SOCIéTé  |    

Les Anti-Balaka relâchent un militaire de l'armée centrafricaine

Par Redaction journaldebangui.com avec Anadolu Agency - 20/10/2014

Le lieutenant des Forces armées centrafricaines (FACA), Juste Konzi, pris en otage par les Anti-Balaka le lundi 13 octobre 2014 a été rendu dimanche au Comité international de la Croix-Rouge

 

Un Lieutenant des Forces armées centrafricaines (FACA), pris en otage par des membres de la milice Anti-Balaka le 13 octobre dernier a été libéré dimanche, a constaté le correspondant de Anadolu.

Le Lieutenant des Forces armées centrafricaines (FACA), Juste Konzi, pris en otage par les Anti-Balaka le lundi 13 octobre 2014 a été rendu au Comité international de la Croix-Rouge, en présence de la presse.

Alfred Yékatom Rhombot, responsable des Anti-balaka du sud, auteur de la prise d’otage a déclaré pour la circonstance: «C’est un frère d’arme. D’ailleurs, nous n’avons rien contre lui, il est libre.»

Quant à l’otage désormais libre, son vœu ardent est de retrouver sa famille puis de s’occuper de sa santé. «Je n’ai pas grand-chose à dire aujourd’hui. La seule chose que je peux vous dire, c’est que je vais d’abord voir ma santé et je me réjouis de rencontrer ma famille.», a déclaré le Lieutenant Konzi.

 


© La Voix de l'Amérique
Rappelons que le dimanche 12 octobre dernier, un groupe des FACA, exaspérés par les exactions des Anti-balaka sur la population civile du 6ème arrondissement de Bangui, a lancé un assaut contre les Anti-balaka qui ont été mis en déroute au quartier Pétévo. Un jour après la confrontation militaire, le Lieutenant Juste Konzi a été aperçu dans un véhicule dans la banlieue sud-ouest de la capitale centrafricaine. C’est alors qu’il a été capturé par les Anti-balaka. Les ravisseurs accusent l’otage d’avoir été le maître à jouer de l’assaut des FACA.

Du côté de la hiérarchie militaire des FACA, aucune déclaration n’a été enregistrée. Igor Lamaka, porte-parole des Anti-balaka parle d’une initiative unilatérale de la milice.

La Centrafrique a renoué depuis le 7 octobre dernier avec les violences intercommunautaires opposant musulmans et chrétiens du pays par milices interposées. Anti-Balaka (milice chrétienne) et Séléka (milice musulmane) se sont entretués pendant une année avant de signer en juillet dernier un accord de cessation des hostilités. Un gouvernement de large ouverture a également été formé avec à sa tête, pour la première fois dans l’histoire du pays, un premier ministre musulman.
 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués