SOCIéTé  |    

Baisse du nombre de réfugiés centrafricains fuyant vers le Cameroun

Par VOA - 17/03/2015

Le nombre de Centrafricains fuyant vers le Cameroun voisin a chuté de manière spectaculaire, a indiqué une coordonnatrice des Nations Unies au Cameroun, Najat Rochdi

 

Le nombre de Centrafricains fuyant vers le Cameroun voisin a chuté de manière spectaculaire – ce qui pourrait indiquer une certaine réduction de la violence en République centrafricaine.

Malgré tout, de nombreux réfugiés au Cameroun sont encore réticents à rentrer chez eux en raison de la pauvreté, du manque de nourriture et de la peur d'avoir à tout reconstruire alors qu’il ne pourrait que s’agir d’un calme précaire.

Dans l’Est du Cameroun, à la frontière avec la RCA, des agriculteurs et éleveurs centrafricains traversaient en grand nombre depuis février pour chercher refuge en terre camerounaise. Leur nombre qui ne faisait que s’accroitre semble pourtant se réduire depuis peu, d’après une coordonnatrice des Nations Unies au Cameroun, Najat Rochdi.

Zamballa Noezo est arrivé au Cameroun le mois dernier. Ce coiffeur de 52 ans a fui Bria, ville du Nord de la Centrafrique, à l’arrivée des soldats pour réprimer une escalade de la violence entre éleveurs et agriculteurs. Pour Zamballa, la vie y était devenue intenable.

 


© unhcr.org
Il y a également ceux qui ne veulent même plus entendre le mot ‘retour’. C’est le cas notamment de Mamma Ruifah. Cette femme de 40 ans a débarqué à Gado Badzere - l'un des plus grands camps de réfugiés du Cameroun - il y a un an. Mamma Ruifah dit avoir tout perdu dans son pays natal

Il n’y a que de mauvais souvenirs, confie-t-elle. Son mari, son beau-frère et deux ses filles ont été tués devant elle et tous ses biens ont été détruits. Elle dit préférer vendre des haricots et des arachides ici à Gado Badzere afin de pouvoir prendre soin de sa seule fille qui a survécu.

Mais la vie de réfugié n’est évidemment pas facile. L’accès aux soins de santé est un des problèmes majeurs pour ces réfugiés au Cameroun.

« Quant à certains réfugiés hommes, ils se plaignent de la priorité accordée par les agences humanitaires aux femmes et aux enfants. Mais réplique de Anne Njob de la Croix Rouge du Cameroun qui affirme qu’il y a beaucoup plus de femmes et d'enfants dans le besoin », soutient Zamballa Noez.

Une arrivée de réfugiés qui est également synonyme de problème pour les pays d’accueil, comme ici à Gado Badzere, où sévit déjà la pauvreté, affirme Najat Rochdi de l’ONU.

Le Haut-Commissariat pour les Réfugiés affirme que les violences sectaires qui ont éclaté en République centrafricaine en 2013 ont contraint environ 900 000 personnes à chercher refuge dans les pays voisins, dont le Cameroun, le Tchad, la République démocratique du Congo et la République du Congo - la plupart dans des conditions très difficiles.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués