DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

Abus sexuels: vers la fin de l'impunité pour les personnels onusiens?

Par RFI - 15/05/2015

C'est ce que demande un groupe d'activistes, anciens diplomates et hauts responsables des Nations unies, qui exige la levée de l'immunité diplomatique qui couvre le personnel

 

Bientôt la fin de l'impunité pour les coupables d'abus sexuels dans le cadre de missions de l'ONU ? C'est en tout cas ce que demande un groupe d'activistes, anciens diplomates et hauts responsables des Nations unies, qui exige la levée de l'immunité diplomatique qui couvre le personnel onusien, militaire ou civil, déployé sur le terrain. Deux semaines après les révélations des viols sur de jeunes enfants par des soldats français, tchadiens et de Guinée équatoriale en Centrafrique, ces experts somment l'ONU de réagir pour sauver sa réputation.

Briser la culture du silence qui entoure les crimes sexuels, c'est le cheval de bataille de ces activistes qui ont tous travaillé au sein du système onusien et qui en critiquent aujourd'hui la bureaucratie et le manque de transparence.

Ancien ambassadeur canadien aux Nations unies, Stephen Lewis regrette que dans le cas des viols en Centrafrique impliquant des troupes françaises, l'ONU ait failli à ce qui fait son ADN : la protection des civils et le respect des droits de l'homme. «Cela fait maintenant un an que ces enfants ont été interrogés en République centrafricaine... Nous avons dévoilé de terribles abus de pouvoir contre des enfants. On ne laisse pas traîner cette affaire pendant un an ! C'est inacceptable !»

 


© Droits réservés
Des véhicules militaires de l'ONU en Centrafrique

Responsable mais pas coupable
Du côté de l'organisation, on se défend de chercher à étouffer ces scandales sexuels sous prétexte d'immunité. «On ne veut rien d'autre qu'établir les responsabilités et que justice soit faite mais les moyens que nous avons pour y arriver sont très très limités», explique Tony Banbury, un proche conseiller du secrétaire général Ban Ki-moon.

Faute de Cour de justice, les Nations unies se reposent sur les Etats membres pour engager des poursuites judiciaires. Une formidable excuse pour l'ONU de se dire responsable mais pas coupable.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués