NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: la présidente Samba Panza a rencontré les anti-balaka

Par journaldebangui.com et autres médias - 13/10/2014

L’entrevue laissait espérer une décrispation après plusieurs jours de violences à Bangui qui ont fait une dizaine de morts

 

Il est apparu lors de la rencontre de la présidente avec les anti-balaka qu'il y a eu des malentendus. Aujourd'hui, on peut dire que sa rencontre avec les anti-balaka a permis de lever ces malentendus, a relevé la porte-parole Marie Antoinette Montaigne Moussa à la radio nationale. De ce qu'ils ont pu lui dire, on peut s'attendre à ce que la décrispation arrive progressivement dans les prochains jours. Et que le pays retrouve un peu de répit, pour que le peuple commence à vivre et à vaquer à ses occupations, a ajouté la porte-parole. Mme la présidente espère que anti-balaka obtiendront de leur base la levée des barricades érigées à Bangui afin que les activités reprennent le week-end et que lundi, les administrations puisse rouvrir, et les activités économiques reprendre dans le pays.

 


© Droits réservés
Mme Catherine Samba-Panza
De source proche des anti-balaka, ces derniers ont été bien reçus par la présidente à qui ils ont transmis cinq revendications majeures. Ils n'exigent plus directement la démission de la présidente mais ils réclament celle du gouvernement, la libération de leurs responsables actuellement sous les verrous, l'arrêt de la traque de leurs hommes, la réintégration de leurs membres qui ont été révoqués de la fonction publique et l'application de l'accord de fin des hostilités signé à Brazzaville en juillet. Mme Montaigne a qualifié ces revendications de demandes difficiles pour la transition, l'exécutif provisoire chargé de sortir la Centrafrique de la crise.

Les milices anti-balaka avaient demandé il y a quelques jours, le départ de la présidente Samba Panza, lui reprochant de n'avoir pas su répondre aux attentes des Centrafricains et évoquant le détournement présumé de plusieurs millions de dollars donnés en liquide par le gouvernement angolais.

Des violences ont éclaté mardi, 07 octobre à Bangui, faisant au moins 10 morts en quatre jours --dont un Casque bleu pakistanais-- et des dizaines de blessés, notamment dans des accrochages entre anti-balaka et forces étrangères (françaises, européennes et onusiennes). Le calme était dans l'ensemble revenu, mais des échanges de tirs étaient encore signalés à une dizaine de kilomètres au nord de la capitale, le samedi, 11 octobre.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Madame Sapo M'balla vous n'êtes qu'une opportuniste et voleuse patentée.. vous n'avez aucune probité devant le peuple Centrafricain pris en otage ..

Par sorokaté

14/10/2014 10:22

En mars, le président angolais José Eduardo dos Santos avait octroyé un don de 10 millions de dollars à son homologue centrafricaine Catherine Samba-Panza afin de renflouer son pays en faillite. Un quart de cette somme n'est pas entré dans les caisses de l'État. Simple oubli ?

Quand on préside - ne serait-ce que par intérim - aux destinées d'un pays pauvre, sinistré, instable et entièrement dépendant de l'aide financière et militaire étrangère, on se doit d'être irréprochable côté gouvernance. Cette leçon, Catherine Samba-Panza devrait la méditer alors que la Centrafrique vient de PASSER sous quasi-tutelle onusienne et que le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale s'apprêtent à examiner son cas, début octobre, à Washington.

Au coeur des préoccupations des grands argentiers de la planète, qui devront décider s'ils accordent ou non un ballon d'oxygène aux finances exsangues du gouvernement centrafricain : la gestion, pour le moins opaque, d'une importante somme d'argent remise en main propre à la présidente Samba-Panza par son homologue angolais.

L'affaire DATE d'il y a sept mois. Le 4 mars 2014, Catherine Samba-Panza (CSP) se rend en urgence à Luanda. À Bangui, les caisses du Trésor sont vides et la chef de l'État, étranglée, doit absolument ASSURER le salaire des fonctionnaires, conformément à ses engagements. Son hôte, le président José Eduardo dos Santos, est riche, et il ne lui déplaît pas de prendre la relève du Congolais Denis Sassou Nguesso, qui, jusqu'ici, comblait seul, tel Sisyphe, les déficits sans fond de la Centrafrique.

Il se montre donc compréhensif et, après avoir longuement reçu CSP, s'engage sur un don de 10 millions de dollars (7,8 millions d'euros), dont la moitié lui est remise sur-le-champ, en liquide, dans des valisettes. Pourquoi en liquide ? Parce que l'Angola n'est pas membre de la zone franc, qu'un virement via Paris prendrait trop de temps et que Mme Samba-Panza est très pressée.

5 millions en CASH

De retour à Bangui le lendemain, la présidente remet elle-même les 5 millions CASH à trois personnes de confiance, avec pour consigne - aucune banque commerciale de Bangui ne disposant des liquidités nécessaires - d'aller les changer contre des francs CFA à Douala, au Cameroun.

Le ministre centrafricain des Finances, Rémi Yakoro, est curieusement tenu à l'écart de toute la transaction.

Le 6 mars, Mahamat Kamoun, conseiller spécial à la présidence (et actuel Premier ministre), Christelle Sappot, fille et chef de CABINET de CSP, et Robert Bokoyo, directeur adjoint du Trésor, se rendent dans la capitale économique du Cameroun et procèdent à l'opération de change auprès d'Ecobank. Le 8 mars, un peu plus de 2 milliards de F CFA (Ecobank empochant au passage une belle commission de 6 %) sont transférés sur le compte du Trésor centrafricain auprès de la Banque des États de l'Afrique centrale (Beac). Jusqu'ici, tout va bien - si ce n'est que le ministre centrafricain des Finances, Rémi Yakoro, est curieusement tenu à l'écart de toute la transaction. Une bonne partie des fonctionnaires recevront, ce mois-là, leur salaire.

Quelques semaines plus tard - fin mars, début avril -, la deuxième tranche du don angolais, soit 5 millions de dollars cash, parvient à la présidence de Bangui via un émissaire. Et c'est là que le bât blesse. Le 28 avril, à la demande de Mahamat Kamoun, le directeur général du Trésor, Gabriel Madenga, se fait remettre par Christelle Sappot, la fille de CSP, la somme de 2,5 millions de dollars qu'il transfère aussitôt sur le compte centrafricain à la Beac, via Ecobank, dont l'agence banguissoise dispose, cette fois, des liquidités nécessaires en francs CFA.

"Disparition" de 1,132 milliards de F CFA

À nouveau, le ministre des Finances, pourtant unique ordonnateur des finances de l'État, est mis de côté. Il ne sera informé qu'a posteriori, deux jours plus tard, par un courrier du DG du Trésor. Une anomalie et une question évidente : quid de la seconde moitié de la seconde tranche, soit l'équivalent de 1,132 milliard de F CFA, un pactole à l'échelon centrafricain ? Pressée de questions par le FMI, qui a eu vent du don, et par la présidence angolaise, qui apprécie peu cette "disparition" d'une partie du magot, Catherine Samba-Panza charge son directeur de CABINET, Joseph Mabingui, de réagir.

En guise de réponse, ce dernier confectionne un tableau DATÉ du 14 juillet 2014, dans lequel il est "expliqué" que l'argent manquant a été utilisé sous forme de "fonds politiques" et réparti entre le Premier ministre de l'époque, André Nzapayeké, la présidente et des chapitres aux intitulés aussi vagues ("composantes de la société civile", "assistance sociale et humanitaire", "actions gouvernementales"...) qu'incontrôlables.

Samba-Panza plaide la bonne foi

Il va de soi que la procédure normale en la matière, qui veut que ces fonds de souveraineté doivent d'abord être inclus et comptabilisés au sein du compte courant du Trésor à la Beac avant d'en ressortir, n'a absolument pas été respectée. Face aux bailleurs de fonds internationaux, mais aussi à José Eduardo dos Santos, qui l'a convoquée le 20 août à Luanda pour une brève séance d'explications, et Denis Sassou Nguesso, qui ne cache plus l'agacement qu'elle lui inspire, la présidente par intérim a plaidé la bonne foi et (encore) l'urgence de la situation, sans lever pour autant les soupçons qui pèsent quant à l'utilisation des 2,5 millions de dollars.

En visite à New York mi-­septembre en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, Catherine Samba-Panza a décrit avec des mots justes et émouvants la situation catastrophique dans laquelle se trouve son pays. Elle ne parlait pas, on l'aura compris, de sa propre gestion.


Le justificatif des dépenses portant sur 2,5 millions de dollars, présenté aux bailleurs de fonds par la présidence centrafricaine.

More Sharing Services
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentationImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager
Article suivant :
Algérie - O. Dehendi : "Nous avons supplié les terroristes de libérer Hervé Gourdel" Article précédent :
Ebola : un premier cas d'infection diagnostiqué aux États-Unis
12 RÉACTION(S)
1.Germain - 10/10/2014 à 19h:10
Le drame est que désormais, tout fonctionnaire centrafricain qui débarque en France, se fait fouiller à l'aéroport de Rois Lire
2.Balao007 - 06/10/2014 à 22h:10
Corruption et abus sociaux sont une longue pratique en Centrafrique. Les rares personnages publics qui ont tenté d'y résister, ont &eacu Lire
3.fofovi - 04/10/2014 à 11h:10
quelle est cette maladie qui s'empare des africains lorsqu'ils ont accès à l'argent public? je suis déçu par le comporteme Lire
4.fofovi - 04/10/2014 à 11h:10
(suite) c'est la population qui pousse les dirigeants à la faute, en leur demandant sans arrêt de l'argent. la famille, les gens du quar Lire
5.Gbongoe - 03/10/2014 à 14h:10
ça fait pitié de voir que nos dirigeants présentent au monde, la nature des leaders centrafricains. Nous tous nous attendons le C Lire
Toutes les dépèches
RÉAGIR À CET ARTICLE


CENTRAFRIQUE
Centrafrique : Catherine Samba Panza va rencontrer 'les forces vives de la Nation'
CRISE CENTRAFRICAINE
Centrafrique : Catherine Samba Panza va rencontrer "les forces vives de la Nation"
La présidente de la transition centrafricaine va entamer mardi une série de rencontres avec les "forces vives de la Nation". Objectif : mettre fin au désordre que connaît le pays.
CRISE CENTRAFRICAINE
Centrafrique : calme précaire à Bangui après plusieurs jours de violences
Le Premier ministre centrafricain, Mahamat Kamoun, avait appelé dimanche soir la population à reprendre ses activités.
CRISE CENTRAFRICAINE
Centrafrique : relative accalmie à Bangui, les anti-balaka appellent à la trêve
Un calme relatif régnait dimanche matin à Bangui, au lendemain de la rencontre entre la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, et des responsables des miliciens anti-balaka, ces
CRISE CENTRAFRICAINE
Centrafrique : un semblant de calme à Bangui, la présidente reçoit les anti-balaka
Un semblant de calme était revenu samedi à Bangui après quatre jours de violents affrontements, alors qu'une rencontre entre la présidente de la transition Catherine Samba Panza et des responsables
CRISE CENTRAFRICAINE
Centrafrique : vive tension à Bangui, l'aéroport fermé
La tension restait vive samedi matin à Bangui où l'aéroport était fermé, alors que des tirs d'armes lourdes et légères ont été entendus dans les quartiers nord
CRISE CENTRAFRICAINE
Centrafrique : un Casque bleu de la Minusca tué dans une embuscade près de Bangui
Lors d'une embuscade contre un convoi de la mission de l'ONU en République centrafricaine (Minusca) jeudi soir près de Bangui, un Casque bleu a été tué et huit autres ont été
CRISE CENTRAFRICAINE
Centrafrique : nouvelle journée de violences, la Séléka appelle à la démission de Samba-Panza
La situation a été particulièrement tendue jeudi à Bangui. Des détonations ont résonné dans plusieurs quartiers alors que de nombreuses barricades étaient dressées.
CRISE CENTRAFRICAINE
Centrafrique : CSP se lance à la conquête du Golfe et prend contact avec Bozizé
Catherine Samba-Panza (CSP), la présidente centrafricaine, cherche à séduire les pays du Golfe où ses émissaires multiplient visites et demandes d'assistance financière.
CRISE CENTRAFRICAINE
Centrafrique : manifestations et violences, cinq morts à Bangui
De violentes manifestations et des pillages ont eu lieu mercredi matin à Bangui alors qu'une partie des anti-balaka demande la démission de la présidente de la transition, Catherine Samba-Panza.
PROSTITUTION
Prostitution : les soldats de la paix sont-ils de bons clients ?
En RDC, en Centrafrique, au Mali... C'est toujours la même histoire : l'arrivée des "soldats de la paix" entraîne une augmentation de la prostitution. Une réalité taboue, souvent
Dernière Minute

123
14/10/2014 - 06h31
Nigeria: 6 mois de captivité pour les lycéennes enlevées par Boko Haram
13/10/2014 - 18h49
Uranium: Niamey "approuve" la nouvelle convention d'exploitation avec Areva
13/10/2014 - 17h42
Cameroun: le président promet "l'éradication totale" de Boko Haram
13/10/2014 - 16h44
Centrafrique: la présidente va rencontrer "les forces vives de la Nation"
13/10/2014 - 16h17
Madagascar: Ravalomanana "pas emprisonné" mais "mis en sécurité"
Toutes les dépèches
Le Top Article
1 - Maroc
Ebola : le Maroc, pays hôte, réclame le report de la CAN 2015
2 - Cameroun
Cameroun : libération de 27 otages chinois et camerounais
3 - Guinée
Ebola : le FMI "prêt à faire plus" pour la Guinée durement touchée
4 - Centrafrique
Centrafrique : vive tension à Bangui, l'aéroport fermé
5 - Maroc
Ebola : "Aucun changement à l'ordre du jour du calendrier" de la CAN 2015




Ad by DeleteAd | Close
Un Oeil sur l'actualité
Le président camerounais Paul Biya le 3 avril 2014 à Bruxelles Le président camerounais Paul Biya le 3 avril 2014 à Bruxelles
Toute l'actu en images

Jeune Afrique TV

Play
Play Play
Nollywood : Reportage au coeur du cinéma nigérian
Réussite, le magazine économique co-produit par Jeune Afrique, Canal + Afrique et Galaxie Presse, part à la découverte de l'industrie du film du Nigeria. Un secteur

Toutes les vidéos
-Congo-Brazzaville-, Congo na Bisso-Djibouti-dossier-, Djibouti : tenir le Cap-Blaise-Compaoré-présidentielle-Burkina-Faso-2015--Zéphirin-Diabré-, Burkina Faso : à plein régime
Congo na Bisso
À deux ans de l'échéance présidentielle et alors que le débat autour d'une nouvelle Constitution se fait de plus en plus audible, le pays accélère...
Voir tous les dossiers


Ad by DeleteAd | Close

Jeune Afrique Emploi

Recrutement du Secrétaire Exécutif
Bénin - AAMAC
Directeur des Ressources Humaines
Cameroun - OHADA
Directeur Financieret Comptable
Cameroun - OHADA
Documentaliste en Chef
Côte d'Ivoire - OHADA
Toutes les annonces




Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Centrafrique | Centrafrique : Samba-Panza, dos Santos et les 10 millions de dollars | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués