ECONOMIE ET BUSINESS  |    

RCA: sans pasteurs nomades pas de viande à Bangui

Par Sylvestre Krock/AA - 13/08/2014

Le départ des éleveurs peulhs, chassés par les violences a accentué la crise et le manque de protéines animales

 

La viande bovine très prisée par les Centrafricains, manque désormais les assiettes à Bangui, sur fond de la crise politique et intercommunautaire. Les proximités des commerces de boissons et autres lieux de loisirs locaux n’offrent plus l’odeur alléchante des méchouis de viande de bœuf, car les « chouiateries » (nom des points de grillades de la viande de bœuf présentée en petits morceaux et mangée debout, pimentée avec du bâton de manioc) se comptent désormais sur les doigts de la main. Sur le marché, les ménages se plaignent: « on ne peut plus manger à notre faim dans ce pays », déplore Dayo Marlène rencontrée devant boucherie, au marché central de Bangui. " Le kilogramme de viande qui se vendait à 1000 Francs Cfa (2 usd) s’achète aujourd’hui au triple de son prix", s'énerve-t-elle. « L’alternative, c’est de changer d’habitudes alimentaires. Voilà ce que j’ai fait pour m'arranger. Beaucoup de légumes, de poissons et poulets congelés... L’essentiel c'est que les enfants trouvent à manger», note pour sa part Rose Mandiobé, qui arrive à composer avec cette pénurie.

 


© aa.com.tr
image d'illustration
Depuis quelques temps, la pénurie de la viande de bœuf en Centrafrique en général et à Bangui en particulier a pris une propension inquiétante. Dr. Patrick Ningata-Djida, directeur général de la Société d’Etat de gestion des abattoirs (SEGA) ne cache d'ailleurs pas son inquiétude : « nous risquerons de perdre durablement la principale source d’approvisionnement en protéine animale si nous ne nous réconcilions pas » a-t-il exprimé lors d’un entretien. Les raisons de cette pénurie de viande de bœuf sont à rechercher dans la connotation intercommunautaire de la crise que traverse la RCA. La filière bovine d’un potentiel d’environ 4 millions de têtes de bœufs a toujours constitué un monopole de la communauté peulhs Mbororo de confession musulmane.


Les statistiques ne sont guère rassurantes, au fait. « Depuis le 5 décembre 2013, la courbe d’abattage au niveau de la société d’Etat de gestion des abattoirs est en perte de vitesse. A titre d’exemple, la consommation moyenne journalière qui est de deux cent bœufs, a chuté à vingt-cinq bœufs actuellement. Cela constitue un déficit grave pour la consommation » a informé Dr. Ningata. Il s’est alors avéré que ces pasteurs nomades, composante ethnique à part entière de la société centrafricaine depuis l’indépendance ont été pris à parti dans les violences intercommunautaires. A Boali, Yaloké, Bossembélé, au Pk 13 de Bangui et dans bien d’autres régions, les campements peulhs ont été attaqués par la population non musulmane assimilée aux anti-balaka (milices de confession chrétienne) qui ont tué, incendié des huttes et décimé le bétail.

Les 1300 peulhs du Pk 13 de Bangui transférés vers Bambari, Kabo et Sido (nord) ont malheureusement été sans troupeaux parce qu’il n’en existait plus. Le butin a été comrcialisé entre mars et mai dernier sur les marchés de Bangui, sous forme de viande fumée appelé « charmouta » .

Aujourd’hui encore, le phénomène des abattages clandestins demeure l’apanage d’un réseau de voleurs de bétail qui persistent à traquer les éleveurs, là où ils sont. « nous déplorons le fait que plsuieurs marchés sont ravitaillés par des produits clandestins, ce qui constitue un danger pour la population. Nous invitons tous ces bouchers qui ont trouvé d'autres moyens pour s'approvisionner en bétails de respecter les règles élémentaires de l'hygiène, en vue de présenter des produits sains aux consommateurs", a lancé Ningata-Djida. De nombreux peulhs Mbororo à vocation pastorale ont choisi de s'exiler avec leurs troupeaux dans les pays voisins. Les Groupements d’intérêts pastoraux (GIP), unités de développement du secteur d’élevage à la base, naguère fonctionnels dans les quatre communes d’élevage du pays n’existent plus.

L’Association nationale des bouchers centrafricains (ANBC) et l’Union des bouchers centrafricains (UBCA) ont été frappées de plein fouet par la désorganisation de la filière bovine. « Sur 4500 bouchers adhérents et 9000 aide-bouchers, aucun membre n’est aujourd’hui en mesure de participer à la vie de notre association », a déclaré Jean Paul Bale, président de l’ANBC. Dans le souci d’éviter la rupture totale de l’approvisionnement de la ville de Bangui en viande de bœuf, le ministère en charge de l’élevage a pris des initiatives en vue de permettre aux commerçants de bétail et aux rares bouchers qui tiennent encore le cap d’aller à la rencontre des éleveurs. « Les conséquences sont vraiment énormes sur la population qui peine aujourd'hui à accéder à la protéine animale d'origine bovine, vu que le prix a augmenté à 200%. La viande de bœuf est devenue un produit de luxe », a affirmé Dr. Ningata. Avec l’appui des partenaires au développement, le gouvernement centrafricain a initié un " Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire et nutritionnelle" (PNISAN), dans le but non seulement de promouvoir l’élevage dans toute sa diversité, mais aussi d’inciter à l’émergence d’une classe de fermiers sédentaires exerçant dans le secteur de l’élevage bovin moderne .

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués