SOCIéTé  |    

Un mort et plusieurs blessés dans des affrontements au quartier PK5 à Bangui

Par Sylvestre Krock-AA - 29/09/2014

Le Premier ministre centrafricain qui s'est rendu sur les lieux a promis "le désarmement rapide" des bandits qui endeuillent les familles centrafricaines

 

Un mort et plusieurs blessés ont été enregistrés, dans la nuit de samedi à dimanche à KM5, quartier à majorité musulmane dans la capitale centrafricaine Bangui, suite à des affrontements à l'arme légère et lourde entre des musulmans et "des braqueurs", ont indiqué, dimanche, 28 septembre des sources municipales. Cinq maisons et deux commerces (un bar et un garage) ont été incendiés. Malgré un retour au calme, la circulation est restée bloquée, dimanche, dans ce troisième arrondissement.

 


© Droits réservés
image d'illustration
Le Premier ministre Mahamat Kamoun qui s'est rendu, dimanche matin, sur les lieux a promis « le désarmement rapide » des bandits qui endeuillent les familles centrafricaines. De leur côté, les forces européennes en Centrafrique, EUFOR-RCA, ont publié un communiqué de presse dans lequel elle ont réaffirmé leur détermination à tout mettre en œuvre en vue de protéger les civils.

De jeunes musulmans armés avaient résisté, samedi soir, à l’assaut d’un groupe de braqueurs qui voulaient mettre à sac le magasin d’un sujet camerounais, opérateur économique dans le troisième arrondissement. Des affrontements ont eu lieu pendant toute la nuit, des tirs à l’arme légère et lourde ainsi que des explosions de grenades ont été entendus. L’hélicoptère de la Minusca (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation en République centrafricaine) a survolé la zone jusqu'à une heure tardive.

Joint au téléphone, Ousman Abakar, porte-parole des musulmans de KM5, avait assimilé, plus tôt dans la journée de dimanche, les auteurs de cette attaque à des Anti-Balaka, sans fournir davantage de précisions quant aux éléments qui lui ont permis de les identifier. « C’est de la pure provocation ! Depuis un certain temps, il n’y a plus d’Anti-Balaka dans ce secteur. Est-ce cela la cessation des hostilités ? » s’est interrogé Abakar.

De son côté, Sylvestre Yagouzou, leader Anti-balaka, a réfuté ces accusations considérant qu'il ne s'agit que d'un cas de criminalité de droit commun dû à "la montée de la délinquance et du vol à main armée." Ces actes de violences, qu'il a imputées à "des malfrats", se sont développés, selon Yagouzou, à la faveur de la prolifération des armes.

Depuis une dizaine de jours, la RCA connaît un regain de violence. Samedi, un centre médical appartenant à l’ONG Médecins sans frontières (MSF) a été pillé, à Bangui, par les populations d’un site de déplacés internes.

Une opération "ville morte" des musulmans de KM5 avait dégénéré, vendredi, en affrontements avec les forces françaises de l’opération Sangaris, sans faire de victimes. Cette opération des musulmans banguissois était en réaction à l’assassinat, par des Anti-Balaka, de convoyeurs de bétail de confession musulmane, quelques jours auparavant, dans la région de Kémo, dans le Centre du pays.

Cette dernière attaque avait, elle-même, coïncidé avec l'assassinat du maire de Ngaboko (une soixantaine de kilomètres au sud-est de Bambari, sud RCA), par des éléments armés assimilés aux Séléka, selon des témoignages recueillis par Anadolu.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

quelle mensonge bien orchestré!

Par pedro

30/09/2014 16:07

Heureusement que les musulmans de km5 sont les seuls a croire à leurs eternels mensonges,y a t il un vaccin contre le mensonge? pensez y vous ,gagnerez beaucoup d'argent en le decouvrant.
Est ce normal que des gens qui ont tué de centaines des centrafricains puissent pretendent qu ils ont une milice de surveillance de leurs boutique et que c'est lors d'une de leurs patrouille qu'ils ont aperçu des godobé et alors ils sont retournés dans leur mosquée déposer leurs bougies pour s'armer d'armes et venir faire le dégat qu'on sait. quel rapport entre ce qu ils prétendent godobé vu sur la rue et les paisibles centrafricains qu ils ont reveillé à domicile entrain de dormir et blésse,quel rapport avec leur prétendus godobé au patron du bar qu'ils ont tué et pillé ses boissons? quel rapport avec tout ce qu'ils ont fait sous prétexe d'avoir vu des godobés dans une rue? Et tout cela devant les forces etrangères qui les voient aller terroriser les et toujours ces habitants de bea rex, de fatima et pketéné?Et comme toujours menteur de naissance,ils arrangent l' histoire à leurs avantages. Pour un soupçon, faut il aller terroriser ces mêmes quartiers où depuis ils tuent impuniment?CHACUN CONNAIT SON PAYS.,pourquoi persiter à rester chez les autres et faire du désordre. Centrafricains on vous prend pour de simples consommateurs,on va vous tuer et demain c'est pour ces pourritures qu on vient solliciter votre argent avec des prix exhorbitants.Ayons un sursaut d'orgueil,ils restent mais n'auront aucun sous de nous. C'est nous qui les produisons,changeons c'est tout.ILS INVENTENT TOUJOURS POUR TUER; LA VIE HUMAINE VAUT PLUS QUE CES CASSEROLES EN ALUMINIM dont ils inondent notre marché alors qu'avant nos artisans offraient des marmites en fonte? ARRETER AVEC CETTE HISTOIRE DE ANTIBALAKA BRAQUEURS, vous savez bien tous ces voyous qui sont montés à bangui et d'autres propulsés anti balaka pour contrecarrer les vrais antibalaka dans cette propagande pour nuire en mediatisant une milice chrétienne pour atténuer les actes de seléka;mais ces braqueurs et voyous autoproclamés anti balakas,sangaris travaillais avec eux et sait où les dénicher quand ils le veulent. Comment pour tout centrafricain qui veut vider son pays des mercenaires et assassins islamiques,des gens se mettent dans la grande délinquance juste à l'arrivée de l'onu? soit sangaris veut justifier son echec en mettant aussi le doute sur l onu soit ils veulent tous ce desordre pour durer. Ou c'estce pouvoir qui dit toujours discuter avec certains voyous its anti balakas a corrompu certains pour ce désordre et prolonger le chaos qui justifierait leur longevité dans la transition, car comment un pouvoir digne de ce nom avec tout ce qu il y a comme insécurité s'autorise des coupures intensives d'électricité presque toutes les nuits dans les quartiers,comment pouvez vous dire etre pour la sécurité et ne pas creer les conditions pour son installation?
En temps normal ,le quartier combattant-damala habritait des grands délinquants sous tous regimes et encore plus sous régimes séléka car y sont plus des proches de djotodia de village. je pense qu il y a des delinquants maais sortir d'une crise comme ce peuple en a ete victime,tous ces débordements me semblent bien provoqués. Hier on a eu des seleka et musulmans manipulés car ravitaillés par sangaris et ils sévissaient,aujourd'hui lees memes utilisent nos idiots pour dire qu ils ne sont pas mieux. Donc s'il y a des chefs de quartiers qui ont encore une autorité qu ils parlent aux populations. ceux qui lesz utilisent en les raavitaillant en munitions ou leurs disant de créer un climat d'insecurité,demain les mêmes les désigneront criminels et les doigteront pour la cpi. on vous manipule,dites vous que c'est votre pays,finissez avec les envahisseurs au lieu de donner l'occasion à ceux qui ont fait que ce pays devient celui où tous les dictateurs de l'afrique centrale veulent se l'accaparer avec la betise de nos politiciens et avide de pouvoir comme meckassoua d'où devenir premier ministre devient une obsession.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués