DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

Les soldats français de Sangaris frappés par le stress post-traumatique

Par rtl.fr - 09/12/2014

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, les massacres ont cessé en Centrafrique. Mais nombre de soldats français sont affectés

 

La France est intervenue le 5 décembre 2013 en Centrafrique, sur mandat de l'ONU, pour tenter de casser une spirale de violences inter-communautaires née du renversement du régime de François Bozizé en mars 2013 par une coalition rebelle à dominante musulmane, la Séléka.

La mission française se voulait courte et presque simple sur le papier. Mais un an après, l'opération Sangaris s'est révélée beaucoup plus dure et traumatisante que prévu. Les soldats français se sont retrouvés pris entre deux feu, dans un climat de guerre civile et dans des conditions souvent très rudimentaires.

Les hauts gradés évoquent des scènes terribles
Le lieutenant Florian fait partie du 13ème Bataillon des Chasseurs Alpins, basé à Chambéry. Il a été déployé en Centrafrique pendant quatre mois. "Notre mission, c'était vraiment de s'interposer entre deux camps. C'était quelque chose de très complexe comme tout conflit, notamment confit en Afrique", explique-t-il.

"Il y a beaucoup d'exactions, de combats, donc forcément, des combats ça implique des morts. Des morts qui souvent étaient laissés à l'abandon dans la rue", ajoute le militaire. "Moi, ma crainte première, c'était de revenir avec un personnel en moins. Sur les dix secondes où on entend la grenade exploser juste à côté de ses éléments, on est inquiet, voilà, on est inquie", poursuit-il

Il y a beaucoup de pudeur dans les paroles de ce militaire. Mais hors micro, les hauts gradés vont plus loin. Ils parlent des scènes terribles, des carnages ethnico-religieux. Tout un ensemble qui peut provoquer des situations de stress aigu qui vont perdurer même après le retour de mission. C'est ce qu'on appelle le syndrome de stress post-traumatique.

Une trentaine de nos soldats ont été diagnostiqués à leur retour de Centrafrique. Plus largement, ils sont plus d'un millier a être suivis depuis 2011. Un chiffre sûrement sous-estimé, car le militaire n'est pas quelqu'un qui se livre facilement.

 


© DR
Pour repérer les soldats en souffrance, le major Pascal, du 92ème Régiment d'Infanterie de Clermont-Ferrand, est là pour déceler les premiers signes au sein de son unité. "Quelqu'un qui va s'isoler, qui ne va plus communiquer avec ses camarades, qu'on va entendre pleurer la nuit dans son lit, qui ne discute plus, qui ne mange plus, qui a du mal à partir en mission, à monter dans l'engin", énumère-t-il.

"Tous ces troubles vont nous alerter sur le fait qu'il y a forcément un problème. C'est important de le déceler parce que le soldat va être moins performant. Cela va se dégrader très rapidement parce que c'est une espèce de spirale de négativisme qui fait qu'il va s'enfoncer gentiment", poursuit le major Pascal.

Certains peuvent même aller jusqu'au suicide. Mais là-dessus, on ne dispose d'aucun chiffre.

Prise en charge psychologique
Depuis 2008 et l'embuscade d'Uzbin en Afghanistan (10 morts parmi nos militaires), l'armée a changé tout son dispositif de prise en charge psychologique. Désormais, des psychologues sont affectés à chaque unité. Certains vont même sur les terrains d'opérations extérieures. C'est le cas, par exemple, au Mali et en Centrafrique. Les familles sont aussi prises en charge.

Il y a également les fameux "sas de décompression", créés en 2009 pour préparer le retour des soldats chez eux. Trois jours de repos et de débriefing dans les hôtels. Il y a eu Chypre et maintenant Dakar, où sont accueillis depuis le mois d'octobre les soldats qui reviennent de Centrafrique.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués