NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Divisée, l'ex-rebellion Séléka sera "unie" pour le dialogue national prévu en janvier

Par Sylvestre Krock, AA - 17/12/2014

La Division de la Séléka en trois factions n’impacte d’aucune manière la milice dont les aspirations restent identiques, concernant notamment la réconciliation nationale

 

Quoique divisée, la milice à majorité musulmane Séléka, partie prenante de la crise en Centrafrique, marquera sa présence au forum de réconciliation nationale prévue à Bangui en janvier prochain d'une manière "unie", a assuré à Anadolu le Docteur Amat Mal-Mal, membre du Front Patriotique pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC), l'une des factions de l'ex-rebellion.

L’ex-rébellion Séléka est aujourd’hui divisée en trois factions à savoir le Front Patriotique pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) de Nourredine Adam, l'Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) du Général Ali Darras et le Rassemblement pour la réconciliation des Centrafricains (RPRC) de Herbert Gotran Djono Ahaba.

Pour Mal-Mal, Secrétaire d’Etat au Développement Rural du Front Patriotique pour la Renaissance de Centrafrique, "cette division n’impacte d’aucune manière la milice dont les aspirations restent identiques, notamment concernant la réconciliation nationale."

Au-delà des clivages, "les problèmes fondamentaux telles que le droit de citoyenneté des musulmans, le partage des pouvoirs, la nouvelle gouvernance politique, économique et territoriale et les deux fêtes religieuses et musulmanes sont des questions qui font l’unanimité", au sein des trois factions, et c’est ce qu’elles revendiquent pour une véritable réconciliation, explique Mal-Mal.

"Aujourd’hui le peuple centrafricain est conscient que le forum de réconciliation, ne sera pas comme les précédentes assises, il faut de la méthode, sur la participation et la représentativité des parties prenantes, pour aboutir à des résultats concrets notamment un retour à la paix durable et l’organisation des élections libres, crédibles et transparentes sur toute l’étendue du territoire."

 


© kangbi-ndara.com
"Pour cela, il faut des vrais sacrifices de tous les acteurs au dialogue depuis les préparatifs en passant par la fin des travaux du forum, la mise en œuvre et le suivi des résolutions. Les nouvelles destinées du peuple et le contrôle ne peuvent être confiées qu’aux personnalités démocratiquement élues", fait-il encore savoir.

Concernant le FPRC, Mal-Mal a estimé que la faction, d'un point de vue structurel regroupe toutes les catégories des acteurs de la crise (femmes, jeunes, groupes armés, cadres centrafricains) etandis que sur le plan de sa vision, le mouvement opte, pendant le forum de Bangui," pour la mise en place d’une Charte d’unité nationale et de réconciliation et de nouvel ordre institutionnel qui seront l’émanation de tout le peuple centrafricain", a-t-il ajouté.

La Séléka, une coalition de forces majoritairement musulmane avait renversé en 2013 le président François Bozizé, avant de céder elle-même le pouvoir, quelques mois après, sous la pression internationale, à une autorité de transition. Mais le pays a sombré dans une spirale de violences intercommunautaires opposant Séléka (milice musulmane) et Anti-Balaka (milice chrétienne) qui ont fait des centaines de morts et des centaines de milliers de déplacés.

Plusieurs membres de l’Etat-major de la rébellion Séléka dont le général Ali Darassa , Mahamat Ahamat Alkatim et Amat Nedjat Ibrahim, ont quitté en septembre le mouvement accusant leurs chefs hiérarchiques dont le chef d’Etat-major, Joseph Zoundeiko de s’enfermer dans "des revendications inacceptables et de ne pas œuvrer clairement pour la paix dans le pays".

En octobre dernier, ces mêmes dissidents, avaient tenu une assemblée générale constitutive, à Bambari (Centre), au terme de laquelle ils ont convenu de la création d'une nouvelle structure politico-militaire dénommée Union pour la paix en Centrafrique (UPC).

L'ancien ministre Hervé Gontran Djono Habba, à la tête du RPRC qui regroupe en majorité des combattants Goula, l'ethnie de l'ancien président Michel Djotodia, avait annoncé le mois dernier, que sa composante s'allierait avec l'UPC et le FPRC dans l'objectif de présenter un front commun et uni pour peser de tout son poid dans le dialogue national prévu en janvier dans la capitale centrafricaine et annoncé par la présidente de transition Catherine Samba Panza, en octobre dernier lors de son adresse à la Nation.

"Comme le temps qui nous sépare de la fin de la transition presse et que certains d’entre nous accélèrent le pas pour aller aux élections, j’ai estimé utile de passer directement à l’étape N°3 du Dialogue Politique en veillant à ce que toutes les forces vives de la nation de province soient représentées au grand forum pour la refondation, la réconciliation et la reconstruction nationales. La question de l’élargissement du Conseil National de Transition sera, bien entendu, examinée lors de ce dialogue comme je l’ai déjà déclaré, à plusieurs reprises", avait-elle d'ailleurs déclaré.
 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Djono pille l'état pour son compte

Par KBlanche

31/05/2015 18:49

Ceux qui œuvrent pour une troisième transition n’agissent que par intérêt personnelle. Il suffit de voir Gontran Djono qui pille les caisses de l’état pour remplir ses poches. Entre les diamants et le pétrole, c’est juste un opportuniste qui est près à retourner sa veste pour s’enrichir sans scrupule, quitte à trahir dans son propre camp comme il l'a fait avec nourredine adam. C’est pas avec des hommes comme lui que la rca pourra se reconstruire.

DJONO ne peut pas etre candidat

Par Souleym

07/06/2015 18:50

Djono, qui pille l’etat et fait de la vente illegale de diamants pour ses interets personnels, n’a aucune raison d’etre candidat et encore moins ministre au prochaines elections. Pour représenter le pays il nous faut des politiciens irreprochables avec de l’envergure politique qui trvailleront a la reconstruction. Tout est dit dans l’article de Blanche KERE : « en route vers les élections : pas de place pour les opportunistes » publié dans Alwihdainfos. http://www.alwihdainfo.com/En-route-vers-les-elections-pas-de-place-pour-les-opportunistes-_a17764.html

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués