DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

«Vae Victis* Mouammar Kadhafi» par Clément Boute-Mbamba

Par Clément Boute-Mbamba - 22/02/2011

«Kadhafi de tous les pays, dispersez-vous!»

 

Il est des jours où l’actualité, malgré les horreurs qu’elle relaie en permanence, nous fournit des raisons pour croire que demain pourrait être différent. Oui, l’histoire se moque souvent des individus qui la considèrent comme un terrain vague sur lequel ils peuvent se soulager en toute impunité. 2011 est l’année de toutes les élections en Afrique. J’ai eu l’honneur de participer à l’animation de celle à laquelle le peuple centrafricain fut convié. Du solennel devoir citoyen nous sommes passés à un génocide électoral. Bien que tardive, je me réjouis de la décision prise par l’opposition pour boycotter le second tour et dernière étape de ce génocide électoral. Ce courage paiera si nous restons cohérent jusqu’au bout en refusant collectivement les strapontins offerts par les usurpateurs sortis des cahiers roses de Binguimale et en résistant individuellement aux tentatives de débauchage. Nous avons assisté en observant ces élections à une fin de cycle aussi bien du côté de l’opposition que du côté du pouvoir sortant. L’empire qui a survécu malgré la restauration de la République en septembre 1979 vit ses dernières heures. Nous l’accompagnerons bientôt au cimetière de l’Histoire.

En effet une génération s’est levée avec ses espérances et se met en mouvement pour vivre ses rêves. Pendant que le génocide électoral se préparait, le peuple tunisien s’est levé et Ben Ali s’en est allé. Alors que le génocide électoral se déroulait, les Egyptiens ont dit: Moubarak dégage ! Et Tahrir Square a eu raison du sphinx. Depuis que Mgr Pomodimo tente de ramener l’opposition aux urnes, les Libyens se sont levés et Kadhafi non seulement résiste, mais c’est l’Armageddon qu’il fait vivre à ses concitoyens. A l’heure où j’écris ces lignes, je suis convaincu que d’ici peu il partira et avec son départ sera inauguré un nouveau chapitre pour l’Afrique. Dans une interview que j’avais accordé au Journal l’Indépendant(1) en Juillet 2007 à la question… Que vous inspire le dernier sommet de l’UA? Je déclarai: «Au-delà de l’aspect folklorique (cela a ressemblé à une pièce de théâtre), c’était une tragédie. J’ai parlé un jour de l’art de l’esquive. Ce qui s’est passé à Accra en est une parfaite illustration…… Cette cité d’Accra, terre par excellence du panafricanisme était l’endroit idéal pour relancer le panafricanisme. Mais cet idéal pour lequel se sont battus les Krumah et tous les pères du panafricanisme a été récupéré par des opportunistes, c’est cela le drame d’Accra et je le déplore.»

 


Clément Boute-Mbamba, un compatriote de la diaspora
En effet le départ de Mouammar Kadhafi, loin de résoudre tous les problèmes africains participera à freiner certains fossoyeurs du continent et permettra surtout à la Commission de l’Union Africaine de travailler sereinement à la recherche des solutions aux maux structurel et infrastructurel qui minent l’Afrique. Kadhafi était non seulement un opportuniste mais c’était aussi et surtout un comique cruel. Avec la diplomatie du dollar, il était parvenu à prendre en otage le destin de plusieurs nations africaines et l’esprit de certains brillants cerveaux. Le roi des rois d’Afrique est parvenu avec sa volonté de réaliser coûte que coûte les Etats Unis d’Afrique à anesthésier les initiatives porteuses d’espoir pour le continent tel que le NEPAD. Jusqu’au bout, il aura été fidèle à lui-même. Après 42 années de brimade et de frustration une majorité des Libyens ne se reconnaît plus dans le système alors la diplomatie du dollar vient en secours, et c’est au sud du Sahara que Mouammar est allé recruter ses supplétifs. Mon cœur saigne en voyant sur Internet ces vidéos montrant des subsahariens tués sur le territoire libyen en tentant de défendre ce régime qui a non seulement participé à l’installation de nombreuses satrapies au sud du Sahara mais aussi et surtout manifestait un comportement à la lisière du racisme envers les noirs qui se trouvaient sur son territoire pour des raisons économiques.

Lorsque j’ai entendu que l’aviation libyenne bombardait les Libyens, cela m’a rappelé cette période d’angoisse si proche de nous lorsque l’aviation libyenne était maîtresse du ciel de centrafricain à la suite des hommes de Bemba au sol. Bangui aura donc servi de terrain d’exercice à l’aviation libyenne qui tire aujourd’hui sur ses propres concitoyens. L’histoire a fini par faire l’addition des conditions et au moment venu, celui qui pensait avoir le droit de vie sur les Centrafricains a pris les tortueux chemins de l’exil. Dommage que cela n’ait servi de leçon à ceux qui sont venus après. Alors je n’ai pas envie d’attendre la chute officielle de Mouammar pour exprimer en public cette plénitude qui m’envahit de voir la fin de son cycle qui inaugurera un nouveau pour l’Afrique.

 

Maintenant et ça c’est entre nous:
A tous ceux qui pensent que nous les autres Africains, qui avons la mélanine en plus ou qui mangeons du manioc sommes des peureux: ils se trompent;

A tous ceux qui pensent qu’il suffit de payer régulièrement les salaires, les bourses et les pensions: ils sont dans l’erreur;

A tous ceux qui pensent que c’est à eux que le ciel a remis le bail de nos pays: qu’ils regardent et méditent la fin d’Ali, de Moubarak, de Mouammar et un peu plus loin de Mobutu et Bokassa;

A tous ceux qui pensent qu’il faut rendre la violence spectaculaire afin d’euthanasier toute tentative d’aspiration à plus de liberté, de démocratie et de bien-être: nous sommes au 21ème siècle et les banlieues oubliées de la planète se raréfient;

A tous ceux qui pensent qu’une armée constituée de cousins, d’oncles, de neveux, des gens du village ou du même coin peut garantir la pérennité: qu’ils sachent que les 20.000 gardes de Kadhafi ne suffisent pas face au soulèvement et à la détermination d’un peuple;

A tous ceux qui pensent qu’il faut absolument entrer à l’Elysée, au Quai d’Orsay, à la Maison Blanche ou payer gracieusement des conseillers et marabouts venus du nord pour assoir un pouvoir fort: les Africains du nord ont fait la démonstration par A+B de l’endroit où se trouve le véritable pouvoir;

A cette Union Africaine que l’on n’entend pas sur les graves crimes commis en ce moment: vous serez tenus responsables pour non-assistance à peuple en danger;

A tous les complices endogènes ou exogènes, à toutes les élites, à tous ces opposants instables sachez que la vraie ELITE, c’est la masse;

A tous les brimés, martyrisés. A tous ceux qui souffrent dans le silence et l’indifférence: la flamme de la liberté s’est allumée à Tunis, faisant lui traverser le continent.

Alors! Avant que tu ne tombes officiellement Mouammar, j’associe ma voix à toutes les autres qui exigent la mise en place d’un tribunal international pour te juger, tes enfants et tous ceux qui t’ont permis de provoquer cette longue nuit sur la Libye qui a duré 42 années. Avant de te faire harakiri car je ne te vois pas réfugié politique en paix quelque part, appelles tes autres amis fossoyeurs de l’Afrique et dis-leur de se disperser ou de se reformer. Une chose est sûre, c’est que ni toi, ni tes enfants et encore moins tes collabos ne jouiriez de tes 82 milliards de dollar. Par contre tes milliers de cadavres te poursuivront que ce soit en enfer ou au paradis.

Alors vae, Vae Victis Mouammar Kadhafi.
 
MOTS CLES :  Feu Sang   Afrique   Kadhafi   Rdc   Boute-mbamba   Révolte 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • *Expression latine signifiant: "Malheur aux Vaincus"
  • 1: Interview accordée le 26 juillet 2007 après le sommet de l’Union Africaine d’Accra du 29 juin 2007.
  • Clément Boute-Mbamba, Directeur National Adjoint de Campagne du RDC, Porte-Parole du Candidat Émile Gros Raymond NAKOMBO, Candidat du Rassemblement Démocratique Centrafricain à l'Élection présidentielle des 23 janvier et 20 mars 2011
  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués