NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Trois factions composent désormais l'ex-rébellion Seleka

Par RFI - 21/11/2014

C'est ce qui ressort du Congrès de la faction du général Zacharia Damane qui se déroule depuis jeudi dans la localité de Bria à l'est de la RCA

 

La Seleka est divisée en trois. C'est ce qui ressort notamment du Congrès de la faction du général Zacharia Damane qui se déroule depuis jeudi dans la localité de Bria à l'est de la RCA. Cette faction composée de membres de la communauté Goula cherche à se doter d'un nouveau leader et d'un chef d'état-major. Les deux autres factions, celle de Nourredine Adam et celle de Ali Darras ont elles aussi tenu leurs congrès ces dernières semaines.

Latentes depuis l'éviction de la Seleka du pouvoir, les divisions qui minent la coalition sont arrivées à un point de non-retour. Chaque faction a sa direction et son état-major. A Bria, la faction de Zacharia Damane issue de l'UFDR est en train de se choisir ses nouveaux leaders. Le général Zundeko, un temps chef d'état-major de la nouvelle Seleka, pourrait devenir son chef militaire. A Bambari, la faction d'Ali Darrass soutenue par la communauté des Peuls s'est « autonomisée » depuis plusieurs mois avant de se rebaptiser UPC fin octobre au cours d'un congrès. Quant à la faction de Nourredine Adam, elle a tenu son congrès il y a une semaine et s'est installée dans la ville de Kaga Bandoro. dotée d'une direction et d'un état-major distinct.

 


© Reuters
Des soldats de la Seleka dans un pick-up, au nord de Bangui le 27 janvier 2014
Trois groupes, trois villes, trois états-majors, et autant d'ambitions différentes. Selon le Groupe d'experts pour la Centrafrique, c'est le contrôle des zones diamantifères et aurifères qui explique les affrontements du mois d'août entre l'UFDR et le groupe d'Ali Darrass dans la région de Bambari.

Par ailleurs, ces factions ont aussi des ambitions politiques en vue du Forum de Bangui prévu en janvier prochain. Une sorte de course aux postes ministériels et administratifs s'est enclenchée et les chefs de l'ex-rébellion veulent jouer leur carte. La Seleka est peut-être enterrée, mais ses composantes sont toujours présentes et entendent peser dans le débat national.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués