DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: Que fera Bozizé de cette victoire annoncée?

Par Z. Dieudonné Zoungrana - 27/01/2011

"l'opposition crie à la fraude et dit que si le président en place rempile, c'est qu'il a triché"

 

Ils étaient cinq à compétir en Centrafrique, 5 dont la candidature a obtenu le quitus de la Cour constitutionnelle. Le premier tour de cette présidentielle s'est déroulé le 23 janvier 2011. Parmi les concurrents, figure d'hyper favori le président sortant, François Bozizé, chef d'Etat putschiste absous par les urnes en 2005; même si un autre candidat pense que le moment de la revanche a sonné pour lui: il s'agit d'Ange-Félix Patassé, chassé du pouvoir en mars 2003 justement par le même Bozizé; Martin Ziguélé aussi, candidat malheureux en 2005, estime que son heure est enfin venue. A vrai dire, c'est un scrutin sans enjeu véritable, car, si la date de sa tenue a fait l'objet de polémique, son issue était quasi connue: à défaut d'obtenir un score mobutuesque, François Bozizé est assuré d'un résultat confortable en vue de se maintenir à la tête du pays. De toute façon, "le moi ou le chaos", qui tient lieu de programme au président-sortant, en dit long sur les résultats du vote. A l'heure où ces lignes étaient tracées, le dépouillement se poursuivait, et le taux de participation était estimé très important.

 

Ainsi, c'est certain que le président-candidat aura un deuxième bail au palais de la Renaissance et même un 3e en 2016 si le peuple le désire; or le peuple désire toujours ce genre de scénario jusqu'à ce qu'un matin le contraire soit prouvé. Mais, plus que les résultats du vote, ce sont ses conséquences politico-sociales qui doivent être redoutées dans la période postélectorale. Déjà, l'opposition crie à la fraude et dit que si le président en place rempile, c'est qu'il a triché. Il est vrai que les candidats sortants ne font généralement rien pour montrer patte blanche, pire, ils restent coi face à certains dysfonctionnements du processus, pourvu que cela les arrange. Dans l'ex-Oubangui-Chari où, entre la contestation et la rébellion, il n'y a qu'un pas que nombre de Centrafricains franchissent allègrement, l'après-présidentielle est lourde de tous les dangers. Une situation volatile donc, d'autant plus que certains candidats écartés ou perdants tel Jean-Jacques Demafouth, ex-rebelle, pourrait reprendre du service, c'est-à-dire le maquis.

Le "Kwa na kwa" (le travail, rien que le travail en langue sango) mérite d'être encore affiné dans les faits, car le pays reste à la traîne parce que 159/169e (classement PNUD), et les rébellions résiduelles demeurent des réalités tangibles. Autant dire que ce second mandat du tombeur de Patassé s'avère corsé. C'est bien qu'il veuille restaurer la dignité de ses compatriotes, œuvre louable pour le premier magistrat, mais peut-on parler de dignité à des populations affamées, illettrées et incapables de se soigner? C'est bien de se parer des atours de démocrate, de rédempteur, mais à l'heure du bilan final, au terme des mandats, le peuple et surtout l'Histoire dresseront toujours la comptabilité de ce qui a été fait et de ce qui a tenu lieu de politique politicienne.

 

 
MOTS CLES :  Bozize   Ziguele   élection   Centrafrique   Rca   Opposants 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués