NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

L’après 30 décembre au cœur des débats en RCA

Par Journaldebangui.com, souce RJDH - 08/09/2015

La transition censée prendre fin le 30 décembre 2015, était au centre des réflexions entre acteurs politiques centrafricains, qui en guise de solution ont élaboré un plan de sortie de crise

 

Avec des scrutins probablement intenables, les partis, associations et personnalités politiques indépendantes ont initié depuis le samedi 05 septembre 2015, un plan prévoyant la refonte des institutions de la transition d’ici le 30 décembre 2015.

Ce schéma de sortie de crise a fait l’objet d’une rencontre avec la presse ce 07 septembre 2015. Pour Elie Doté, ancien Premier Ministre et président du parti Kélémba, «il ne fait aucun doute, la transition est un échec. Les objectifs à lui assignés n’ont pas été réalisés. Le constat est fait par tout le monde, les élections ne pourront avoir lieu aux dates indiquées. Raisons pour lesquelles, nous avons réfléchi et sorti ce schéma de sortie de crise».

Crépin Mboli-Goumba, ancien Ministre d’État et président du Parti Africain pour la Transformation Radicale et l’Intégration des États lui a emboité le pas. D’après l’avocat, «j’ai été ministre d’un gouvernement d’union nationale. Nous avons été poussés à la démission parce que l’on nous reprochait d’avoir échoué. C’est le même cas de figure aujourd’hui: les mêmes causes produisent les mêmes effets».

 


© Droits réservés
La prolongation de la transition, l'un des points majeurs des discussions.
Il y a donc désormais comme un vent de polémique qui souffle sur le maintien ou non des acteurs actuels de la transition après le 30 décembre. Enoch Dérant Lakoué du Parti Social Démocrate (PSD), estime que les acteurs actuels pourront être éligibles pour la suite de la transition. «La dernière prorogation de la transition a fait mention d’ultime prolongation parce qu’aucune disposition de la Charte Constitutionnelle ne gère la suite de la transition. La transition sera donc achevée. Les personnes qui l’ont géré peuvent demander de nouveau le suffrage du parlement afin de revenir aux affaires», souhaite-t-il, contrairement à Bengué Bossin qui émet une restriction pour la cheffe de l’État de transition. «Les partis politiques peuvent être candidats ainsi que la société civile mais sauf Catherine Samba-Panza», dit-il.

L’Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition, (AFDT) comprenant les poids lourds de la politique centrafricaine n’est pas signataire du document du schéma de sortie de crise.
 
MOTS CLES :  Bangui   Centrafrique   Politique   Rca 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués