NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: bientôt un forum de réconciliation nationale inclusif

Par Xinhua - 03/09/2014

L’annonce a été faite par le chef du gouvernement de Transition lors d’un conseil de cabinet à la Primature

 

Le nouveau gouvernement d'union nationale centrafricain formé le 22 août s'est réuni pour la première fois mardi autour du Premier ministre Mahamat Kamoun, lequel rassure sur la tenue avant la fin de l'année d'un forum de réconciliation nationale inclusif à Bangui où le suspense subsiste pour la participation des ex-leaders François Bozizé et Michel Djotodia. Prévu par l'accord de cessez-le-feu du 23 juillet à Brazzaville (Congo), le forum de réconciliation nationale se veut un moment pour les Centrafricains sans exception de se rencontrer, se parler et aplanir leurs divergences en vue de la reconstruction de leur pays meurtri par des crises politiques et militaires à répétition, à en croire le Premier ministre dans une interview avec Xinhua mardi à Bangui. "La réconciliation nationale que nous appelons de notre voeu doit inclure tout le monde. Il faut que les fils et filles de ce pays trouvent une occasion pour se parler, crever l'abcès pour voir ce qui ne va pas", a-t-il affirmé.

 


© aa.com.tr
Mahamat Kamoun, nommé PM de transition en Centrafrique
Ces assises ont vocation à servir de point d'ancrage à un processus de recomposition du tissu social centrafricain désagrégé où l'organisation d'un dialogue politique figure comme une autre étape fondamentale pour une sortie de crise durable. Pour l'heure, ni le calendrier ni les modalités d'exécution de l'opération ne sont encore déterminés. Si bien que ne permet pas de lever le doute sur la participation de l'ex-président par intérim et leader des ex-rebelles de la Séléka Michel Djotodia, tombeur en mars 2013 de l'ancien chef de l'Etat François Bozizé, lui-même auteur d'un coup d'Etat dix ans auparavant contre feu Ange-Félix Patassé. "Il serait pour moi prématuré de vous dire si tel ou tel individu sera là. Ce que nous savons est qu'il y a une commission qui sera mise en place pour préparer [la liste des] participants à ce forum, mais il ne faut pas aussi perdre de vue l'aspect lié à la justice", se contente d'indiquer le Premier ministre.

Mais en évoquant les poursuites judiciaires visant certaines personnalités de son pays, Mahamat Kamoun, nommé le 10 août par un décret de la présidente de transition Catherine Samba Panza contesté par les ex-Séléka et une partie de la classe politique centrafricaine, fait penser implicitement aux deux leaders, frappés de l'interdiction de voyager dans le cadre de sanctions internationales.

Sous le coup d'un mandat d'arrêt international émis par la justice centrafricaine après son éviction, le cas de François Bozizé, en exil à Kampala en Ouganda, suscite davantage de débat. Même si celui de son tombeur (en exil à Cotonou au Bénin) n'est pas moins sujet à caution du fait des pillages et exactions infligés à la population par ses hommes, d'où son départ précipité sous la pression des dirigeants d'Afrique centrale et de la France. Pour autant, rien n'étant encore décidé et sans doute conscient du rôle prééminent de la communauté internationale dans le processus de transition ayant conduit à sa nomination, le Premier ministre insiste sur le caractère inclusif des assises annoncées. "Dans ce pays, soutient-il, il y a eu beaucoup de foras de réconciliation. Les gens s'embrassent et puis dès que les lampions s'éteignent les problèmes reviennent, ils restent entiers. C'est des questions qu'il faut voir et il ne m'appartient pas à moi de dire si tel ou tel sera là. La commission fera son travail. Mais ce que je peux vous dire est que nous voulons que tous les fils et filles sans exclusive puissent participer à ce forum".

Pour parvenir à un consensus national, des consultations au niveau local sont programmées dans les 16 préfectures du pays. Les différentes étapes du processus avaient déjà commencé à être préparées par le précédent gouvernement d'André Nzapayéké, sacrifié par l'accord de Brazzaville contre la volonté de la présidente de transition. "Dès que nous avons pris fonction, nous avons convoqué une réunion du comité de pilotage de ces accords de Brazzaville et nous avons signé l'arrêté mettant en place la commission de suivi de l'accord. Cette commission comprend des représentants de la communauté internationale, ce qu'ils appellent le G8-RCA, de la présidence, du Conseil national de transition, du gouvernement, de sept groupes armés, etc.", explique Mahamat Kamoun. "C'est cette commission qui va maintenant mettre en place les organes et les sous-organes aussi bien à Bangui que dans les préfectures, puis les sous-préfectures pour faire respecter l'accord de cessation des hostilités et aussi commencer le travail de réconciliation nationale. Voilà l'agenda que nous avons et il faut aller vite, ça ne doit pas attendre", poursuit-il.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués