NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: le report de la fin de la transition est "inévitable"

Par Sylvestre Krock, AA - 12/11/2014

"Conformément à l’article 102 de la charte constitutionnelle, la transition pourra être prolongée de six mois"

 

La date de février 2015, initialement prévue pour la fin de la transition en Centrafrique n’est plus tenable et le report est inévitable, a annoncé mardi Basile Ikouebe, Représentant du Médiateur international, lors d’une conférence de presse tenue par le Groupe international de contacts sur la RCA (GIC), à Bangui.

Il a ensuite indiqué que les élections auront de ce fait de nouveaux délais : «nous avons constaté que malgré toutes les bonnes volontés, le délai de février 2015 pour la tenue des élections, donc la fin de la transition, parait intenable. D’ailleurs, conformément à l’article 102 de la charte constitutionnelle, la transition pourra être prolongée de six mois. Il faut réfléchir avec les autorités de la transition pour voir comment permettre à toutes les instances de préparer les élections dans de meilleures conditions ».

Le même animateur de ladite conférence a ainsi appelé la communauté internationale à continuer son soutien pour les autorités centrafricaines, en vue d’une meilleure sécurisation du pays et d’une bonne prise en charge des 20 000 personnes déplacées aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays ».

 


© DR
Cathérine Samba Panza, présidente de la transition en RCA
Ont assisté à la 6ème réunion du Groupe international de contacts sur la Centrafrique Catherine Samba Panza, présidente de transition, Mahamat Kamoun , Premier ministre, Basile Ikouebe, ministre congolais des Affaires étrangères et Envoyé spécial du Médiateur international, Babakar Gaye, Représentant du Secrétaire général des Nations unies et chef de la Minusca (Mission internationale des Nations Unies pour la stabilisation en Centrafrique), Smail Chergui, commissaire à la paix et sécurité de l’Union africaine, Adolph Nahayo, Ambassadeur de la CEEAC (Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale) et de Moussa Faki, ministre tchadien des Affaires étrangères, représentant le président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

La centrafrique est depuis décembre 2013 secouée par un conflit intercommunautaire opposant séléka (milices de confession musulmane) et anti-balaka (milices de confession chrétienne). Ce conflit a contraint des milliers de musulmans à quitter la Centrafrique vers les pays voisins.

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués