaire comme le cas en RCA . Selon le titre de ce journal, le vote de referendum servira à prendre le poule des éventuelles élections imposées par la France et ses partenaires au peuple Centrafricain.

A lire ce journal, on constate qu'il est loin de prétendre l'organisation crédible de tout processus électoral ,car le pays est en majeure partie occupée par des mercenaires et autres groupes armées qui tuent , pillent, incendient des villages défiant les forces onusiennes présentes en RCA

je me demande pourquoi la France en première ligne impose sa volonté politique au peuple Centrafricain?
La question de réarmement des faca la France s'est opposée.
Les dates des élections en RCA sont fixées par la France.
La liste des candidats centrafricains aux élections présidentielles est validée par la France via son ambassadeur à Bangui . Tout est décidé par le gouvernement Français à la place du peuple Centrafricain.

Le dernier paragraphe de ce journal est illustratif.
"Ce sont les élections de la dernière chance", prévient lui l'analyste Thierry Vircoulon de l'International Crisis Group (ICG), même si "toutes les conditions négatives sont réunies pour des élections dont les résultats seront contestés".

Malgré la mise en garde de ce analyste de l'ICG relative au résultat qui risquerait de replonger le pays dans une guerre civile la France n'entende pas de cette oreille. Ce qui veut dire que la France a déjà son candidat et quelque soit le résultat contesté par tous ce dernier bénéficiera du soutien Français, or, une élection est un principe démocratique qui résulte au choix souverain du peuple par le peuple pour le peuple" le pouvoir du peuple ..."dans le cas Centrafricain assimilé à un test est une violation flagrante de la démocratie en Centrafrique.

Très souvent dans les pays africains francophones la validation des résultats électoraux présidentiels passe obligatoirement par les observateurs internationaux( des Français via l'Onu). Ce qui veut dire l'Onu valide tout ce que fait la France.
observons les articles premier et quatre de la déclaration Universelle des droits de

art 1: l'Homme "Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité"
art 2: Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Je précise en passant que monsieur Réné CASSIN( français) fut l'un des rédacteurs de la déclaration universelle des droits de l'Homme. La France a également signé le traité de l'abolition de l'esclavage.

Analysons les faits:
Pouvons nous dire que la RCA est elle indépendante?
tous les coups d'états en RCA sont soutenus par la France malgré les indépendances lapidaires des années 60, les soleils des dépendances ne brillent plus!!!

Une base de l'armée française à l'aéroport de Bangui m'poko.
Tous les résultats des élections sont validés par la France.
tout est fait par la France à la place du peuple Centrafricain sachant que tout ce qu'on fait pour le peuple sans le peuple est contre le peuple le cas de l'organisation des élections en RCA est patent.

Les autorités de transition sont mises au pas par la France "e pas organiser les élections dans le délais imposé c'est de ne pas bénéficier des aides de l'UE" obligation d'obéir au doigt et à l'œil.
Ce qui est choquant, le 12 décembre est le début de la campagne électorale en RCA aucun mouvement des candidats aux élections des barrières sont érigées partout, certaines régions du pays occupées par des mercenaires sont vidées de leur population. Pour la France ces élections doivent se tenir .

Des Centrafricains n'ayant pas de cartes électorales sont appelés à voter avec des récépissés....c'est incroyable non?
Comment organiser des élections crédibles dans l'intérêt du peuple encore sous l'occupation des mercenaires et autres milices de tout genre?
Comme donner de la crédibilité au résultat de cette élection si les conditions de sécurité ne sont pas remplies?
Comment battre campagne sur toute l'étendue du territoire Centrafricain?
La RCA a 623000km2 cependant rien que Bangui qu'il y a un semblant de calme.


Que veulent l'UE et la France en RCA?
Pour quoi la France s'agrippe t elle à la gestion souveraine de la RCA?
Le peuple Centrafricain peut voter son candidat en vertu du principe de la démocratie? peut on dire que le peuple Centrafricain est souverain?

Qui peut éclairer mon lanterne sur ce que c'est qu'être souverain" UN PEUPLE SOUVERAIN...."
Selon les indépendances des années 60 la RCA pourra s'insurger sur la gestion de l'état Français? pourquoi le contraire est justifié?
Mon pays est humilié, mon pays est encore esclave de la France puisqu'on qualifie la RCA de pré carré français,. Une HONTE. Une humiliation.

Ces élections n'ont rien de démocratique. La démocratie citer pour le cas Centrafricain est une masturbation intellectuelle, à écouter les déclarations du ministre Centrafricain du territoire et de la sécurité publique " toute personne qui osera empêcher le déroulement de la campagne électorale en RCA rencontrera sur son chemin les forces de sécurités Centrafricaines et celles de l'onu , or, OBO, Bria, Berberati, M'baiki n'ont pas connu de campagne électorale.

Attendons d'apprécier le résultat de cette élection.
notons qu'il y a trente candidats pour la présidentielle parmi lesquels des anciennes figures des différents gouvernements et des fils des anciens présidents.
Je me demande tous ces candidats n'ont pas un programme commun touchant aux intérêts de la nation Centrafricaine?
Je puis dire qu'ils ont tous des programmes divergents!!!aucun programme convergent?
Vive la mangeocratie en Centrafrique. la politique du ventre, la politique de figuration.

les dés sont jetés.
Qui vivra VERRA.
Sorokaté Alias Domzan-Bénè








Adam Nouredine défi les forces onusiennes en Rca

Par Sorokaté

13/12/2015 14:11

Il a tenu tête avec les forces onusiennes dans sa zone de juridiction de Kaka bandoro il n'y a pas eu de vote référendaire.
Tous les matériels électoraux sont vandalisés par les éléments du chef seleka Adam Nouredine.
Même son de cloche à bossengoa fief du général en carton alias boz yangouvonda disqualifié du processus électoral

À bgui au km5 certains musulmans armés ont aussi tenter s'empêcher la tenue de cette élection...
À Gbogodo ce matin une grenade à fait des blaissés devant un bureau de vote...

Oui les forces onusiennes y compris la sangaris sont défiées encore une fois de plus.
Leur seul objectif c'est de forcer une élection fictive pour masquer leur dépassement.
Pour masquer le neocolonialisme il faut passer par une et élection truquée dépourvue de sens démocratique.
Attendons de voir me résultat.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués