NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

La Coordonnatrice humanitaire de l'ONU évalue les besoins au nord de Bangui

Par Rédaction Journaldebangui.com, avec un.org - 04/12/2014

Environ 2,7 millions de personnes sur 4,6 millions d'habitants dans le pays, ont besoin d'une assistance humanitaire

 

La Coordonnatrice humanitaire principale en République centrafricaine, Claire Bourgeois a effectué la semaine dernière une visite dans deux préfectures au nord de la capitale Bangui pour évaluer la réponse humanitaire et identifier les besoins prioritaires.

«A Dekoa (préfecture de Kémo), les acquis récents de stabilité témoignés par la diminution du nombre de personnes déplacées, la réouverture du centre de santé et du marché, doivent être consolidés », a souligné Mme Bourgeois dans un communiqué de presse publié mercredi. « Le travail réalisé par la mission catholique pendant les moments forts de la crise, en accueillant les personnes déplacées et en leur fournissant les premiers soins, est à remercier.»

A Kaga Bandoro, dans la préfecture de Nana Gribizi, où l'hôpital préfectoral et les sites spontanés ont été visités, les besoins urgents identifiés sont la sécurité dans la zone, les besoins alimentaires, les abris, l'éducation et les non vivres, a précisé le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Les personnes déplacées rencontrées par la délégation menée par Mme Bourgeois ont déclaré souhaiter retourner chez elles dès que la sécurité et une assistance dans leur zone de retour sont assurées.

 


© OCHA/Lauren Paletta
Un camp de déplacés en République centrafricaine
La délégation a constaté que tout au long de l'axe Kaga Bandoro-Mbatta, la population retourne graduellement et les différentes activités se remettent en place avec la reprise des structures scolaire et sanitaire grâce à l'intervention de la communauté et des actions humanitaires. Toutefois, le village de Mbatta reste un village déserté dont les habitants sont en brousse.

«Il est encourageant de rencontrer ces retournés même si ce retour est timide dans certaines zones. Il est par contre inacceptable de voir d'autres populations, avec femmes, enfants, personnes âgées, retourner en brousse pour rechercher de la sécurité mettant ainsi en péril leur santé», a dit Mme Bourgeois.

Quant à des groupements peulhs rencontrés, l'instabilité les oblige à adopter des modes de vie différents des leurs, rendant également ces populations plus vulnérables.

Quelles que soient les populations civiles, les humanitaires continuent à déployer tous leur efforts pour favoriser l'accès au service de base, aider les plus vulnérables, créer des conditions favorables au retour et travailler sur la résilience.

«Je me réjouis de l'annonce de la restauration de l'Etat dans la région et de l'augmentation de la patrouille de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) qui contribueront à la sécurisation et redonnent espoir», a déclaré Mme Bourgeois.

La République centrafricaine continue de faire face à une grande crise humanitaire. Environ 2,7 millions de personnes sur 4,6 millions d'habitants dans le pays, ont besoin d'une assistance humanitaire.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués