DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Désarmer ou partir

Par David KOULAYOM-MASSEYO - 30/10/2015

David KOULAYOM-MASSEYO

 

Nous vivons dans un "village planétaire" où une seule image du corps d’un enfant échoué sur une plage suffit à ramollir la ligne politique des nations les plus rétives. Quelles images, quel nombre de morts en Centrafrique vont-ils décidé la France et les Nations Unies à ordonner à leurs troupes présentes dans ce pays d’appliquer enfin le chapitre VII de la Résolution de l’ONU ? Les moyens sophistiqués déployés (hélicoptères de combat, engins blindés, moyens d’écoute…) ne sont-ils là que pour sauver la mise à l’ectoplasmique et futile présidente de la transition ? Ce serait faire trop peu cas de la RCA…

Les faits

Au commencement était un assassinat crapuleux d’un jeune centrafricain aux motifs non encore établis. Dans un pays normal, c’est à la police et surtout à la justice d’établir les faits et de punir les coupables. En RCA, ce sont des escadrons de la mort qui sillonnent les quartiers à moto, à pied pour tuer impunément des innocents.

Pendant ce temps, que font les forces internationales stationnées en Centrafrique ? Rien ou plutôt elles tirent sur les manifestants. Pourquoi ? Les Centrafricains n’ont-ils pas le droit de protester contre les meurtres en série et la mauvaise gouvernance de leur pays ? Les casques bleus ne sont-ils là que pour protéger les autorités de la transition et en premier lieu la présidente par intérim ? Ces mêmes casques bleus par ailleurs violeurs d’enfants et incapables d’appliquer le chapitre VII de la Résolution de l’ONU, sont devenus de fait les ennemis de la RCA car ils se permettent de tirer sur une foule de manifestants pacifiques. Le symbole est affligeant pour l’ONU : alors que les meurtres sont commis dans les troisième et cinquième arrondissements, les casques bleus de l’ONU protègent le palais de la Renaissance au centre-ville ! Un palais vide de surcroît, sa locataire, l’inénarrable Catherine Samba-Panza, étant partie à New York.

 


© Droits réservés
L’inénarrable présidente de la Transition

Voilà une dame qui s’est présentée comme une mère pour les Centrafricains pour se faire nommer présidente par intérim par un CNT à prédominance Séléka (75 voix sur 135 ) et qui se révèle comme une véritable catastrophe sur pattes pour notre pays depuis deux ans : absence de vision politique, absence de protestations devant les massacres et viols des Centrafricains, détournements éhontés du moindre don pour la RCA, népotisme, clientélisme, clanisme, régionalisme, sexisme inefficace avec ses copines du gouvernement, affairisme débridé, mendicité outrancière, entêtement inutile et improductif ( cf nomination obstinée du Premier ministre Kamoun en dépit du bon sens ), incompétence généralisée et crasse étalée aux yeux du monde…et j’en passe et des meilleurs. Cette dame met à mal le mot "Dignité" de notre devise. Si elle en avait, il y a longtemps qu’elle aurait démissionné.

N’est-ce pas son silence éloquent devant les massacres antérieurs qui est interprété par les ennemis de la nation comme un encouragement à tuer davantage ? Son inertie en matière de justice a instauré de fait la loi du Talion et les exécutions extrajudiciaires en Centrafrique. Ses demandes de prolongation, son remaniement à la veille des élections sont là pour prouver que seuls ses intérêts égoïstes président. Les intérêts de la RCA et des Centrafricains sont relégués au second plan.

Son indigence politique s’est encore vérifiée à travers son adresse à la nation hâtivement rédigée, sans relief et surtout qui relègue aux calendes grecques le deuil national attendu par les Centrafricains. Drôle de mère et drôles de larmes de crocodile!

Enfin c’est à bord des hélicoptères de combat français qui ne combattent rien en RCA que la présidente par intérim a d’abord rejoint l’ambassade de France, puis son domicile. Tout un symbole.

Répétons-le: la France ne sortira de son ambiguïté en Centrafrique qu’à son détriment.

 


© Droits réservés
Rôle ambigu des Forces internationales en RCA

La Minusca, depuis le fameux général Babacar Gaye jusqu’à son remplaçant a toujours fait des communiqués de presse pour protester contre la violence et les meurtres en RCA . Quand le chef des opérations militaires de l’ONU, le français Ladsous va là-bas, c’est pour décréter des "zones sans armes" à Bambari ! Les communiqués alambiqués et ce marquage spatial qui se veut intelligent sont un aveu de l’échec patent des forces onusiennes en Centrafrique.

De plus en plus de Centrafricains restent persuadés aujourd’hui que les troupes internationales ne sont là que pour faire du tourisme sexuel et s’adonner à différents trafics, d’où l’apparition de ces panneaux d’un nouveau genre qui demandent leur départ pur et simple du pays. En effet, à quoi cela sert-il d’être armé jusqu’aux dents, de disposer de moyens modernes d’écoute, de couverture aérienne, avec plus de mille policiers sur les dix mille soldats sur le terrain ? Autant de soldats pour assister à l’agonie du peuple centrafricain, cela laisse perplexe.

Devant l’attitude équivoque des forces militaires internationales, les partis politiques centrafricains sont sortis de leur léthargie pour condamner, exiger le rétablissement des FACA, demander également le départ de ces touristes en treillis, bref parler à l’unisson du peuple centrafricain. Il est aussi temps pour les partis politiques de passer des communiqués de presse aux actes concrets en commun pour mettre un terme aux souffrances du peuple.


C’est le cœur gros que je demande solennellement aux responsables de l’ONU et de la France de désarmer les milices centrafricaines ou de partir au lieu de verser dans le jeu tortueux, voire suicidaire, d’un gouvernement de transition incapable d’organiser démocratiquement sa sortie programmée d’une scène politique où les hasards, la pusillanimité et les calculs mesquins l’ont placé.

Nous savons compter nos morts et les enterrer. Quant aux communiqués de presse, avec un peu d’efforts, nous saurons aussi les rédiger. Pas besoin de la France et des forces de l’ONU pour cela.
 
MOTS CLES :  Rca   Forces Nationales   Sélaka   Paix 

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Une analyse synoptique voire diagnostic de l'agonie centrafricaine

Par Sorokaté

07/11/2015 09:50

Bravo cher compatriote David koulayom. Vous avez tout mis à nu le neocolonialisme français habillé par le mandat hégémonique et complice de l'onu.
Le titre de votre analyse est éloquent.
Pas de commentaires supplémentaires à faire. La France en faisant cela en Rca à prouvé une fois de plus que son maintien parmi les puissances du monde résulte aux pillages économiques des pays africains par biais du neocolonialisme. Dire que la France est un pays démocratique c'est faux,d'ailleurs les faits expliquent mieux que des discours, il suffit de comparer les ex puissances coloniales comme la GB,l'Allemagne, le Portugal... En la différence de la France, qui, en cette 21e siècle à travers le CFA,la francafrique,la francophonie, la cellule africaine de l'Élysée, total, areva, Bolloré viole " la déclaration universelle des droits de l'homme " la France piétine le décret de l'abolition de l'esclavage du 4fevrier 1794. les indépendances larguées aux africains sont fictives.

Comment comprendre de nos jours qu'il y'a encore des bases de l'armée française dans des pays africains indépendants et souverains ? Cela sa s'appelle du neocolonialisme...
Que constatons nous des pays africains lusophones, anglophones en la différence des pays africains qui ont eu le malheur d'avoir la France comme pays colonisateur ?
Cher compatriote David, merci d'avoir mis la main sur l'abcès dont souffre notre pays puisque vous avez fait un diagnostic mobile de l'agonie de la Rca il revient au peuple trahi, meurtri de s'accaparer de son destin car la liberté de vivre, de s'organiser,d'exister comme une nation souveraine ça ne se donne pas ,mais il faut se l'approprier. Le peuple du Burkina l'a démontré.
Comment devient-on président en Afrique francophone ? Il suffit de vendre son pays de sacrifier son peuple aux intérêts de la France, de fréquenter l'Élysée (quai d'Orsay) tout de suite l'armée française soutenue par les médias coloniaux débarquent pour apporter la démocratie.
Idriss deby, sassou, Bozizé, Ali bongo, Ouatara, Ibk, au bénin, Blaise comparé tous des marionnettes de la francafrique. La honte .honte à la France.
Voyons tous les présidents africains francophones , tous sont arrivés au pouvoir par le soutien de la France.

D'ici 2030 à 2050 l'Afrique sera le continent stratégique pour l'économie mondiale, la France par sa politique brutale et génocidaire en Afrique disparaîtra,seuls les partenaires économiques fiables respectueux des nations africaines n'aurons pas d'horizon chargé de nuages.
Quant aux traîtres politicards centrafricains vous êtes démasqués, la seleka que vous avez crée a ouvert les yeux du peuple centrafricain, on sait qui est qui et qui fait quoi pourquoi pour qui.
Tout ce qu'on fait pour le peuple sans le peuple est contre le peuple.
Alors partir ou rester !!!!
Wait and see. Sorokaté alias Domzan-bene.

Annalyse de temps perdu

Par LAGALE SERGE

08/11/2015 20:52

Ho! la france ho! l'onu dit nous ce que la RCA vous a faite ou volé et la RCA vous le rend pour pouvoir avoir la paix.Alors pourquoi la france manigance le peuples de bruler les maisons pour que vous nous donner des bâches elles font pour qu'on tombe malade vous nous soigner et vous créiez les conditions de vie difficile aux populations pour nous donner le soja et vous en accaparez des minerais de notre pays DIEU qui est dans le secret vous payerais à vos enfants à votre génération.Oui nos enfants n'ont pas eu la chance de fréquenter comme tout autre enfants du monde La france sans conscience

si ce qui s'est passé chez nous en RCA n4est pas le térorisme pourquoi ce qui s'est passé à Paris est du térorisme

Par koko

16/11/2015 16:05

si les casques bleus et les soldats de la sangaris, ont laissés les musulmans prendrent en otage tout un quartier en tuant et brulant des maisons pendant 2 jours sans intervenir. laissant la population qui n'était pas armée à la merci de ses djiadistes, je pense que c'est le même conteste qui s'est produit chez eux: sauf que pour nous c'est 2 communautés religieuses qui s'affrontent qu'importe que l'autre soit lourdement armée et l'autre non mais c'est "comême" inter religieux . mais chez eux c'est du terrorisme parce que des hommes en armes ont tirés sur une foule non armée. il est grand temps que la France reconnaissent enfin que la RCA est victime également de terrorisme depuis 3 ans et qu'il faut y mettre un terme en désarmant ces malfaiteurs et redonné la paix à ce pays qui le mérite comme tout autres pays. comme la bible le dit qui tue par l'épée mourra par l'épée et que Dieu veille sur sa parole pour l'accomplir et que tous ceux qui ont détruit notre pays seront détruit , Dieu livrera aux pillages ceux qui nous ont pillés.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués