SOCIéTé  |    

Procès de François Toussaint sous haute sécurité à Liège

Par Journaldebangui.com - 05/10/2015

Présenté comme un tueur professionnel, l'homme est poursuivi pour l'assassinat de Manuel Maroquin tué de deux balles dans la tête en 2005 à Xendremal, en province de Liège

 

La cour d'assises de Liège a constitué le 30 septembre dernier un jury composé de 7 femmes et 5 hommes en vue de juger François Toussaint, un Welkenraedtois de 49 ans accusé d'avoir commis l'assassinat de Manuel Maroquin en mars 2005. Le procès est encadré de mesures de sécurité particulières en raison de la personnalité de l'accusé.

Dispositif sécuritaire renforcé
François Toussaint est accusé d'avoir abattu Manuel Maroquin de deux balles dans la tête le 8 mars 2005 à Xhendremael (Liège). Manuel Maroquin avait été tué alors qu'il quittait son domicile, un ancien dancing, au volant de sa voiture. Des mesures de sécurité particulières ont déjà été mises en place lors de l'ouverture du procès. Les services de sécurité ont installé ces mesures de protection afin de limiter le risque d'évasion de l'accusé ou d'empêcher qu'il soit éventuellement victime d'une agression extérieure. La police du palais de justice de Liège, renforcée dans ses effectifs par le peloton anti-banditisme et la brigade canine, a sécurisé l'ensemble de la salle d'audience et les couloirs qui l'entourent. Chaque personne qui sera amenée à pénétrer dans la salle d'audience durant le procès sera fouillée.

 


© Droits réservés
François Toussaint, présenté comme un tueur professionnel,
La cour d'assises de Liège a constitué le 30 septembre dernier un jury composé de 7 femmes et 5 hommes en vue de juger François Toussaint, un Welkenraedtois de 49 ans accusé d'avoir commis l'assassinat de Manuel Maroquin en mars 2005. Le procès est encadré de mesures de sécurité particulières en raison de la personnalité de l'accusé.

Dispositif sécuritaire renforcé
François Toussaint est accusé d'avoir abattu Manuel Maroquin de deux balles dans la tête le 8 mars 2005 à Xhendremael (Liège). Manuel Maroquin avait été tué alors qu'il quittait son domicile, un ancien dancing, au volant de sa voiture. Des mesures de sécurité particulières ont déjà été mises en place lors de l'ouverture du procès. Les services de sécurité ont installé ces mesures de protection afin de limiter le risque d'évasion de l'accusé ou d'empêcher qu'il soit éventuellement victime d'une agression extérieure. La police du palais de justice de Liège, renforcée dans ses effectifs par le peloton anti-banditisme et la brigade canine, a sécurisé l'ensemble de la salle d'audience et les couloirs qui l'entourent. Chaque personne qui sera amenée à pénétrer dans la salle d'audience durant le procès sera fouillée.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués