DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: une nomination qui ne soit «de nature à abréger la souffrance» du peuple

Par Jean Olohou - 11/08/2014

Le CNC lancé à Paris, il y a deux mois, ne semble pas trop emballé par le choix porté par Catherine Samba-Panza sur Mahamat Kamoun pour conduire le futur gouvernement centrafricain

 


© journaldebangui.com
Jean-Pierre REDJEKRA, (micro) un des animateurs du Conseil national centrafricain (CNC)
«Le Conseil national centrafricain (CNC) prend acte de la nomination du nouveau Premier Ministre, qui relève strictement des prérogatives reconnues à la Présidente de la Transition. Cependant, le CNC estime que celle-ci doit tenir compte des aspirations et des blessures du peuple centrafricain», peut-on lire dans un communiqué parvenu à Afrique Connection. Ce mouvement lancé à Paris, il y a environ deux mois par Vincent Mambachaka, Jean-Pierre Redjekra, Valerie Blandine Tanga, et Jean-Pierre Mara, dit en effet « craindre que le choix de la Présidente n'est pas de nature à abréger la souffrance de son peuple ». Les animateurs du CNC fondent leur appréhension sur le fait qu'il y a eu « des réserves formulées par les observateurs de la vie centrafricaine »

Les animateurs du CNC de conclure : « considérant la crise sans précédent que traverse la République Centrafricaine, le choix des acteurs de la transition doit tenir compte de l'engagement et des recommandations des partenaires et de la Communauté internationale au chevet du peuple Centrafricain. »

La Centrafrique est en proie à une crise sociopolitique qui a fait plus des milliers des morts en plus d'un an. Quelques jours après les accords de Brazaville stipulant une cessation des hostilités, la Présidente Catherine Samba-Panza a poussé son Premier ministre André Nzapayéké à la démission. Dimanche, elle l'a remplacé par son Directeur de cabinet, Mahamat Kamoun, appartenant à la minorité religieuse musulmane; une première depuis l'indépendance en 1960. Pour tenter de réconcilier le pays avec son passé, il est annoncé la présence des groupes armés de l'ex-Seleka et des anti-balaka est dans le prochain gouvernement.

 

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués