NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

RDC: Il y a 50 ans, était exécuté Patrice Emery Lumumba

Par Ariane Nkoma - 26/01/2011

Le jour de sa mort est une journée particulière pour les congolais, les nationalistes et les afro-centristes...

 

On a commémoré le 17 janvier 2011, le cinquantième anniversaire de la disparition d'un grand héros panafricain, Patrice Emery Lumumba, le premier chef de gouvernement congolais mort le 17 janvier 196, assassiné dans le Katanga après avoir été renversé avec la complicité des services américains et belges. Ses discours enflammés contre l’impérialisme et pour l’unité africaine avaient enthousiasmé le continent. A tel point que son tombeur, le maréchal Mobutu, avait dû le réhabiliter quelques années plus tard. Le souvenir de Patrice Emery Lumumba reste cher aux yeux de certains congolais même ceux qui ne l’ont pas connu de son vivant.

L'avion dans lequel Patrice Lumumba effectue le dernier voyage de sa vie, le 17 janvier 1961, est parti de Moanda, sur le littoral atlantique. En fin d’après-midi, il se pose sur l’aéroport d’Élisabethville, chef-lieu de la province sécessionniste du Katanga. Patrice Lumumba, les mains liées dans le dos, les cheveux hirsutes, est poussé sans ménagement hors de l’avion par des soldats de l’armée congolaise. Ses compagnons d’infortune, l’ancien vice-président du sénat, Joseph Okito, et l’ancien ministre de la jeunesse et des sports, Maurice Mpolo, subissent le même traitement. Un contingent suédois de la mission de l’ONU au Congo présent sur les lieux n’intervient pas et quelques heures plus tard, les trois hommes sont exécutés en présence des plus hautes autorités katangaises et d’agents belges. Aussitôt la nouvelle de l’assassinat connue, Patrice Lumumba venait d’entrer dans sa trente-sixième année, des manifestations de protestation sont alors organisées dans plusieurs capitales du monde. Sur le plan interne, les premières réactions au crime sont des rébellions armées. La première est lancée dans l’ouest du pays par Pierre Mulele en 1964. Un an plus tard, les provinces de l’est prennent le relais. Tous ces rebelles se disent nationalistes, c’est à- dire lumumbistes.

 


© http://c4.img.v4.skyrock.net
Patrice Emery Lumumba: Ses discours enflammés contre l’impérialisme et pour l’unité africaine avaient enthousiasmé le continent
De Lumumba, il ne reste que le nom et la charge émotive, affirme Philippe Biyoya Makutu, professeur de sciences politiques aux universités de Kinshasa et de Lubumbashi. D’après lui, personne sur la scène politique ne se réclame plus de Lumumba. On l’évoque de temps à autre dans certains discours officiels, poursuit- il. Mais ceux qui prétendent lui être restés fidèles, à l’instar du Parti lumumbiste unifié (Palu) d’Antoine Gizenga, l’ancien Premier ministre de Joseph Kabila, sont des vendeurs de vent. Il n’y a aucune prise en charge de notre histoire, aucune idée forte. Propos que nuance Jean Omasombo Tshonda, professeur de sciences politiques à l’université de Kinshasa et chercheur au Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren (Belgique). Il y a des gens qui travaillent à le faire oublier, dit-il. Mais il résiste à l’oubli, refuse d’être enterré. Lumumba est encore une image forte, malheureusement mal exploitée, sans profondeur. Le lumumbisme reste une idéologie floue. Le Mouvement national congolais (MNC), le parti de Lumumba, est en déclin. En cause: Le manque de charisme et de conviction de son fils François Tolenga Lumumba, qui en a hérité. L’intéressé s’en défend: On peut mettre tout ce qu’on veut dans le mot charisme. Chacun sait que j’avais réussi à déstabiliser Laurent-Désiré Kabila. Notre problème au MNC est simple: Nous n’arrivons pas à mobiliser les moyens dont nous avons besoin. Et puis, le jour de gloire n’est pas le même pour tout le monde. En définitive, Lumumba n’est plus qu’une ombre épaisse qu’éclairent quelques rayons de soleil, selon l’expression de Philippe Biyoya Makutu.

Né le 2 juillet 1925, à Onalua, village du Congo belge d’autrefois (République démocratique du Congo actuelle), et mort assassiné le 17 janvier 1961, au Katanga, la province la plus méridionale de l’actuelle RDC, Patrice Emery Lumumba a été le Premier ministre de cet état africain du 23 juin 1960 jusqu’au 13 septembre suivant. Assassiné par des responsables katangais à la solde tant des ex-coloniaux que du nouveau pouvoir en place au moment des faits, il est aujourd’hui considéré comme le premier héros national de la République démocratique du Congo. Le 17 janvier de chaque année est du reste un jour férié dans ce pays d’Afrique centrale. Il est, avec Joseph Kasa-Vubu, l'une des principales figures de l'indépendance du Congo.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués