NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Burkina: fin des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre

Par AFP - 28/10/2014

Les affrontements ont pris fin mardi à Ouagadougou, après plusieurs heures, entre policiers et manifestants qui dénonçaient une révision constitutionnelle permettant le maintien au pouvoir de Compaoré

 

Les affrontements ont pris fin mardi à Ouagadougou, après plusieurs heures, entre policiers et manifestants qui dénonçaient une révision constitutionnelle permettant le maintien au pouvoir du président burkinabè Blaise Compaoré, a constaté l'AFP.

Les affrontements avaient éclaté au terme de cette manifestation monstre appelée par l'opposition avant l'examen, jeudi par l'Assemblée nationale, du projet de révision constitutionnelle. Quelques manifestants ont été légèrement blessés, a constaté l'AFP.

Le trafic a progressivement repris dans l'après-midi sur l'avenue de la Nation, l'une des principales artères du centre de la capitale.

La police cherchait toutefois à déloger plusieurs centaines de protestataires qui entendaient occuper la place de la Nation, lieu symbolique de la capitale, d'où est partie la manifestation mardi matin.

Les policiers ont obligé une dizaine de manifestants à dégager les barrages de fortune, faits de pierres, de pneus et de bidons construits à l'occasion de la marche.

 


© AFP
Des participants à une manifestation contre le projet de révision constitutionnelle organisée par l'opposition, à Ouagadougou le 27 octobre 2014
"Nous nous organisons pour le siège. Nous allons investir les lieux. Nous n'avons pas l'intention de partir. Nous n'avons pas d'arme, que nos idées", a lancé le chanteur Smockey, l'un des leaders du "balai citoyen", un mouvement très hostile au maintien de M. Compaoré, au pouvoir depuis 1987.

Me Bénéwendé Sankara, chef de file de l'opposition, a dit pouvoir "comprendre les manifestants" et "l'impatience de la jeunesse". Mais il a affirmé que les partis de sa mouvance ne leur ont donné "aucun mot d'ordre".

Des personnalités d'opposition ont toutefois appelé à de multiples reprises le peuple à bloquer le Parlement jeudi pour empêcher le vote du projet de loi sur la modification de la Loi fondamentale.

Ailleurs dans le pays, les manifestations, qui se sont tenues dans toutes les plus grandes villes, se sont dispersées dans le calme, selon des témoignages.

L'opposition a revendiqué un million de manifestants dans les rues, mais ni la police ni la gendarmerie, jointes par l'AFP, n'ont communiqué leur propre évaluation du nombre de manifestants.
 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués