NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Les protestataires de plus en plus austères

Par Journaldebangui.com, source RJDH - 14/10/2015

La Concertation élargie des plateformes, partis, associations et personnalités politiques indépendantes maintient son mot d’ordre de non participation aux concertations des forces vives de la nation o

 

C’était au siège du Parti Africain pour la Transformation et l’Intégration des États (PATRIE) à Bangui que les partis et associations politiques membres de cette Concertation élargie se sont donné rendez-vous. Les leaders politiques n’étaient aussi nombreux que lors des précédentes rencontres.

Crépin Mboli-Goumba, président du PATRIE et porte-parole de la Concertation élargie a ouvert et présidé la séance. Même fermeté que le samedi 10 octobre, jour de la déclaration initiale de la concertation. [i"Nous ne pourrons pas participer à une telle mascarade. Les autorités veulent organiser un semblant de concertation pour pouvoir publier à la fin que les forces vives de la nation ont décidé de prolonger la transition après le 30 décembre"], a-t-il martelé.

Selon le planning des concertations, la plateforme politique dénommée Alternative Citoyenne pour la Démocratie et le Progrès (ACDP) devrait être reçue ce 14 octobre par la cheffe de l’État. "Nous sommes invités mais nous n’irons pas. Nous avions souhaité avoir des concertations dignes de ce nom mais tel que c’est conçu, il y a forte probabilité que nous n’aboutissions pas à quelque chose de concret", a prévenu Enock Dérant Lakoué, ancien premier ministre et président de l’ACDP.

 


© Droits réservés
Le sujet de l’après 30 décembre est venue se greffer également à l’ordre du jour de la Concertation élargie à l’instar des autres jours de rencontre. Enock Dérant Lakoué a indiqué que la persistance de cette question se justifie par le fait que "nous sentons le vide constitutionnel venir. Après le 30 décembre, il n’y a plus de légalité. Je ne parle même pas de légitimité. Il n’y a plus de légalité tout court".

Parallèlement à ces débats houleux, la présidence poursuit les concertations depuis le palais de la renaissance. Après les responsables des huit arrondissements reçus hier, les jeunes et la plateforme politique Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition, (AFDT) ont eu un tête-à-tête avec la présidente Cathérine Samba-Panza.
 
MOTS CLES :  Concertations   Dialogue   élections   Politique   Samba-panza   Transition 

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Soit on est pour le peuple ou bien contre lui......

Par sorokaté

16/10/2015 18:53

Quand on est sensé représenter le peuple cela sous entend qu'on doit prendre en considération les aspirations de ce dernier ,or, le cas échéant la soit disant présidente de transition Centrafricaine fait bien le contraire. Fort de ce constat amer je me demande quelles sont ses réelles motivations à la tête de ce pays qu'elle déclare être sa terre natale. Si la présidente de transition aime son pays elle n'allait pas agir contre les intérêts de son pays malheureusement malgré la passivité des milliers des forces étrangères en RCA le peuple est décimé chaque jour. sans une armée nationale, ni les forces de sécurité pour donner un sens à l'existence de l'état Centrafricain. En principe elle devrait démissionner volontairement car n'ayant pas faire cela elle semble contre le peuple centrafricain. Comment organiser des élections présidentielles alors que les milices , et autres groupes armés tuent en toute impunité? comment voter cependant la RCA est occupée par des hommes en armes? qui voteront puisque la majeur partie du peuple se trouve encore dans les camps de fortunes aussi bien dans la brousse? comment organiser des élections groupées crédibles alors que des villages sont incendiés et des biens des particuliers sont pillés? comment organiser des élections crédibles????pourquoi la communauté internationale qui ,en réalité devrait aider la RCA à retrouver une stabilité agit encore contre la volonté du peuple en danger?
En effet les hommes politiques centrafricains aimant leur patrie n'existe pas raison pour laquelle ce pays est à la merci de tous les pilleurs , bandits et autres prédateurs.
Madame Samba Panza vous n'avez rien de patriote, sachez que vos richesses pillées au peuple meurtri vous rongeront comme de la teigne le moment venu TOUT SE PAIE ICI BAS. La justice divine n'est pas corruptible. des milliers de civiles assassinés, brûlés vifs, violés, pillés par vos complices juste pour vous assurer la présidence éphémère de la RCA, leurs larmes, leurs peines, leurs souffrances ne resteront pas gratuites seul DIEU suffit. Si le passé claire le présent combien des présidents africains ont favorisé le pillage de leurs pays par la francAfrique à la fin de règne se sont vus trahis par cette puissance néo colonialiste?
Qui vivra verra.
Sorokaté alias Domzan bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués