SOCIéTé  |    

Les réfugiés centrafricains sont menacés par la malnutrition en RDC

Par Belga - 04/03/2015

Des milliers de réfugiés ayant fui la crise en Centrafrique souffrent de la faim dans le nord-est de la RDC où ils ont trouvé refuge, a annoncé Médecins sans frontières dans un communiqué

 

Des milliers de réfugiés ayant fui la crise en Centrafrique souffrent de la faim et sont menacés par la malnutrition dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), où ils ont trouvé refuge, a annoncé Médecins sans frontières (MSF) dans un communiqué.

"La majorité de ces réfugiés (...) dépend largement de la générosité de la population locale", elle-même démunie, écrit l'ONG. "L'accès à la nourriture et à l'eau potable est limité pour tous. Ces conditions de vie précaires entraînent une problématique de malnutrition et de recrudescence de maladies hydriques".

En une semaine, MSF a hospitalisé dix enfants souffrant de malnutrition aiguë.

"Parfois, je travaille un jour pour la population locale et en échange je reçois des feuilles de manioc pour nourrir ma famille", a dit à MSF Anne Kabo, 73 ans, une réfugiée vivant en RDC avec sa famille depuis le mois de mai. "Nous mangeons ce que nous pouvons, mais on mange principalement des feuilles de manioc. Parfois nous restons un ou deux jours sans rien à manger".

La Direction générale des Migrations (DGM) congolaise estime que, depuis décembre, environ 30 000 Centrafricains ont traversé le fleuve Oubangui pour gagner la province de l'Équateur, dans le nord-est de la RDC. Le Haut Commissariat aux Réfugiés de l'ONU (HCR) a pour sa part évalué leur nombre à 20 000.

 


© unhcr.org
Les réfugiés, nombreux, qui sont restés au bord du fleuve, devraient bientôt être transférés par le HCR dans un camp plus à l'intérieur des terres. "Entretemps, les besoins d'assistance humanitaire des populations réfugiées et d'accueil restent énormes", insiste MSF. Depuis le début de ses activités dans la région, le 6 février, l'ONG a effectué 754 consultations et 72 patients ont été hospitalisés, le tout dans plusieurs centres de santé situés le long du fleuve.

Depuis la prise du pouvoir en mars 2013 par la coalition rebelle Séléka - à dominante musulmane, chassée à son tour en janvier 2014 - la Centrafrique a sombré dans une crise sécuritaire et politique sans précédent. Les milices anti-balaka qui se sont constituées contre la Séléka sont majoritairement chrétiennes.

"Les réfugiés racontent avoir été victimes d'agressions, d'enlèvements, de viols, de braquages et de menaces par des groupes armés du coté centrafricain. Néanmoins, poussés par la faim, certains choisissent de retourner en RCA en quête de nourriture", indique MSF.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués