DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

France Centrafrique: Micmac

Par Joseph Akouissonne - 15/12/2014

Par Joseph Akouissonne

 

CACOPHONIE
Un an déjà que la France a dépêché une armada en Centrafrique. Pour - selon les autorités - mettre fin à un génocide découlant d’une guerre de religions. Mais il ne s’agissait pas d’une guerre de religions. C’était d’un trop plein d’injustice sociale et de mauvaise gouvernance que le pays souffrait. Depuis l’indépendance, la majorité des Centrafricains a été soumise à la rapine et à l’avidité d’une petite élite, qui a toujours pu compter sur la complicité de la France, accommodante avec des pouvoirs locaux iniques –uranium et autres matières premières obligent. Cette exploitation du peuple centrafricain par son élite a saigné à blanc les populations. Elle les a dépouillées d’une partie de leur dignité en les infantilisant. En les méprisant. Mauvaise gouvernance et exploitation de la population ont conduit à une injustice sociale chronique. Ajoutez à cela les pétromonarchies qui rôdent, finançant la Séléka à majorité musulmane. Un cordon néfaste est en train de cerner la R.C.A. Le surgissement de califats autoproclamés renforce la partition du pays. Le nord et le nord-est du territoire sont, désormais, sous le contrôle des ex-Sélékas qui font ce qu’ils veulent, en narguant le Gouvernement de transition. Un Gouvernement qui, après avoir suscité tant d’espoir dans le pays, apparaît aujourd’hui si affaibli et manipulé par des forces occultes étrangères...

CECITE POLITIQUE
Sélékas, antibalakas ou pas : de toute façon, le chaos sanglant était prévisible depuis des années. Les gouvernements successifs, uniquement préoccupés par la cagnotte personnelle de leurs dirigeants, ont dépouillé le pays de ses structures étatiques. Le Centrafrique est un état sans état. Et, comme trop souvent, c’est la France, ancienne puissance coloniale, qui organise et impose à la va-vite des élections précipitées, alors que l’administration du pays est totalement désorganisée. La capitale Bangui fait illusion. Et permet à certains - France en tête - d’affirmer que les violences ont cessé. Ce qui est faux : car, même à Bangui, les assassinats continuent. Par ailleurs, les Centrafricains musulmans qui ont fui leur pays ne sont pas revenus. Le tissu économique informel, qui reposait en grande partie sur eux, est aujourd’hui en panne. Il faudrait envoyer des émissaires auprès d’eux, afin de les rassurer et de les ramener au pays. Mais, dans les provinces, les préfets sitôt nommés sont chassés par les ex-Sélékas, qui dictent leurs lois en terrorisant et massacrant les populations.

 


© franceinter.fr
URGENCE
Avant toute élection, les priorités sont multiples : il faut redonner la parole au peuple. Ramener sur tout le territoire la justice sociale. En finir avec les gouvernants tribaux et régionalistes, avec une gouvernance archaïque et clanique. Redonner leurs lettres de noblesse aux paysans centrafricains et à l’agriculture, qui a, de tout temps, su nourrir les populations sans dommages pour l’environnement Obliger les investisseurs étrangers à transformer sur place les matières premières avant de les exporter. Ainsi, des unités de production seront installées dans le pays, entraînant des transferts de technologies, des formations pour les jeunes etc... Revitaliser l’école et l’université centrafricaines. Remotiver les enseignants déprimés. Tracer des perspectives pour les jeunes diplômés. Revitaliser également le tissu hospitalier. Réactiver les dispensaires qui, jadis, maillaient le territoire. La République Centrafricaine a des potentialités de développement avérées. Sa population, les jeunes surtout, demande à ce qu’on lui redonne confiance en l’avenir. Les Centrafricains doivent retrouver la fierté et la combativité, qui ont donné tant de fil à retordre aux esclavagistes européens et arabes…. « ALLA GBOU NI NGANGOU ALLA ZIA NI A TI PEPE !» (Tenez bon ! N’abandonnez pas !)
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués