NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

RCA: les Anti-Balaka demandent la démission de Samba Panza

Par Sylvestre Krock-AA - 06/10/2014

La mesure expire dans 48 heures et le mouvement rebelle annonce, par la même occasion, la suspension de sa participation au gouvernement de transition

 

La milice à majorité chrétienne Anti-Balaka a décidé la suspension de sa participation au Gouvernement de transition centrafricaine en sommant ses deux ministres de démissionner dans un délai de 72 heures, a déclaré la milice dans un communiqué rendu public ce lundi, 6 octobre. «Devant la gravité d’une telle situation, la Coordination nationale des opérations du groupe d’auto-défense et de résistance populaire donne 72 heures aux ministres Anti-Balaka de se retirer immédiatement du Gouvernement» précise le communiqué, suite à une réunion extraordinaire tenue dimanche soir. «Passé ce délai, le ministre qui se réclamerait d’une quelconque solidarité gouvernementale, ou de devoir de service, sera considéré non seulement comme l’ennemi du peuple, mais traité comme tel» a poursuivi la coordination des Anti-Balaka.

 


© aa.com.tr
Selon le communiqué, cette décision a été motivée par «les violations répétées des accords de Brazzaville par le gouvernement ; faisant état de nombreuses tueries, des séquestrations et arrestations arbitraires opérées par les soldats Français, Burundais, Camerounais, Congolais et Rwandais, dans les rangs des présumés Anti-Balaka» selon le communiqué qui cite différents rapports émanant, notamment, d'ONG des droits de l'homme. En outre, «les traitements infligés aux leaders Anti-balaka arrêtés par Sangaris le mois dernier et détenu à la prison centrale de Ngaragba» à Bangui justifierait également cette décision extrême. «Il ressort de ses mêmes sources, que des traitements inhumains, des empoisonnements aux substances toxiques ont été pratiqués par les soldats Français et Burundais aux Anti-Balaka, actuellement détenus à la maison d’arrêt de Bangui sur instruction des autorités de la transition et des autorités Françaises» poursuit le communiqué.

Aucune réaction n'a été enregistrée auprès du Gouvernement centrafricain, de Sangaris ni de la MINUSCA (force onusienne), jusqu'à 14H00 GMT, ce lundi. Le groupe d'auto-défense à dominante chrétienne est représenté, au sein du gouvernement de Mahamat Kamoun, par deux ministres à savoir; Romaric Vomitiadé, ministre du tourisme, des Arts et de la culture de l’artisanat et Robert Namseneï de l’Environnement, de l’écologie et du développement durable, ainsi que du capitaine Joachim Kokaké, conseiller à la Primature. «Nous suspendons notre participation à la gestion de la transition. Les deux ministres ainsi que moi-même ici à la Primature, devons cesser nos activités. Nous demandons aussi la démission du Chef de l’Etat. Toutefois, nous confions cette affaire à la sagesse du Médiateur international dans la crise centrafricaine, le Président Dénis Sassou Nguesso du Congo,» a déclaré Joachim Kokaté à Anadolu. La réaction de deux ministres n'a pu être directement obtenue jusqu'à 14H00 GMT.

Le coordinateur général des anti-balaka Edouard Patrice Ngaïssona a également sommé, lundi matin, dans un point de presse la présidente de transition, Catherine Samba Panza de démissionner, en invoquant son "échec" à ramener la stabilité en Centrafrique. «Les autorités de la transition n’ont pas l'intention de ramener la paix malgré le concours des patriotes Anti-balaka qu'ils balaient toujours d’un revers de la main. C’est pourquoi, nous donnons 48 heures à la Présidente pour démissionner» a déclaré Ngaïssona.

 

 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Les Braqueuses de la République.

Par Honte

07/10/2014 11:16

Mais où sont les ZiGeul-é et leur bande d'opposants. Probablement Samba Kpanda les ont aussi mouillés pour qu'ils gardent ce silence de cathédrale. Honte à vous soit disant opposants, que des opportunistes.
Leur de la vérité a commencé à sonner pour les "Braqueuses" de la République.
Mme Bedan doit se préparer pour reprendre son taf de "pionne" à Mantes la Jolie. Mme Montaigne, qu'elle se hisse de cette montage qui lui barre la vue et présenter les vraies preuves au lieu de ce saupoudrage grotesque de sa maitresse, la VOLEUSE. Mr NzapaYeké, qu'il rembourse sans honte les 300 MCFA.
On finira avec Vous, les VOLEUSES.

Ah ah, the game is over ! Association des prédateurs en Pagne

Par Merde !

07/10/2014 12:06

Ca semble sentir le roussi pour les Samba Panza, Sappot, Montaigne, Bedan, DemaFOU, Kamoun, Ngakola...La fin d'un braquage en réunion. L'entreprise des malfaiteurs érigée en vue de faire de gros hold up sur les finances de la Centrafrique, semble en fin de vie. La faillite semble être annoncée d'ici peu. Bientôt, comme les Bozizé, débande et retour à la case départ. QUELLE HONTE ?

L'impartialité de Boubacar Guey mise en cause

Par jerry

12/10/2014 14:14

Le traitement que Sangaris et les autres forces infligent aux anti-balakas n'étonne personne. Vu que Sangaris a toujours protégé la SELAKA et Boubacar Guey, le patron de MINUSCA est musulman et donc protège les musulmans qui sont considérés comme proche de SELEKA. L'impartialité de cette mission dans cette crise fortement connotée religieuse risque de poser problème. C'est la base des témoignage que je fonde mon opinion.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués