NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: une mission officielle auprès de Michel Djotodia?

Par Raphaël Mvogo-Xinhua - 25/08/2014

Ce serait la deuxième du genre et elle aura permis, dit-t-on à Bangui, le déblocage de la formation du nouveau gouvernement de transition

 

Le nouveau gouvernement d'union nationale centrafricain dirigé par Mahamat Kamoun, composé de 31 membres dont trois représentants de l'ex-rébellion Séléka et deux des miliciens anti-Balakas, a vu le jour après une deuxième mission dépêchée par la présidente de transition Catherine Samba-Panza auprès de son prédécesseur Michel Djotodia, leader de l'ex-rébellion Séléka en exil au Bénin. Nommé le 10 août après la démission d'André Nzapayéké et son équipe suite à l'accord de cessez-le-feu du 23 juillet à Brazzaville (Congo), M. Kamoun a dû attendre près de deux semaines pour voir son cabinet dévoilé, après un discours à la nation de la présidente de transition à Bangui. Avec une partie de la classe politique centrafricaine et la société civile, l'ex-Séléka, écartée en janvier dernier du pouvoir qu'elle avait conquis par armes le 24 mars 2013, s'opposait à cette nomination, accusant Mme Samba-Panza de n'avoir pas respecté les clauses du compromis obtenu à Brazzaville, qui prévoyait selon l'ex-Séléka que ce poste lui revienne.

 


© journaldebangui.com
Le porte-parole de la présidence, Anicet Guiyama Massogo
Selon Xinhua, pour sortir de l'impasse, il a fallu dépêcher une nouvelle mission officielle comprenant le porte-parole de la présidence, Anicet Guiyama Mazogo, auprès de Michel Djotodia, révèlent des sources concordantes à Bangui. "Il y avait déjà eu une autre mission auparavant", a affirmé Gervais Lakosso, coordonnateur de la société civile, qui fait le constat d'un "gouvernement pléthorique" de 31 membres, comparativement au schéma de 25 postes qu'aurait prescrit la communauté internationale. "On a constaté une légère amélioration dans les profils des membres du gouvernement. Il y a quelques technocrates, à l'instar du ministre des Finances, Bernard Koumba Bounandélé, un ancien fonctionnaire international qui avait déjà été ministre délégué au Budget dans le gouvernement Tiangaye", a-t-il cependant observé.

Ancien procureur de la République près le tribunal de grande instance de Bangui, le ministre de la Justice Faustin Gabriel Ngodou est aussi présenté comme une figure remarquable de ce cabinet, sur laquelle des espoirs sont fondées pour restaurer la justice sociale dans ce pays aujourd'hui sous coupes réglées, à cause de la guerre. Dans l'ensemble, la moitié du gouvernement Kamoun comporte "des gens qu'on ne connaît pas", selon Gervais Lakosso. Ancien ministre de l'Intérieur, Aristide Sokambi a été promu ministre d'Etat en charge de la Défense. Nommée aux Travaux publics, Marie-Noëlle Koyara, précédemment ministre de l'Agriculture, occupe le même rang. L'on dénombre en outre 27 ministres et deux ministres délégués.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués