SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Centrafrique: un sous-préfet retenu prisonnier au Tchad

Par Par Julien BELA-centrafrique-news-express - 14/08/2014

Lucien Mbaïgoto, sous-préfet de Markounda, n’est pas revenu de son périple tchadien où, il est allé demander à ses administrés centrafricains de rejoindre leur pays, la frontière étant close

 

Suite à une attaque meurtrière des peulhs dans la sous-préfecture de Markounda, la majorité de la population, y compris le sous-préfet ont fui au Tchad. Une fois le calme revenu dans la région de Markounda, le Sous-préfet Lucien Ngaïgoto est revenu prendre son poste. Ne pouvant administrer le vide, il s’est vu obligé d’aller exhorter la population à revenir au bercail, dans leurs maisons respectives. Il a entrepris une campagne de sensibilisation des populations sur le territoire tchadien afin qu’elles reviennent dans leur pays.

 


© centrafrique-news-express
image d'illustration
Il se trouve qu’après la visite du Président tchadien Idriss Déby-Itno dans les localités de Gorée et autres, le gouvernement tchadien a décidé de fermer ses frontières avec la RCA. Malheureusement, le Sous-préfet Lucien Ngaïgoto se trouvait encore sur le territoire tchadien. Il sera arrêté avec le Secrétaire général de la Sous-préfecture par les Forces Armées Tchadiennes déployées pour veiller sur la fermeture des frontières. Depuis lors, ils sont transférés à l’intérieur du Tchad et placés en résidence surveillée.

Aucun effort notable afin de les sortir du pétrin, n’a été enregistré de la part du gouvernement centrafricain. Et Nzapayéké et ses ministres s’en vont abandonnant un Sous-préfet et le Secrétaire général de la Sous-préfecture à leur triste et sinistre sort. Les parents, amis et connaissances n’ont que les yeux pour pleurer. Ni le gouvernement Nzapayéké, ni lui en tant que Premier ministre, ni le ministre des Affaires Etrangères, ni celui de la Sécurité Publique, encore moins celui de l’Administration du territoire, personne n’a été en mesure de dénouer cette crise.

Un Centrafricain est un Centrafricain où qu’il se trouve, pire encore, s’il est en difficulté, il doit compter sur le gouvernement de son pays au même titre que les Américains, les Français, les autres pays veillent sur leurs compatriotes. En RCA, chaque Centrafricain se débrouille par lui-même, tant pis pour lui s’il a des contentieux sous d’autres cieux. Même la présidente Catherine Samba-Panza n’a pas saisi son homologue tchadien pour obtenir la libération de ses représentants à Markounda. Ça alors !

 

 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Contact

Par Aragon

15/08/2014 13:51

I would like to get in touch with the journalist that did this investigation, I have more information

Contact

Par Aragon

15/08/2014 13:58

I would like to contact either the editor of the journal or the journalist who the piece, I have useful information

@ aragon

Par famoundjou

16/08/2014 18:03

voici ce que tu a mis (je voudrais entrer en contact avec le journaliste qui avait fait cette investigation,j,ai plus d,information) d,accord entre en contact avec la police centrafricaine pour l,aider.car ce n,est pas pour rien que monsieur DEBY a nommer BABA LADE comme prefet juste a la frontiere,les accords de la ceeac prevoit la libre circulation des biens et des personnes,pourquoi ouvrir la frontiere et fermer juste quand ce compatriote a mis pids au tchad? il a aussi une famille qui souffre le ministere des affaires etrangeres doit entrer en contact avec l,ambassade du tchad pour la liberation de ce compatriote.

les tchadiens ont toujours nier l,engagement dans cette crise centrafricaine.vous creer un genocide en rca vu que 80% a 90% des mercenaires engages sont des tchadiens et soudanais qui tuent en toute impunite.et je suis surprit que tu a des informations sur le compatriote,ce n,est un secret pour personne que avant la formation du gouvernement SELEKA DE KANOUN,a DJAMENA vous avez deja le nom de certains ministres selon ALWIDHAINFO.COM le site proche de DEBY,des consultations sont deja tres loin ADRIEN POUSSOU LE MINISTRON DE NDOTODIA AU MINISTERE DE L,INFORMATION ET CHARLES AMHED DOUBANE AUX AFFAIRES ETRANGERES,monsieur DOUBANE EST UN DIGNE FILS DU PAYS IL N,A QU,A BIEN REFLECHIR AVAT DE SE JOINDRE A CETTE NEBULEUSE TERRORISTE QUI EST EN TRAIN DE CHANGER DE STRATEGIE,car la france qui les a donner le pouvoir est en train de les reconduir sous une autre forme.vous etes du mauvais cote de l,histoire et vous n,entrerez jamais dans le coeur des centrafricains,rejoingnez vos freres de L,IASS en IRAK OU EN SYRIE,jamais nous ne seront un emirat islamique.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués