DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

RCA: De la boulimie du pouvoir transitoire actuelle à la boulimie de paix et de justice populaire, naît l’anorexie intellectuelle

Par Jean-Gualbert Togba - 12/06/2015

Par Jean-Gualbert Togba

 

Centrafrique: De la boulimie du pouvoir transitoire actuelle à la boulimie de paix et de justice populaire, naît l’anorexie intellectuelle – un trouble de comportement intellectuel nouveau chez les Centrafricains, contraignant les politiques à nager entre deux eaux.

Nivelée par le bas, la Centrafrique est plus que jamais à la merci de certains prostitués intellectuels qui veulent frayer un chemin sur la ruine fumante et encombrante de ce pays, sans se soucier de l’impact de leur ignominie sur le devenir de ce pays et de quel héritage laissé aux générations à venir, pendant que beaucoup d’autres prônent une mesure sans concession, sans compromis et compromissions à la hauteur du désastre, pour permettre à la Centrafrique de ne plus jamais revivre ça. Des générations entières ne toucheront pas la Nouvelle Centrafrique. L’histoire biblique nous instruit que les Israélites murmuraient contre l’Éternel qui les priva de la nouvelle Jérusalem qu’il leur promit, exceptés Caleb et Josué - Ce n’est qu’une fois la génération catastrophe épurée que l’Eternel accomplit sa promesse. Même Moïse, serviteur assidu et intègre de l’Éternel, mourût sans y entrer. De quelle génération sommes-nous pour empêcher le décollage de la Centrafrique et empêcher beaucoup des personnes à y toucher?

Je ne suis pas de ceux qui font le raccourci pour faire le simulacre d’une paix, initier un dialogue inter centrafricain en réunissant bourreaux et victimes autour d’une table pour dégager ensemble les perspectives d’avenir. A juste titre, je peux comprendre aisément que cette vision de la communauté internationale qui ne prend jamais pieds dans les pays occidentaux, soit admise par les natifs qui ont vécu dans leurs chairs un massacre à ciel ouvert au vu et au su de cette même communauté internationale. Si l’expression «Paris vaut bien une messe», qui veut dire consentir un minimum de sacrifices pour parvenir à quelque chose d’important, la Centrafrique en vaut autant. Ce genre de forum est d’une manière semblable au fait de réunir les djihadistes et les parlementaires français autour d’une table, après des massacres d’une partie de la population française par ces mêmes terroristes afin de signer des accords de paix et parvenir ensemble à des solutions communes.

A toute la classe politique, ma question est celle-ci, puisqu’il est question de la sécurité d’une Nation et ce n’est qu’une fois résolue, à travers un courage politique, qu’on peut parler de la paix après que la justice ait fait proprement son travail pour enclencher sur le travail de la réconciliation et de revivre ensemble, socle du développement:

Qu’est-ce que vous comptez faire de la Centrafrique de demain dans ce contexte des milliers de morts – quand vous parlez de la paix, de la sécurité, de la réconciliation sans expliquer avec quels moyens y parvenir , ni avec quelle politique - quelles sont les mesures politiques d’accompagnement, votre vision et votre projection dans un moyen et long terme sans oublier l’objectif ou les objectifs à atteindre en prenant en compte l’aspiration et la souffrance de la population, le caractère répétitif de la crise avec les groupes armés et leurs chefs qui baignent dans l’impunité, pour qu’une crise de nature comparable ne soit plus à l’ordre du jour - Quel est votre plan politique qui fera que la paix que connaitra la Centrafrique sera définitive ?

En résumé, quelle est la vision politique de la Centrafrique de demain projetée sur le moyen et long terme dans ce contexte de crise armée, en utilisant la politique comme un levier pour décourager à la formation des groupes armés et de la prise de pouvoir par la force des armes ?

 


© Journaldebangui.com
Jean-Gualbert Togba
A cet égard, quand on parle de la rupture, du renouveau, de la Nouvelle Centrafrique, de la nouvelle classe politique, etc., ceci suppose tout simplement que le constat après une réflexion intelligente des hommes et femmes ait été abouti à la prise de conscience, de telle sorte qu’il faut maintenant poser l’acte nécessaire à la parole pour être dans le concret.

C’est pourquoi toute la classe politique doit saisir l’opportunité transitoire pour s’accommoder à l’exercice de bras de fer. Qu’elle défende sa vision politique pour la Centrafrique qu’elle entend diriger un jour dans l’intérêt suprême de la Nation.

L’apprentissage du pouvoir c’est se mouiller et le donner par cette même classe politique est un signe de mauvais augure et mérite un travail de conscientisation.

A quoi sert une lampe si elle n’éclaire pas?
A quoi sert la lumière d’une lampe si elle ne permet pas d’éviter des obstacles? Ou si la lumière émanant de la lampe se confond à l’obscurité ?

Il faut accepter de faire une auto critique et admettre que le milieu intellectuel centrafricain est dépourvu de sagesse et fait que les Centrafricains se confondent à la médiocrité. Je parle bien d’une moralité intellectuelle car les actes ne suivent pas les réflexions et les analyses confondues. L’auto satisfaction de certains intellectuels et élites centrafricaines après le forum dit de réconciliation nationale met le doigt dans l’engrainage, frise l’inquiétude et démontre à suffisance un manque de constance et de sagesse.

Le Droit d’inventaire s’impose: Il faut donner un coup de grâce pour que les générations des époques d’indépendance qui ont corrompu le système politique centrafricain puissent assumer leur responsabilité – A CHACUN SA MERDE!

Sacrifier sur l’autel de la vérité la vieille nature qui mine la Centrafrique et qui demande un courage politique pour en finir avec la souffrance des Centrafricains. Car il faut un héritage digne pour que les générations innocentes puissent un jour commencer à édifier dans un pays en paix. Il appartient aux générations depuis l’indépendance de déblayer la ruine qu’elles ont causée pour que les générations suivantes puissent commencer le développement de ce pays. Or la tendance hier et plus aujourd’hui, c’est une fuite en avant, c’est l’irresponsabilité, un report en avant pour léguer les déboires aux générations futures par manque de sacrifice.

A cette allure, c’est encourager une fuite de cerveau chez les jeunes qui ont aussi le droit de mener une vie décente que les autres jeunes de leur âge, que d’aller s’emmerder dans un pays des gens anormaux. Qui osera encourager sa progéniture à aller bâtir le pays de ses parents dans ces conditions? De tous ces grands hommes et femmes de la Centrafrique, qui a encore ses enfants vivant en Centrafrique qui étudient dans les conditions inacceptables?

Mais toute réflexion faite, je me permets de pousser un coup de gueule et en même temps, chercher à comprendre les causes de l’état d’appauvrissement de l’esprit du Centrafricain en général, lesquelles causes sont enracinées dans l’âme de la société centrafricaine profondément malade et en perte de son identité, de ses cultures et traditions. Tout d’abord, le Centrafricain part toujours défaitiste dans l’esprit, même si du bout des lèvres il semble soucieux avec un air intéressé de ce qui se passe chez lui, mais en réalité c’est une réaction émotive inconsistante et volatile. Mais encore, à cela il ne faut pas perdre de vue une Centrafrique coincée entre certains apports culturels occidentaux qu’elle a du mal à concilier avec les réalités de sa vie et de ses valeurs socio-culturelles là où la notion de la famille et de l’organisation de la société toute entière s’éloignent considérablement de son quotidien et qui doivent être réactivées et au besoin, réinventées.

En bref, dix mille forums et un million de dialogues ne résoudront pas les maux centrafricains tant que toute la société vit dans le virtuel. Pour ce fait, il faut revenir à des valeurs pures autours de la famille et de l’organisation de la société pour combler le déficit de mœurs et la perte peu à peu de ses racines et de ses traditions peu regardantes. Et ce n’est pas pour demain, aussi longtemps que la flaccidité des apparatchiks reste d’actualité, car le rôle des politiques, à défaut de prévoir, c’est de détecter, commander un travail des experts dans ce sens et enfin solutionner. Dans les conditions actuelles, il faut avoir la foi du charbonnier pour y croire, la fin n’est pas pour demain.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués