FOCUS  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

A Bangui, les Musulmanes enceintes se terrent à domicile pour donner la vie

Par Pacome Pabandji, AA - 19/05/2015

Bien que le conflit interconfessionnel qui a secoué durant plus d'une année la RCA s'atténue, dans l'enclave musulmane du PK5, quartier de Bangui, les femmes se cachent encore pour donner la vie

 

Bien que le conflit interconfessionnel qui a secoué durant plus d'une année la Centrafrique s'atténue, dans l'enclave musulmane du PK5, quartier de Bangui, les femmes se terrent encore à domicile pour mettre au monde leurs enfants, dans des conditions souvent dramatiques.

Tandis que la vie reprend peu à peu son cours dans le quartier à majorité musulmane, qui fut, jusqu'à l'an dernier le théâtre de violences quotidiennes perpétrées par la milice chrétienne anti-Balaka à l'encontre de la population,acculant des milliers d'habitants à l'exil, aujourd'hui encore la peur persiste chez les habitants.

«Pour leur sécurité, nos femmes musulmanes sont obligées d'accoucher chez-elles avec tous les risques que cela puisse engendrer», témoigne à Anadolu Mahamat Salleh, un chef de groupement dans le PK5, avant d'évoquer les conditions sanitaires dans cette enclave que tous appellent encore ici, «la prison à ciel ouvert» et dont les gardiens officieux restent les milices chrétiennes.

Dans le PK5, sur 3 centres de santé encore ouverts, seule la clinique Chiffa accueille des patients, dans les conditions requises, selon des sources médicales qui avouent toutefois que peu de femmes viennent pour des consultations.

«Mon dernier enfant, je l'ai mis au monde chez-moi. J'avais si peur de sortir et qu'il m'arrive quelque chose... Heureusement que ma belle-mère était là», témoigne Fatima Zara, en scrutant son garçon d'à peine 4 mois, allongé sur une natte.

 


© Droits réservés

Dans cette petite famille en plein milieu du PK5, Moussa, le chef, dit vivre un quotidien difficile. Les commerces des musulmans du quartier reprennent timidement et les clients se font encore rares.

Pour lui, «chaque soir, on souhaite que le lendemain soit meilleur; mais à chaque fois, cela empire. On a du mal à sortir faire ses courses comme tout le monde, surtout quand nos enfants sont malades ou alors quand nos femmes accouchent à même le sol comme des animaux... La peur persiste encore».

Tidjani, 34 ans, a perdu sa femme à la fin du mois de février. «Mariam portait notre troisième enfant. Ce soir là, elle avait mal au ventre. Sachant que le travail avait commencé, je suis allé chercher secours chez les voisins. Mais à mon retour, elle s'était évanouie alors que la tête de l'enfant venait d'apparaître. Nous n'avons pas pu la sauver parce qu'aucun centre n'était ouvert la nuit», explique-t-il, les yeux en larmes.

De sources médicales, ces faits sont fréquents dans le PK5 et pourtant, la situation des femmes n'évolue pas. De nombreuses organisations non gouvernementales qui travaillent dans cette partie de la capitale, n'ont d'ailleurs pas pu faire mieux, avouent-elles.

«Nous sommes en train de chercher les moyens nécessaires pour pouvoir améliorer les conditions de ces femmes mais les défis restent majeurs», indique une source proche de la présidence de la République. En attendant, l'accès aux soins prénataux ou postnataux reste difficile voire quasi-impossible pour les femmes musulmanes.
 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Dommage????

Par Dambéti

19/05/2015 20:38

Pour moi, le KM5 n'est pas et n'a jamais été un quartier musulman dans sa globalité, le KM5 regroupe plusieurs quartiers chrétiens, pour ne pas les citer, et deux, musulmans, Moussa ladji et Camerounais. Bref, ce secteur appelé d'antan Mamadou M'baiki, était un véritable havre de paix, ou chrétiens et musulmans vivaient en parfaite harmonie. Ce quartier qui m'a vu naitre, ne faisait pas la différence entre ces habitants, chrétiens et musulmans on jouait au foot ensemble, mangeaient le chouya et faisait nos quatre cent coups ensemble, sans distinction de confession. Notre KM5, avait pour centrafricains de confessions musulmanes des Haoussa, Bornou etc.. et il n'y a jamais de problème, moi je dis que ce sont ceux qu'on appelle communément Arabou, venu du Tchad voisin qui sont à l'origine de nos discordent, au vu de leur mauvais comportement, au jour d'aujourd'hui, il est rare de trouver mes frères les vrai Haoussa, le KM5 est rempli de Tchadiens et c'est eux les responsables. Je suis désolé d'entendre que mes sœurs ne peuvent même pas aller accoucher dignement, oh mon Dieu aide-nous. A tous les ainés de ce secteur, je leur demande de se réconcilier et remettre de l'ordre dans nos quartiers, ils se connaissent tous, on a tous grandi ensemble, on allait tous ensemble au macaranta, de malha Garba, on prenait la bouillie de ramadan ensemble, de grâce, aimons nous comme on s'aimaient avant, vive le KM5

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués