FOCUS  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

Centrafrique: Le défi de la prise en charge des enfants traumatisés

Par RFI - 04/06/2015

L'ONG Save the Children a interrogé plus de 500 enfants et les statistiques qui ressortent sont effrayantes. 60 % des enfants souffrent de traumatismes psychologiques

 

L'ONG Save the Children a interrogé plus de 500 enfants et les statistiques qui ressortent sont effrayantes. 60 % des enfants souffrent de traumatismes psychologiques après avoir été victimes ou témoins de violence. Mais le pays, qui a peu de professionnels spécialisés dans la protection de l'enfance, peine à prendre en charge les enfants traumatisés.

Face au manque de moyens et de structures adaptées pour la prise en charge des enfants traumatisés, les ONG composent avec les moyens du bord. Former les enseignants est l'une des pistes explorées par Save the Children.

«La recommandation a été faite de renforcer la capacité des enseignants pour que ce ne soient pas seulement des personnes chargées de délivrer des connaissances, mais que ce soient des personnes qui aient la capacité de détecter les besoins psychologiques des enfants de sorte qu'ils puissent être redirigés vers des structures un peu plus spécialisées», explique Réné Yetamasso, directeur des programmes de l'ONG.

 


© lemonde.fr

Sarah Khenati est psychologue pour Médecins sans frontières. Elle souligne que l'important, c'est de ne pas isoler un enfant traumatisé:

«Je rencontre beaucoup de mères qui ont été victimes de viol et qui me disent que leurs enfants ont été témoins de ça. Je prends le temps aussi de travailler avec ces mamans-là, en leur disant de récréer le dialogue avec l'enfant autour de ça, ou de leur demander s'il a été témoin, qu'est-ce qu'il en dit, comment il a vécu et comment l'enfant peut être accompagné lui, de son côté, pour digérer un petit peu tout ça. La pire des choses pour un enfant, après de tels drames, c'est l'isolement. Un enfant qu'on va isoler de son groupe socio-culturel, de sa famille, c'est un enfant qui aura beaucoup de difficultés à se reconstruire.»

Pour prendre en charge correctement ces victimes, le pays manque de tout et notamment de psychologues centrafricains. Sur l'ensemble du territoire, il n'y en a qu'un seul.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués