NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Ouagadougou: le Premier ministre libéré

Par Journaldebangui.com, avec APA - 22/09/2015

Aux mains des putschistes, le Premier ministre de la Transition Isaac Zida a été libéré ce 22 septembre 2015, alors que l'armée burbinabè, entrée dans la capitale la nuit, négocie sa reddition

 

Personnalité clé de la transition, M. Zida a quitté le palais présidentiel de Ouagadougou où il était en "résidence surveillée" pour rejoindre son domicile officiel dans le quartier des ministères de la capitale, ont affirmé à l'AFP une source de la gendarmerie et une autre proche de son aide de camp. Le chef des putschistes, le général Gilbert Diendéré, a déclaré mardi à l'AFP être en discussions avec les chefs de l'armée du pays pour "faire partir" les unités de province arrivées dans la nuit à Ouagadougou, dans une interview accordée à l'AFP.

"On continue les discussions pour les faire partir", a déclaré le général alors que l'armée, entrée sans résistance dans la nuit de lundi à mardi dans Ouagadougou, négocie la reddition des putschistes de la garde présidentielle.

Amené au pouvoir par le coup d'Etat du 17 septembre, le général Gilbert Diendéré, chef du régiment de Sécurité présidentiel (RSP), avait déclaré lundi dans une allocution lue à la radio et à la télévision "accepter la libération du lieutenant-colonel Isaac Zida en signe d'apaisement conformément au projet d'accord" de sortie de crise proposé par la médiation de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao). Ce projet, qui a suscité la colère de la société civile et d'une partie de la population, doit être soumis aux chefs d'Etat de la Cédéao lors d'un sommet extraordinaire prévu ce mardi à Abuja.

 


© Droits réservés
Cette libération intervient alors que le RSP négocie avec sa reddition.
Zida, qui avait brièvement assumé les fonctions de chef d'Etat après la chute du président Blaise Compaoré, renversé par la rue en 2014, était en conflit ouvert avant le coup d'Etat avec le RSP dont il avait pourtant été le numéro 2. Par ailleurs, Michel Kafando, le président des institutions de transition du Burkina Faso, placé en résidence surveillée par les putschistes de la garde présidentielle, a été exfiltré et accueilli à la résidence de l'ambassadeur de France lundi en début de soirée.

Kafando avait été arrêté mercredi en plein Conseil des ministres par des militaires putschistes qui avaient ensuite annoncé sa libération à la faveur d'une médiation ouest-africaine. Il avait été placé en résidence surveillée depuis.

La libération effective de Zida intervient alors que l'armée burkinabè est entrée dans Ouagadougou au cours de la nuit et négocie avec le RSP sa reddition.

 
MOTS CLES :  Burkina   Armée   élections   Gouvernement 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués