SOCIéTé  |    

Des ONG dénoncent le racket des bandes armées en RCA

Par lemonde.fr - 12/11/2014

Médecins sans frontières (MSF) a dénoncé mardi 11 novembre « la multiplication des actes de violences et de racket » dont sont la cible en RCA les organisations humanitaires

 

Médecins sans frontières (MSF) a dénoncé mardi 11 novembre «la multiplication des actes de violences et de racket » dont sont la cible en République centrafricaine (RCA) les organisations humanitaires de la part de « groupes armés crapuleux ».

Les 7 et 8 novembre, deux camions de MSF transportant du matériel médical ont été interceptés en province par un groupe armé, qui a exigé une rançon pour libérer les véhicules et le personnel, indique MSF dans un communiqué:

«Ces deux événements sont très graves. A chaque fois, les attaquants se sont montrés très agressifs, insultants, menaçants, pointant leurs armes sur nos personnels, tirant en l'air, etc. Ce qui s'est révélé être de réelles séquestrations s'est dans les deux cas soldé par le versement d'importantes sommes d'argent. »

 


© AA
«Vide sécuritaire»
«Personne n'a été blessé, mais de telles agressions et menaces à l'encontre d'activités humanitaires sont inadmissibles. Ces événements sont bien la preuve que, malgré le discours optimiste ambiant, dispensé, notamment, par les forces internationales, la situation en RCA est loin d'être pacifiée », ajoute-t-elle : « L'insécurité représente toujours une entrave majeure à la délivrance des secours dans ce pays en crise où les besoins humanitaires sont énormes. »

« Le gouvernement en place est totalement absent et silencieux. L'impunité est de rigueur. La Minusca [pour Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique, une opération de maintien de la paix] échoue à protéger les civils. Sangaris et Eufor [respectivement les forces française et européenne] ne parviennent pas sécuriser le pays et les axes routiers », critique l'organisation Médecins sans frontières, selon laquelle « à l'image des populations centrafricaines, les ONG, victimes de ce vide sécuritaire, sont les cibles faciles de la violence et de la cupidité de groupes armés crapuleux ».

La crise centrafricaine est née du renversement, en mars 2013, du régime de François Bozizé par la rébellion Séléka – à dominante musulmane dans un pays très majoritairement chrétien – de Michel Djotodia. M. Djotodia a lui-même été contraint à la démission début 2014 pour son incapacité à mettre fin au cycle infernal de représailles et de contre-représailles entre combattants Séléka et miliciens majoritairement chrétiens anti-balaka qui a plongé le pays dans une crise humanitaire sans précédent.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués