DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: changer de paradigme politique

Par Koulayom-Masseyo David - 03/10/2014

"… si la Présidente de la Transition avait autant d’idées qu’elle n’a de robes, il y a longtemps que notre pays serait sorti de l’ornière au lieu de s’embourber…"

 

A quoi cela sert-il de copier servilement un modèle colonial obsolète, désuet, qui consiste à aller s’aligner sur les positions françaises et occidentales à l’ONU en répétant comme un perroquet des poncifs éculés ?

Comme disait Staline : « le Pape, combien de divisions ?», la RCA, combien de divisions pour assister la France et l’Occident dans leur guerre contre le terrorisme international ?

La Présidente de la Transition ferait mieux d’établir une corrélation étroite entre le lâche assassinat de Monsieur Hervé Gourdel et les pratiques quotidiennes des djihadistes soutenus par les mêmes sources, en œuvre dans son pays et qui tuent par dizaines chaque jour à Bambari, Batangafo et Bangui.

 

Plus prosaïquement, nous dirions que si la Présidente de la Transition avait autant d’idées qu’elle n’a de robes, il y a longtemps que notre pays serait sorti de l’ornière au lieu de s’embourber dans un népotisme aux relents tribalistes qui grève inutilement le budget national sans apporter une autre plus-value. Sans parler de la délégation pléthorique à l’ONU, combien d’écoles, de collèges, de lycées, de dispensaires, etc. avec ces milliards détournés si ce qu’on nous dit est avéré ? Madame la Présidente, pourquoi foncez-vous dans le mur en klaxonnant ? Qu’avez-vous retenu des régimes qui vous ont précédée ? Pourquoi leur emboîtez-vous le pas ?

Vous parlez devant l’ONU de bannir l’impunité en RCA. Veuillez, Madame s’il vous plaît, nous donner un seul exemple de punition depuis dix mois que vous présidez cette Transition. Vos actes ne corroborent pas vos paroles et il est temps de corriger ce hiatus et de gérer vos propres contradictions. On peut faire le bilan de dix mois de votre présidence.

Cela me fait une belle jambe d’apprendre que vous êtes contre l’utilisation abusive du droit de véto. La question est : qu’est-ce que cela change concrètement pour le citoyen centrafricain de Bouca, d’ Obo ou de Bambari qui n’a plus ni maison pour s’abriter des intempéries, ni école pour ses enfants, qui ne peut plus aller cultiver la terre qui nourrit sa famille, qui peut tomber à tout moment nez à nez avec un homme armé susceptible de mettre fin à sa vie ou plus insidieusement succomber de paludisme ou de sida parce que son gouvernement ne fait rien pour le protéger depuis dix (10) mois ? Savent-ils seulement à Bozoum, à Bria, à Ippy, à Nola, à Bamingui-Bangoran, à Yalinga, à Mbata, à Gamboula, à Boganangone ou à Ndélé que leur Présidente par intérim est contre l’abus de véto ?

Avant de nous mesurer aux autres, de vouloir jouer dans la cour des grands, nous devons avant tout faire la politique de notre géographie. La RCA est un vaste et riche pays, bien arrosé où quand vous laissez tomber une graine et que vous revenez plus tard, vous trouvez un arbre. Cette terre bénie des dieux a toujours nourri ses hommes jusqu’à l’arrivée de barbares tant politiques que rebelles qui ont tout saccagé depuis trente ans.

Quelle ironie du sort ? L’hebdomadaire Jeune Afrique du 28 Septembre 2014 (N°2803) sort cette histoire du don angolais juste au moment où vous êtes allée tendre votre sébile pour quémander quelques dollars à la communauté internationale au nom du peuple centrafricain. L’histoire a de ces clins d’œil !

Pour finir, Madame la Présidente, il n’est pas interdit de gouverner avec laconisme. Rien, mais absolument rien, ne vous oblige à vous entourer d’un personnel pléthorique, familial, incompétent et à problèmes. Rendez son rôle initial au Trésor Public Centrafricain. La forte délégation à l’ONU est une insulte à un pays pauvre, en guerre qui doit être scrupuleux sur la moindre dépense engagée en son nom. L’Assemblée Générale de l’ONU est un rendez-vous connu qui se prépare en amont avec le ministère des Affaires Etrangères. Le temps que vous mettez à durer, vous ne le mettez pas à agir Madame la Présidente par intérim. C’est dommageable à plus d’un titre pour notre pays. Il est encore temps de vous ressaisir.

KOULAYOM-MASSEYO David
Forum de Reims, 02 Octobre 2014.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

On est maudit oooh!

Par Batouala

03/10/2014 18:23

Nous faisons du surplace depuis des mois. Comme si ça ne suffisait pas on apprend cette sordide affaire de détournement du don angolais. Putain! si ça, ce n'est pas la malédiction, c'est son grand frère.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués