NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: L’année 2010 à la Cémac

Par Thierry Ndong, Intégrations - 04/02/2011

Bilan des activités des instances décisionnelles et de la Commission de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale

 

Qu’est-ce qui aura finalement marqué les esprits dans l’espace Cémac en 2010? La réponse à cette question n’est pas toujours évidente de prime à bord. Il faut parfois se creuser les méninges pour trouver quelque chose de pertinent. A noter tout de même, 2010 restera l’année de rupture du consensus de Fort Lamy établit en 1972. La conférence extraordinaire de chefs d’Etat de la Cémac tenue à Brazzaville le 07 juin 2010 consacre désormais le principe de la rotation intégrale et l’accession de tous les Etats membres au poste de premier responsable d’une institution communautaire, y compris l’Etat siège. Tous les mandats au poste de premier responsable sont uniformisés à une durée de cinq ans. L’adoption du Programme économique régional de la Cémac (par la 10 ème conférence des chefs d’Etat de la Cémac réunie en session ordinaire les 16 et 17 janvier 2010 à Bangui) compte également parmi les acquis de l’année 2010. Le Programme économique régional (Per) est une planification stratégique des activités destinées à faire de la sous – région une zone émergente à l’horizon 2025. Dans la perspective de la mobilisation des financements, la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) s’est lancée dans une série de réformes: augmentation du capital social de 94 à 250 milliards de Fcfa; renforcement de la prise de participation de la Béac au capital de la Bdeac à hauteur de 30 % ; nomination de nouveaux responsables, etc. La Commission de surveillance du marché financier d’Afrique centrale (Cosumaf) se positionne aussi comme un outil de financement des économies des pays membres de la Cémac. Elle souhaite mieux faire que les 174 milliards Fcfa injectés en dix ans dans le financement des pays membres de la Cémac. Pour ce faire, elle travaille actuellement – avec l’autorisation de la conférence des chefs d’Etat- au rapprochement des places boursières de Douala et Libreville.

 

Malabo, la capitale de la Guinée Equatoriale, abrite le siège du Parlement communautaire. L’inauguration du nouvel édifice et la prise de fonction des membres du Parlement communautaire a capté les attentions en mars 2010. Cette année est en outre marquée par l’institution d’un audit annuel de l’ensemble des institutions, Organes et institutions spécialisées de la Cémac. Le ton est d’ores et déjà donné avec l’audit de la Béac. Ce qui a notamment permis de constater des détournements massifs de fonds et la persistance des dysfonctionnements au sein de l’Institut d’émission.

Du surplace
2010 aura surtout été l’année du piétinement dans l’espace Cémac. Air Cémac et le passeport Cémac ne sont pas effectifs comme prévu. Ces deux projets étaient pourtant parmi les priorités de l’année 2010. Ils sont en effet la vitrine d’un espace communautaire très peu fluide. Où la circulation des biens et des personnes tarde à atteindre la vitesse normale. Au –delà de ses projets structurants, la Commission de la Cémac semble encore chercher la formule d’un fonctionnement efficient: incapacité à tenir les ateliers de validation des termes de référence sur l’élaboration des politiques et stratégies de développement dans les secteurs d’infrastructures et de développement durable; non mise en œuvre des nouveaux instruments de la politique fiscale; rapports de la surveillance qui tardent à être adoptés, etc. Autant de goulots d’étranglement qui grippent la machine Cémac. Situation préoccupante exacerbée par les difficultés à collecter la taxe communautaire d’intégration (TCI). La plupart des Etats membres de la Cémac ne sont pas à jour de leurs cotisations. C’est tout dire.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Directeur Gérant Global Communications Sarl, directeur de publication du magazine INTEGRATION : Thierry Ndong
  • Tél: +237 33 01 90 46/+237 99 93 10 42/+237 76 20 37 09
  • courriel: globcoms@yahoo.com
  • integration@integrationafrica.org
  • Site Internet: www.integrationafrica.org

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués