DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Opinion: Ave Mme la Cheffe de l'Etat de la Transition

Par Clément De Boutet-M'bamba - 20/08/2014

«C'est la démission de ces deux incompétents qui est à l'origine de votre arrivée au palais de la renaissance »

 

Oui, Cheffe de l'état de la transition est légalement votre titre et l'unique appellation à laquelle vous avez droit. Mais comme les autres détails, vous laissez votre entourage et certains courtisans vous donnez du « Madame la Présidente » et ceci, en flagrante violation de la Charte Constitutionnelle de Transition. Sous d'autres cieux, cela aurait donné lieu à un rappel à l'ordre ou tout simplement à un processus d'empeachement. Est-ce cette illusion d'optique qui vous fait croire que vous êtes une Présidente normale, classique ?

Bien que je sois convaincu que vous êtes confortablement assise en 1ère classe dans le train qui vous conduit inéluctablement vers votre sortie rapide de l'histoire politique de la RCA, je ne puis m'empêcher d'observer ce que vous faites et d'y apporter ma contribution par mes observations aussi régulièrement que cela me sera possible.

Entre nous, depuis qu'ils vous ont humilié à Malabo, je me disais que la fauve blessée que vous êtes devenue, prépare sa vengeance et même s'il faut brûler la république, vous vous vengerez d'une manière ou d'une autre. Vous avez envoyé le quai d’Orsay, Brazzaville, N'Djamena et tous les diseurs de Bonaventure balader. Seule, sans armée, sans argent, vous avez décidé et Kamoun est sorti de votre chapeau. Maintenant que vous avez votre vengeance, peut-on parler de la suite ?

Dans deux mois vous sortirez définitivement de l'histoire politique de la RCA, vous avez l'occasion de bien finir. Alors soignez votre sortie.
Clément De Boutet-M'bamba


Mme la Cheffe de l'état de la Transition,
Ils étaient à Libreville, ont signé avec Bozizé, sont arrivés dans la foulée à Bangui. Certains de leurs chefs ont pris des responsabilités dans le gouvernement de Tiangaye. Leur Chef a prétexté une maladie pour quitter Bangui. Vous savez, celui qui vous a nommé Maire de Bangui. Il a fait le tour du monde, est rentré à Bangui et avec ses amis, se sont auto-kidnappés à Sibut. C'était le début de la fin du règne des ouvriers. Nous étions en mars 2013. Ils ont pris le pouvoir et jamais de mémoire de petit-fils de Karnou, autant de sang n'a coulé en Centrafrique. Jamais de mémoire de Centrafricain un pillage d'une telle envergure n'a eu lieu. Étalant au grand jour leur incompétence et excellant dans les atteintes aux droits humains, ils durent quitter le pouvoir et, il faut le mentionner que c'est la 1ère fois dans l'histoire africaine que d'autres Chefs d'état s'accordent et exigent la démission d'un Président et d'un Premier Ministre pour INCOMPETENCE.

C'est la démission de ces deux incompétents qui est à l'origine de votre arrivée au palais de la renaissance. Depuis votre élection, le résidu de ces incompétents n'a cessé de vous faire un chantage. Le matin c'est votre démission, à midi c'est la partition et le soir, les accords verbaux de N'Djamena.

Il y a 72 heures, malgré nos observations, vous avez choisi de nommer le Directeur de Cabinet de leur Chef, votre conseiller spécial comme Premier Ministre. Vous avez non seulement pris un Seleka, mais vous vous êtes débrouillé pour qu'il soit musulman et ressortissant d'une de ces préfectures supposées abandonnées par la République. Le tiercé gagnant. Vous croyez bien faire mais voilà que ces derniers, après vous avoir snobé lors de votre excursion de Brazzaville, vous font encore un bras d'honneur en annonçant ne pas participer au gouvernement.

Mme la Cheffe de l'état de la Transition, à Brazzaville, votre hôte les a copieusement arrosé afin de ne pas perdre la face et d'obtenir sa cérémonie de signature. Mais on le sait tous, vos caisses sont vides, donc vous ne les arroserez pas. Ce énième chantage de la part de ces criminels que vous refusez de considérer comme tels et qui sont entrain de vous entraîner avec eux dans leur crématorium politique, n'est fait que pour avoir une grosse part du gâteau. La technique Seleka que l'on ferait bien de codifier et d'enseigner dans les instituts d'études politiques est désormais connue : Viser Mars pour Obtenir le sommet du Kilimandjaro. Céderiez-vous encore à ces caprices ? Il est vrai que vous prétendez être leur maman et qu'aimante comme vous semblez l'être, vous les cajolerez de cadeaux. Mais une maman aimante doit aussi savoir réprimer. Ce énième chantage de vos enfants les Seleka doit servir à les isoler totalement sur la scène internationale car déjà à Brazzaville, ils avaient agacé la diplomatie régionale et africaine par leur chantage à la partition. Mais en brisant le lien avec cette communauté internationale lors de votre onewoman show du samedi 09 août, pourriez-vous encore animer une diplomatie permettant d'isoler les Seleka puis d'organiser la réunification territoriale du pays, préalable indispensable à la mise en route d'une véritable transition ?

Mme la Cheffe de l’État de la Transition,
En définitive, avant que le prochain dialogue politique ne vous débarque dans deux mois comme Djotodia et Tiangaye, les pages de l'histoire immédiate de la RCA seront écrites en premier lieu par vous. Soit vous cédez une fois encore en permettant aux experts centrafricains du chantage d'obtenir ce qu'ils veulent à savoir les fameux ministères régaliens : Défense, Mines, Affaires étrangères, Intérieur, Finances...ou vous faites le choix de la République en disant STOP aux chantages et en engageant résolument le Centrafrique vers la renaissance dont l'étape première est la réunification territoriale du pays, je le répète. J'ose espérer que vous n'avez pas dit non à la communauté internationale (sic) pour dire OUI aux Khmers rouges centrafricains, ce serait le comble.

En ce 13 août qui marque l'indépendance de ce qui reste du Centrafrique originel, choisissez la République. Choisissez KARNOU et tous ceux dont le sang n'a cessé de couler depuis que naquît le rêve républicain. Vous n'êtes pas seulement la maman des Seleka et des antibalaka. Vous êtes aussi la maman du réfugié centrafricain de Brazzaville, de N'Djamena, de Douala, de Bangui-Mpoko, de Saint Joseph à Bambari. Vous êtes la maman des 200.000 centrafricains décédés en 20 mois de crise. Vous êtes la maman du lycéen de Mobaye qui n'a pu passer son bac et celui de Mbres qui n'a pu avoir une année scolaire normale.

Faire le choix de la République, c'est aussi instruire votre nouveau Premier Ministre afin qu'il vous propose un gouvernement vidé de vos cousins, cousines, filleules et amis. Mais aussi un gouvernement dans lequel ceux qui ont pris des armes ne devront pas figurer. Idem pour les vendeurs d'illusion qui gravitent dans l'espace autour de vous et qui s'agitent depuis la désignation de Kamoun.

Dans deux mois vous sortirez définitivement de l'histoire politique de la RCA, vous avez l'occasion de bien finir. Alors soignez votre sortie.

 

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués