NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Commémoration dans la sobriété du 56ème anniversaire de la mort de Barthélemy Boganda

Par APA - 31/03/2015

Le 56ème anniversaire de la mort du père de l’indépendance et premier président de la République centrafricaine, a été célébré dans la sobriété, dimanche, sur toute l’étendue du territoire national

 

Le 56ème anniversaire de la mort de Barthélemy Boganda, le père de l’indépendance et premier président de la République centrafricaine, a été célébré dans la sobriété, dimanche, sur toute l’étendue du territoire national de ce pays financièrement exsangue et confronté à l’insécurité, a appris APA.La situation financière du pays n’autorisant aucun faste, les manifestations organisées dans le cadre de cet anniversaires se sont limitées au stade strictement protocolaire.

La présidente de la Transition, Mme Catherine Samba Panza, entourée de membres du glouvernement de transition, a déposé des gerbes de fleurs au monument Barthélémy Boganda, à l’entrée du centre ville de Bangui.

D’autres membres du gouvernement ont fait le déplacement de Bobangui, le village natal de l’illustre disparu, à 95 km de Bangui, pour déposer aussi des gerbes de fleur au mausolée Barthélemy Boganda.

 


© Droits réservés
Barthélémy Boganda

Des offices religieux ont été aussi célébrés, au cours desquels nombre de responsables religieux ont rappelé la philosophie de Barthélemy Boganda, basée sur cinq principes fondamentaux, que son parti du Mouvement de l’évolution sociale de l’Afrique noire (MESAN) devait mettre en application, en vue du développement de la République centrafricaine: nourrir, instruire, loger, vêtir et soigner.

Aucun de ses successeurs ne s’est vraiment montré à la hauteur de relever ces défis. A tel point que 56 ans après le décès tragique de Boganda, premier député du territoire de l’Oubangui Chari et membre du Conseil de l’Afrique équatoriale française, la Centrafrique est enlisée dans un cycle infernal de crises, en plus de compter parmi les pays les plus pauvres d’Afrique.

Premier prêtre centrafricain, Barthélémy Boganda a trouvé une mort tragique dans un accident d’avion survenu le 29 mars 1959, alors qu’il revenant de Berberati, une ville à l’ouest de la RCA, o๠il était parti présenter et planter le drapeau national, une emblème sortie de son imagination.

La date de son décès est entrée dans l’histoire de la Centrafrique et commémorée au même titre que les autres fêtes officielles.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués