DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

CSP, Sassou, les elections, l'histoire et nous

Par Clément De Boutet-M'bamba - 30/10/2014

Par Clément De Boutet-M'bamba

 

Honki de Sassara écrit: «Lorsqu’au milieu du 19ème siècle Stanley entreprit de traverser le continent d’est en ouest et qu’en 1876 il remonta le cours du Congo, la zone, comprise entre les deux rivières, Oubangui au sud et Chari au nord qui sera appelée Oubangui-Chari, était bien à l’écart de son itinéraire et manqua une nouvelle occasion d’être explorée. Léopold II, roi des Belges, commençait à lorgner avec insistance vers ce no man’s land et n’excluait pas de l’intégrer à l’État indépendant du Congo, son bien personnel; Savorgnan de Brazza installé à Brazzaville eut vent du projet d’annexion; il en informe la France, sa patrie, qui immédiatement intègre la zone à son espace à explorer et à coloniser. Il paraît vraisemblable que la France ait mis l’Oubangui-Chari dans son escarcelle avec la seule volonté de ne pas faire un autre cadeau territorial aux Belges. Aussi, des années plus tard, s’avère-t-il de façon affligeante que la France ne sait toujours pas plus qu’à l’époque ce qu’elle pourrait bien faire de ce territoire. Le pays tout entier souffre de ce statut de « territoire acquis au pis-aller », ce qui en fait un État traité inéquitablement, toujours en fin de liste et à la traîne des autres. C’est le pays dont on expédie les problèmes pour vite les oublier et qu’on relègue dans les quantités négligeables.» (1)

Le 16 octobre 1997, le général Denis Sassou Nguesso, victorieux de la guerre civile qui secoue le Congo Brazzaville depuis 1993, déclare la fin des hostilités. De 40.000 à 100.000 morts tapisseront le chemin du retour aux affaires de l'homme d'Oyo pour la plupart sur Brazzaville et sa région.

Pour sortir définitivement du chaos et mettre le pays sur le chemin de la renaissance, les Congolais auront pris 5 années, oui 5 longues années pour organiser une conférence de réconciliation, adopter une nouvelle constitution et une longue série de lois et codes, relancer la reconstruction des infrastructures et enfin, organiser des élections en 2002 qui auront permis à Sassou Nguesso de devenir pour la 1ère fois démocratiquement élu.

En comparaison, la crise centrafricaine est 4 fois celle du Congo. Alors pourquoi le médiateur de la crise centrafricaine, veut-il appliquer chez nous, une solution contraire à celle appliquée dans son pays et qui lui permet aujourd'hui d'être solide et en pleine émancipation ?

Nous ne cesserons jamais de le dire, voter dans l'immédiat n'est pas la solution à la crise centrafricaine, c'est une fuite en avant. Et ceux qui font la promotion de cette solution, reviendront demain pour une énième médiation ou mission des nations unies.

 


© Droits réservés
Ange Félix Patassé, ancien président centrafricain
En Centrafrique, on vote presque tous les deux ans et demi depuis 1937. Si cela était la solution à nos maux, on le saurait déjà :

1937 – Elections au Conseil d’administration de l’AEF (Brazzaville)
1938 – Elections au Conseil d’administration de l’AEF (Brazzaville)
1939 – Elections au Conseil d’administration de l’AEF (Brazzaville)
1945 – Elections à la 1ère Assemblée Constituante (Paris)
1946 – Elections à la 2ème Assemblée Constituante (Paris)
1946 – Elections à l’Assemblée Nationale (Paris)
1946 – Elections au Conseil Représentatif de l’Oubangui-Chari (Bangui)
1951 – Elections à l’Assemblée Nationale (Paris)
1952 – Elections à l’Assemblée Territoriale de l’Oubangui-Chari (Bangui)
1956 – Elections à l’Assemblée Nationale (Paris)
1956 – Elections municipales (à Bangui)
1957 – Elections à l’Assemblée Territoriale de l’Oubangui-Chari (Bangui)
1958 – Référendum constitutionnel (La Communauté)
1959 – Elections à l’Assemblée Législative de la RCA (Bangui)
1960 – Elections législatives partielles (3 sièges à pourvoir)
1964 – Elections présidentielles
1964 – Elections à l’Assemblée Nationale de la RCA
1979 – Elections municipales (8 centres)
1981 – Référendum constitutionnel
1981 – Elections présidentielles
1986 – Référendum constitutionnel et plébiscite présidentiel
1987 – Elections à l’Assemblée Nationale (1ère législature)
1988 – Elections municipales
1992 – Elections présidentielles et législatives (annulées)
1993 – Elections présidentielles et législatives (2ème législature)
1994 – Référendum constitutionnel
1998 – Elections à l’Assemblée Nationale (3ème législature)
1999 – Elections présidentielles
2004 – Référendum constitutionnel
2005 – Elections présidentielles et législatives (4ème législature)
2011 – Elections présidentielles et législatives (5ème législature)

Les espoirs déçus de 1993, 1998, 1999, 2005 et 2011 sont assez proches de nous, pour que nous ne perdions pas de vue qu'aujourd'hui, la RCA vit une crise de RENAISSANCE et non une crise de légitimité.
Que faire ?

Allons au dialogue. Pourquoi certains n'en parlent plus ? Pourquoi a-t-on peur du dialogue ? Pourquoi a-t-on peur d'un processus judiciaire ? Pourquoi veut-on s'essuyer les pieds sur le code électoral centrafricain dont les dispositions ne permettent aucune élection en RCA avant au minimum juillet 2015 et encore moins février ?

Reprendre son droit à la vie comme le dit la Renaissance, c'est aussi reprendre le contrôle de son agenda. Centrafricain du Nord, du Sud, de l'Est, de l'Ouest, du Centre et de l'Extérieur, ce temps-là est arrivé.
 
MOTS CLES :  Sassou Nguesso   Centrafrique   Oubangui Chari 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • 1: Centrafrique la dérive singulière, Page 8, Honki de Sassara, Paris septembre 2014, ISBN : 978-2-343-03193-4
  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués