SOCIéTé  |    

Centrafrique: le long chemin du pardon

Par portesouvertes.fr - 10/12/2014

Alors que la France prévoit le retrait de ses soldats, les chrétiens toujours menacés poursuivent un long combat intérieur: celui du pardon

 

«Comment voulez-vous que je pardonne tout ce qu’on nous a fait ?», s’était écrié le pasteur Marc* au cours d’un séminaire sur le pardon. Depuis, Dieu a transformé son cœur et, aujourd’hui, il aide les autres à emprunter le même chemin. Il est impliqué avec Portes Ouvertes dans l’aide post-traumatique.

«Au cours d’une soirée de prière, j’ai demandé aux participants de pardonner les fautes commises à leur encontre. Mais ils étaient réticents», partage Marc. « À partir du texte d’Ésaïe 61, je leur ai conseillé d’exprimer leur fardeau par écrit. Ensemble, nous avons construit une croix. J’ai demandé à ce que les papiers soient déposés au pied de cette croix, et j’y ai mis le feu. Ensuite, j’ai invité les personnes à récupérer ce qu’elles avaient écrit ; elles m’ont répondu que c’était impossible. J’ai alors fait le parallèle avec nos douleurs que Dieu guérit. À la fin, nous avons tous éclaté en sanglots.»

 


© corbeaunews.ca
Surmonter et aider
Plusieurs témoignent que leur participation à un séminaire post-traumatique leur a permis de surmonter leurs traumatismes, et ensuite d’aider à leur tour d’autres personnes grâce à cette expérience. Il y a un tel besoin de guérison en Centrafrique! Les chrétiens réalisent que le pardon est nécessaire. Ils luttent intérieurement pour devenir capables de pardonner à leurs persécuteurs et parvenir à vivre de nouveau en paix avec ceux qui les ont tant fait souffrir.

En attendant, la situation du pays demeure catastrophique. L’insécurité reste un point très sensible. Villages vidés de leurs habitants, barrages routiers sous tension… les violences et la persécution sont palpables. Quand les troupes françaises se seront retirées, le gouvernement centrafricain sera-t-il en mesure de contenir les violences entre les rebelles Sélékas et les forces anti-balakas ? Pris dans un étau, les chrétiens déclarent cependant avec foi: «Nous ne prendrons pas les armes pour tuer nos voisins. Nous avons un témoignage de vie à transmettre.»
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués