NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

11 personnes tuées par des membres présumés de Boko Haram

Par Journaldebangui.com avec AFP - 02/10/2015

Onze personnes ont été tuées dans des attaques menées par des membres présumés du groupe islamiste Boko Haram ciblant trois villages dans le nord-est du Nigeria, selon un parlementaire

 

Les attaques dans les villages de Bitiku et de Kubu mercredi soir ont fait quatre morts, tandis que sept personnes ont perdu la vie jeudi matin dans le village de Kirchinga. Les trois villages sont situés dans le nord de l'Etat d'Adamawa, près de la ville de Madagali et de la frontière avec l'Etat de Borno, cible régulière des insurgés affiliés à Al-Qaïda.

Le député de Madagali et de Michika, Adamu Kamale, a accusé Boko Haram d'être responsable de ces attaques et a demandé davantage de protection pour les populations.

"Les insurgés ont attaqué un groupe de marchands qui revenaient du marché de Gulak et ont tué quatre d'entre eux avant de se rendre à Kirchinga où ils ont tué sept personnes, dont trois femmes", a accusé le parlementaire. "Nous avons besoin de plus de personnel de sécurité, car nos villages sont frontaliers de la forêt de Sambisa", fief du groupe islamiste armé, dans l'Etat de Borno, a-t-il ajouté.


 


© Droits réservés
L'armée nigériane avait pourtant affirmé que l’État d'Adamawa avait été "nettoyé".
L'armée nigériane avait affirmé plus tôt cette année que l’État d'Adamawa avait été "nettoyé" de toute présence d'insurgés, mais les attaques sporadiques continuent, en particulier dans le nord de l’État, sur la frontière avec l’État de Borno.

Un journaliste de l'AFP s'étaient rendus à Michika en mai, où des habitants tout juste de retour se plaignaient d'une administration qui ne fonctionnait pas correctement ainsi que du manque de matériel et de nourriture. Un ancien responsable de la municipalité de Madagali, Maina Ulamaru, assure que peu de choses ont été améliorées depuis. "Nos populations souffrent du manque de services" et leurs besoins de base ne sont pas satisfaits, déplore-t-il.

"Il n'y a pas de gouvernement, pas de services de santé, pas d'écoles. Nos ponts n'ont pas été réparé donc les mouvements des personnes et des marchandises sont difficiles pendant la saison des pluies", s'est-il plaint.
 
MOTS CLES :  Nigeria   Islamistes   Violences 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués