INTERVIEW  |    

Daniel Moundzego, «2011 sera une année très difficile pour les refugiés»

Par Didier Ndengue, Intégrations - 27/01/2011

Il est le Président de l'association des Refugiés Sans Frontières "ARSF"

 

Comment se porte la grande communauté des refugiés au Cameroun?
Je dirai que les refugiés au Cameroun ont passé de très mauvaises fêtes de fin d'année. Est-ce parce qu'ils manquent de capacité ou de compétence pour être embaucher dans des entreprises? Je dirai non. Et je souligne que c'est un problème qui reste au centre du débat. En 2010, notre association a mené un plaidoyer pour l'intégration des refugiés au Cameroun. Il a permis des avancées significatives. Ce qui nous donne encore la joie aux lèvres est le fait que les documents du HCR sont acceptés par les services de l'ordre.

Selon vous, comment se présente l'année 2011 pour les refugiés en terre camerounaise?
Selon notre association qui au quotidien reçoit des refugiés de tous les horizons, je répondrai que l'année 2011 sera une année incertaine pour bon nombre de refugiés car vous savez, la plupart ne travaillent pas et ceci cause un grand problème. En 2011, les camerounais n'auront pas assez de temps à accorder aux refugiés car ils seront plongés dans l'organisation des élections présidentielles et je trouve que c'est normal de se concentrer pour le bien de toute de la nation et aussi au profil même des refugiés car, quand il y a la paix, c’est pour tous. Chez nous à l’ARSF, nous allons continuer notre plaidoyer.

A quoi ont servi les nombreuses réunions convoquées par votre association tout au long de l'année 2010?
Les réunions ont servi à sensibiliser les camerounais sur l'existence des refugiés et aussi à contribuer à un réveil et prise de conscience populaire sur l'existence des différentes communautés des refugiés au Cameroun. Ses réunions ont aussi servi aux refugiés de prendre connaissance de leurs droits et devoirs et aujourd’hui, on peut dire que la distinction se fait, ils connaissent ce qu'ils doivent faire ou pas à l'attention des autorités de leur pays d'accueil et il faut aussi dire que les refugiés peuvent beaucoup apporter sur le plan du développement économique et social du Cameroun.

 


© Integrations
Daniel Moundzego
Pensez vous que vos réunions ont porté des fruits?
Oui, la sensibilisation a permis à la grande majorité des refugiés de savoir quels sont leurs droits et devoirs et je pense que les catastrophes du jar fusillade sur Tchadien ou les accusations en vaines ne se produiront plus comme ce qui s'est passé au consulat de la RCA. J’en profite aussi de l'occasion pour dire que les refugiés n'y étaient pour rien dans cette histoire. Depuis que nous sommes ici au Cameroun loin de nos pays d'origines, avec le statut que nous avons, nous nous ne sommes jamais impliqués dans la politique intérieure de nos pays natals.

Comment survivront les familles refugiées sans emploi en 2011 au Cameroun?
Je ne voudrai pas cacher que les refugiés sont tous des mendiants. Bon nombre s'occupent au quotidien dans la vente des arachides, ici ce sont les femmes et les enfants qui le font, pour les hommes, ça serait très difficile de survivre car le peut que ce commerce produit ne peut pas nourrir toute une famille, ils survivront comme ils ont toujours survécu avec la famine qui les ronge en longueur de journée. J’interpelle tous les refugiés à s'occuper car s'ils s'engagent à chercher une occupation, ils trouveront, au Cameroun qu’il y a toujours de quoi faire même si ce sont les petits jobs. Les camerounais font déjà beaucoup, en nous acceptant chez eux, j’approuve l'hospitalité et la paix qui règne dans ce pays.

Que doivent attendre les refugiés de la part de votre association pour cette année 2011?
Notre association fera ce qui lui revient de faire, c’est-à-dire veiller au maximum au bien être des refugiés. Nous apprécions aussi l'initiative du HCR qui tout au long de l'année 2010 à réinstaller plusieurs familles refugiées dans des pays en Europe et en Amérique, nous encourageons beaucoup cela et qu'il continue dans la même lancée en 2011 afin de sortir d'autres familles qui souffrent encore de leur misère. À toutes les communautés des refugiés par le canal du journal Intégration, je présente mes vœux de bonheur et réussite, de santé pour cette année 2011. Je n'oublie pas les camerounais, votre rédaction, et vos nombreux lecteurs à qui je souhaite une bonne et heureuse année.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Directeur Gérant Global Communications Sarl, directeur de publication du magazine INTEGRATION : Thierry Ndong
  • Tél: +237 33 01 90 46/+237 99 93 10 42/+237 76 20 37 09
  • courriel: globcoms@yahoo.com
  • integration@integrationafrica.org
  • Site Internet: www.integrationafrica.org

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués