NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: les priorités du gouvernement de Transition

Par Sylvestre Krock/AA - 09/09/2014

«Le gouvernement doit disposer d’un cadre de référence, un instrument complet de dialogue et de concertation avec les partenaires techniques et financiers»

 

Les trente-et-un membres du nouveau gouvernement du premier ministre Mahamat Kamoun ont fixé, lundi, lors d’un séminaire, leurs priorités et examiné les moyens adéquats pour arriver à redresser le pays. Moins d'un mois après sa formation le gouvernement du Premier ministre musulman Mahamat Kamoun passe à l’action. Ses trente-et-un membres ont été en conclave, lundi, à Bangui pour se mettre d’accord sur une feuille de route qui devrait guider leurs actions. « Le gouvernement doit disposer d’un cadre de référence, un instrument complet de dialogue et de concertation avec les partenaires techniques et financiers en vue de mobiliser les financements nécessaires», a indiqué Catherine Samba Panza, dans son discours d’ouverture.

 


© corbeaunews.ca
Quant au Premier ministre Mahamat Kamoun, qui a emboîté le pas à la Présidente de la transition, il a défini les objectifs assignés à ce séminaire: « Le Programme d’urgence et de développement durable (PURD), couvrant la période 2014 à 2016, vise à formuler des réponses aux besoins multiples de nos compatriotes pour amorcer le développement post-conflit. » Le premier ministre a, par ailleurs indiqué la nécessité pour les membres du gouvernement d’être outillés, afin de prendre la mesure des défis qui se posent à la RCA, aussi bien au niveau global que sectoriel.« Le séminaire gouvernemental doit permettre à tous les membres du gouvernement de s’approprier ce document de plaidoyer auprès des bailleurs de fonds et de l’intégrer dans leurs plans d’action sectoriels », a-t-il poursuivi.

Au terme de ce séminaire quatre orientations stratégiques du gouvernement ont été arrêtés, à savoir : la restauration de la sécurité, de la paix et le renforcement de la gouvernance de l’Etat de droit ; le renforcement de la protection civile et le rétablissement et la réorganisation de l’administration sur toute l’étendue du territoire ; la relance dans les secteurs sociaux de base et enfin ; la poursuite des réformes économiques et l’impulsion d’une croissance soutenue.

Le gouvernement de large ouverture du Premier ministre musulman Mahamat Kamoun a été formé le 22 août dernier alors que la Centrafrique sort à peine d’une crise politique et sécuritaire qui a duré plus de 8 mois. Un conflit intercommunautaire entre milices musulmanes (les Séléka) et chrétiennes (les Anti-Balaka) a fait sombrer le pays dans le chaos poussant des centaines de milliers de personnes à trouver refuge à l’intérieur du pays ou dans les pays limitrophes. Un accord de cessation des hostilités a été signé en juillet dernier mais la situation sécuritaire reste fragile.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués