NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

La Centrafrique rouvre son ambassade en Afrique du Sud

Par RFI - 16/06/2015

L’inauguration a eu lieu samedi 13 juin, à Pretoria, en présence de la présidente de la transition, Catherine Samba-Panza et de plusieurs ministres

 

La Centrafrique a, à nouveau, une ambassade en Afrique du Sud. L’inauguration a eu lieu samedi 13 juin, à Pretoria, en présence de la présidente de la transition, Catherine Samba-Panza et de plusieurs ministres. Les locaux ont été mis à la disposition par le gouvernement sud-africain, ce qui représente un véritable signe de réchauffement après des années difficiles entre les deux pays.

Cette ambassade, «c’est le fruit de la coopération entre la République centrafricaine et l’Afrique du Sud. Ces liens se renforcent», commente le ministre centrafricain des Affaires étrangères Toussaint Kongo-Doudou, avant de répondre à la question de savoir à quoi, selon lui, on devait cette nouvelle coopération.

«C’était notre volonté de réunir avec tous les partenaires. L’Afrique du Sud est quand même un pays très important en Afrique et tient toujours à coopérer avec la RCA. Il y a eu parfois des périodes douloureuses, mais on essaie d’oublier tout cela pour repartir sur de bonnes bases», a ajouté Toussaint Kongo-Doudoule. L'Afrique du Sud était très proche de l'ancien président, François Bozizé, et s'était désengagée après sa chute. C'est pour renforcer ces liens qu'une aussi forte délégation centrafricaine est présente en Afrique du Sud au sommet de l'UA alors que la Centrafrique est toujours suspendue par l'organisation panafricaine.

 


© RFI
Catherine Samba-Panza, présidente de transition de la République centrafricaine, lors de l'inauguration de la nouvelle ambassade de la RCA, à Pretoria, en Afrique du Sud, le 13 juin 2015.
Geste fort
Depuis près de cinq ans, la Centrafrique n'avait plus vraiment d’ambassade en Afrique du Sud, à part quelques diplomates «véreux», explique l'ambassadeur et ancien Premier ministre centrafricain, André Nzapayéké. C'est lui qui a été chargé, par la transition, de normaliser les relations. Et pour toute la délégation venue de Bangui, la mise à disposition, par le gouvernement sud-africain, d'une maison devenue ambassade est un geste fort.

«En fait, rien n’empêchait la reprise de la coopération, dit-il. Mais vous savez, certaines personnes ont un peu gardé cet esprit d’une diplomatie mercenaire, une diplomatie basée seulement sur des affaires. Un pays comme l’Afrique du Sud s’est vu seulement comme étant une vache à lait ou bien comme un endroit où il faut aller chercher les armes ou venir vendre des pierres précieuses, etc… car, à un moment donné, les gens ont confondu cela avec de la diplomatie, avec les conséquences que nous avons connues et notamment une assistance militaire qui n’était pas cadrée. Tout était basé sur des individus. Comme exemple, la coopération militaire de l’époque visait essentiellement l’assistance au président Bozizé, y compris les volets économiques. C’était aussi ses enfants, ses neveux qui venaient vendre des pierres précieuses ici et qui venaient passer des contrats d’armement. La présidente m’a donc chargé d’essayer de rétablir les choses et les Sud-Africains nous assistent aussi dans la relance de cette coopération.»
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués