NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Le Panel de l’UA en mission de la «dernière chance» selon le camp Ouattara

Par Afriscoop - 07/02/2011

Le RHDP rend hommage aux présidents du panel pour avoir accepté d’effectuer cette mission

 

Pour le camp Ouattara, l’intervention du panel de l’Union africaine se présente comme une «dernière chance» pour la Côte d’Ivoire. «Le RHDP rend hommage à leurs excellences Mouhamed Ould Aziz, président de la République de la Mauritanie, Jacob Zuma, président de la République d’Afrique du Sud, Idriss Déby Itno, président de la République du Tchad, Jakaya Kikwete, président de la République de Tanzanie, et Blaise Compaoré, président du Burkina Faso pour avoir accepté d’effectuer cette mission qui apparaît comme celle de la dernière chance, pour sortir la Côte d’Ivoire de la crise par la voie pacifique», écrit-t-il dans un communiqué dont Afriscoop a obtenu copie. Le groupement politique, soutien d’Alassane Ouattara salue non seulement l’envoi en Côte d’Ivoire d’un panel de cinq chefs d’Etat mais il espère que le panel aura pour effet de l’ «installer», puisqu’il est reconnu par la Cédéao, l’Union Africaine, l’Union Européenne et l’Organisation des Nations Unies. Contrairement à leur rival le camp Gbagbo qui «récuse» le président du Burkina Faso, les partisans de M. Ouattara rendent «un hommage particulier» à SEM Blaise Compaoré ex-facilitateur du dialogue direct inter-ivoirien. La présence dans le panel du président du Faso témoigne, selon le Rhdp, de la confiance que placent en lui les chefs d’Etat africains et offre des garanties d’impartialité, de vérité et de poursuite heureuse du processus électoral.

 


© afriscoop.com
Les leaders du Rhdp
Les pro-Gbagbo contre Compaoré
Plus de trois mille partisans de Laurent Gbagbo réunis samedi 5 février à la Place de la République à Abidjan (Sud ) ont protesté contre la présence dans le panel de l’Union africaine de Blaise Compaoré. Ils exigent le retrait «purement» et «simplement» du président du Burkina Faso. «Il y a un crabe bizarre dans le panier de l’Union africaine, ne voyez pas Blaise Compaoré comme le président du Burkina Faso, c’est Nicolas Sarkozy qui est là», a dénoncé Charles Blé, en présence de Simone Ehivet épouse de Laurent Gbagbo, de Laurent Dona Fologo président du Conseil économique et social, des membres du gouvernement Aké Ngbo et de bien d’autres personnalités proches. Le président français a retiré du panel son homologue nigérian, Jonathan Goodluck, président en exercice de la Cédéao, pour le remplacer par le président du Faso, a-t-il expliqué. Charles Blé Goudé, président des jeunes patriotes et ministre de l’emploi, a argumenté que le dessein du président français est de déstabiliser le panel et le régime Gbagbo, il assimile Nicolas Sarkozy aux ’’colons’’ commanditaires des «mains noires» coupables des "assassinats" des résistants africains: Patrice Lumumba, Kwamé Nkruma, Thomas Sankara… «On doit demander à Blaise Compaoré en tant qu’acteur de la crise ivoirienne; et nous sommes ici pour montrer au monde entier que la Côte d’ivoire n’est pas d’accord avec sa présence dans le panel de l’UA», a protesté Charles Goudé.

 


© unionafricaine.com
Les chef d'Etats à la 16ème assemblée de l'UA
La mission de Blaise Compaoré de 2007 à 2010
L’audition du président du Faso devrait porter sur le bilan de la mission de trois ans qu’il a mené en Côte d’Ivoire en sa qualité de facilitateur du dialogue inter-ivoirien, matérialisé par un accord dit de Ouagadougou signe le 4 mars 2007. «Vous (UA et Cedeao) avez confié une mission à Blaise Compaoré, une mission qui a duré trois ans de 2007 à 2010. Il a un bilan à faire, le panel doit le rencontrer parce qu’il fait partie du conflit», a orienté M. Blé. Pour lui, il est bon que les choses soient précises: c’est le président Laurent Gbagbo qui a demandé qu’un comité d’évaluation vienne en Côte d’Ivoire pour un recomptage de voix. «Alors, le panel ne vient pas pour réécrire la constitution ivoirienne, parce que tout (la mission du panel) doit se faire en fonction des lois de la Côte d’Ivoire», a-t-il prévenu. «Je sais de quoi vous êtes capables, mais on doit savoir comment et quand utiliser votre force», a-t-il esquivé l’appel de la foule à une descente sur le refuge du gouvernement que reconnaît la communauté internationale.
 
MOTS CLES :  Côte D'ivoire   Réclusion   Présidents   Ua   Panel   Mission 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués