DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

MISCA-MINUSCA, ne doit pas être un simple changement d’uniforme

Par Fethi djebali-AA - 18/09/2014

Selon Amnesty International, «il faut combler sans attendre l’écart entre le nombre de casques bleus promis et déployé»

 

Alors qu’en Centrafrique une nouvelle force onusienne, la MINUSCA, a pris la relève sur la MISCA, la force africaine de maintien de paix, Amnesty International a appelé à ce que ce changement ne soit pas uniquement « un changement d’uniformes ». "La passation de l’UA à l’ONU ne doit pas se limiter à un changement d’uniforme : l’échange des bérets verts contre les casques bleus. Elle doit au contraire signifier un nouveau départ pour l’opération de maintien de la paix en République centrafricaine", a déclaré Steve Cockburn, directeur régional adjoint pour l’Afrique de l’Ouest et centrale à Amnesty International, dans un communiqué de presse.

 


© UNMINUSCA
Le ComForce de la Minusca avant son changement de béret
La Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA), prend le relais, lundi, de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA) dirigée par l’Union Africaine (UA) et composée de 6.000 hommes. Elle a été déployée en décembre 2013, suite au déclenchement de la crise centrafricaine. Le déploiement initial de la MINUSCA se compose de quelque 7.600 casques bleus loin de sa pleine capacité annoncée soit 12000 hommes. «La nouvelle mission de maintien de la paix des Nations unies en République centrafricaine doit être déployée de toute urgence dans son intégralité pour être en mesure d’assurer la protection d’une population civile exposée à de graves atteintes aux droits humains», a souligné Amnesty International dans le même communiqué. «Il faut combler sans attendre l’écart entre le nombre de casques bleus promis et déployé. Ce n’est que lorsqu’ils seront tous présents sur le terrain, effectuant des patouilles et protégeant la population civile, que la MINUSCA pourra remplir son mandat», a ajouté Stephen Cockburn.

Par ailleurs, Amnesty International a affirmé dans le même communiqué avoir recensé toute une liste de graves violations des droits humains, notamment des homicides illégaux, imputables à des troupes de la MISCA. « L’organisation demande à l’ONU de veiller à ce que les membres des forces de maintien de la paix soupçonnés d’avoir bafoué les droits humains en République centrafricaine lorsqu’ils servaient au sein de la MISCA n’intègrent pas la MINUSCA. Ils doivent faire l’objet d’enquêtes et, en cas de preuves suffisantes, être amenés à rendre des comptes », a-t-elle demandé.

La Centrafrique vient à peine de sortir du chaos sécuritaire dans lequel elle a sombré il y a moins d’une année suite au déclenchement d’un conflit interconfessionnel entre chrétiens et musulmans du pays et qui a poussé des centaines de milliers de personnes essentiellement membres de la communauté musulmane à fuir vers les régions intérieures ou les pays limitrophes. Un accord de cessation des hostilités a été signé en juillet dernier entre les principaux acteurs de la crise et un nouveau gouvernement a été formé avec à sa tête un premier ministre musulman, une première dans l'histoire du pays.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

aaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhaaaaaaaaaa des cafards et fumeurs

Par gbaaa

19/09/2014 19:01

des voleurs oui ils derangent tous ses malfrats

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués