NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Samba-Panza de retour en RCA

Par Journaldebangui.com avec France 24 - 29/09/2015

La présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza a quitté précipitamment l'Assemblée générale de l'ONU pour regagner sa capitale Bangui, sous haute tension

 

La présidente de transition de la Centrafrique, Catherine Samba-Panza, a quitté New York prématurément lundi 28 septembre 2015, alors qu’elle participait à l'Assemblée générale de l'ONU. C’est précipitamment qu’elle a dû rentrer dans son pays et plus précisement à Bangui en proie à de violents affrontements intercommunautaires.

Depuis trois jours, les barricades sont de retour, les pillages et les affrontements se multiplient. Plusieurs centaines de manifestants ont tenté de prendre d'assaut le palais présidentiel avant d'être repoussés par les forces de la Minusca (mission de l'ONU en Centrafrique). Ils réclament le départ du gouvernement de transition ainsi que le retrait des forces françaises Sangaris et des casques bleus de l'ONU, accusés de tirer sur les manifestants.
"Les habitants sont désespérés et les plus jeunes ne décolèrent pas. Selon une députée jointe par téléphone et qui vit près du centre, les barricades sont partout et les habitants ne peuvent même pas rejoindre les hôpitaux. Elle explique aussi que les anti-balaka se pavanent en armes, estimant que la Centrafrique a fait un bond en arrière", explique A

 


© Droits réservés
La situation craint.
Un bilan qui s’alourdit, les ONG évacués

Malgré l'instauration d'un couvre-feu, la nuit de lundi à mardi a été agitée. Des tirs ont été entendus et les pillages ont repris dans le centre-ville de Bangui. Les locaux des ONG, désertés depuis lundi par les personnels, ont été assaillis. "Médecins du Monde aurait fait les frais des pillards et de la population qui vient se servir", assure Anthony Fouchard.
Des humanitaires ont encore été évacués dans la nuit vers la République démocratique du Congo par la Minusca. Une mesure de sécurité nécessaire face à l’insécurité croissante. Selon une source de la gendarmerie, plusieurs centaines de détenus se sont évadés lundi de la prison de Ngaragba, la principale prison de Bangui.

Les violences ont fait entre 20 et 30 morts depuis ce week-end, selon des sources hospitalières et humanitaires. Lundi, trois manifestants ont été tués et sept blessés à la mi-journée. Les manifestants accusent les casques bleus de la Minusca, qui a démenti avoir ouvert le feu.
 

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

La présidence de transition imposée par la France via N'Djamena validée par le CNT doit disparaître de la société centrafricaine.

Par sorokaté

29/09/2015 13:09

Je suis Centrafricain je ne peux par rester inerte vis à vis de ce qui se passe dans mon pays. J'ai toujours pointé du doigt le manque de patriotisme de nos leaders politiques. Pour ma part la seule solution c'est ce que fait la société civile: Une totale désobéissance aux autorités marionnettes de cette transition.
1- L'application des résolutions mobiles de la présence des forces internationales en RCA.
2- La reprise de services de nos forces armées nationales.
3-le désarmement forcé de tous les groupes armés sur toute l'étendue du territoire national.
4- Une vraie justice soit rendue en condamnant tous les mercenaires et complices qui ont massacré le peuple Centrafricain.

Ni le CNT ni la présidence de transition n'ont reçu le mandat du peuple Centrafricain d'ailleurs ces deux institutions ne sont que la suite logique du coup d'état seleka avec les mêmes objectifs.
Peuple centrafricain il est temps de reprendre notre souverainiste en tant qu'une nation. le peuple du Burkina l'a démontré malgré les armes des putschistes du traître Diandere.

Mobilisons nous comme une seule nation,résistons à l’impérialisme, néocolonialisme. Que font les milliers de militaires français (sangaris) en RCA malgré le mandat fictif de l'ONU? pourquoi les milices et groupes armées poussent comme des champignons en RCA? pourquoi ne sont-ils pas désarmés?
Avons nous vraiment des hommes politiques aimant la RCA et son peuple? les sont-ils pour d'autres préoccupations.
Le mal Centrafricain est d'abord un manque de patriotisme ce qui fait le lit à l'impérialisme déguisé sous plusieurs formes( ONG humanitaires, sangaris, misons des nations Unies... défenseurs de droit de l'Hoe... )
"Celui qui jette un cailloux en l'air doit faire attention à son crame ..."

On vous connait... bientôt sera votre FIN.
Centrafricainement,
Sorokaté Alias domzan-bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués