NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: une guerre de clan au sein du mouvement Séléka?

Par journaldebangui.com et autres médias - 08/08/2014

La présidence de la République Mme Catherine Samba Panza ne considére que le Général Mohamed Moussa Dhaffane comme interlocuteur officiel

 

Selon l’Agence Anadolu, le Général Mohamed Moussa Dhaffane, censuré par la Séléka a bravé, jeudi, 07 août dans un communiqué, sa suspension, des instances dirigeantes de l’ex-Coalition centrafricaine Séléka en tant que son deuxième vice-président, par plusieurs dirigeants du mouvement. Dans ledit communiqué de jeudi, Dhaffane n’évoque pas sa suspension mais réitère en revanche, au nom de la Séléka, l’engagement fait par le mouvement dans le cadre des Accords de Brazzaville que certains dirigeants Seleka, notamment le premier vice-président Noureddine Adem, récusent. « [la Séléka] reste toujours engagée dans le processus de paix, de pacification du pays et de réconciliation nationale, » et « entend respecter et faire respecter la déclaration de Brazzaville du 23 juillet 2014, conditionnant l’application de l’Accord de cessation des hostilités », indique le communiqué signé par Dhaffane.

 


© droits réservés
Quand aura-t-on enfin la paix?
Commentant la décision de suspension de Dhaffane, le Capitaine Amat Nedjad Ibrahim a déclaré, jeudi, à Anadolu que « la base n’est pas d’accord avec cette décision illégale. Les membres de la Coordination avaient été récemment élus par l’Assemblée générale de Birao (nord de RCA). A ce titre, il n’y a qu’une autre assemblée générale pour les sanctionner ».

Dans la même optique, la présidence de la République Catherine Samba Panza a donné, mercredi, sa position qui est celle de ne considérer que le Général Mohamed Moussa Dhaffane comme interlocuteur officiel, tant que c’est ce dernier qui a signé l’Accord de cessation des hostilités le 23 juillet dernier à Brazzaville au nom de la Séléka.

Dhaffane avait présidé en juillet la délégation Séléka au Forum du dialogue inter-centrafricain qui s’est tenu à Brazzaville et qui a débouché sur un accord de cessation des hostilités (qui porte le nom de la capitale congolaise) entre les différents acteurs de la crise centrafricaine. La suspension de Dhaffane en tant que 2e vice-président mais surtout en tant que chef de la délégation Séléka au forum vient toutefois remettre en question l’accord de Brazzaville. Selon des observateurs, elle ouvre également la porte à une guerre de clan au sein du mouvement Séléka susceptible de compromettre les efforts de paix consentis par la communauté internationale pendant une année.

 

 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Du n importe quoi,ils ont trouve le pays et les gens pour se donner cette importance grace à hollande ,ledrian deby,onu

Par PATRICK

08/08/2014 16:12

CE MOUVEMENT NE DEVRAIT MEME PAS EXISTER CAR LEUR PLACE SI LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE FRANCE ONU ETAIENT CORRECTES?ILS SERAIENT DERRIERE LES BARREAUX;COMME ILS TRAVAILLENT TOUS ENSEMBLE?LE PEUPLE CENTRAFRICAIN PAIE SOUS L OEIL INDIFFERRENT DE CETTE COMMUNAUTE INTERNATIONALE QUI LUI IMPOSE DES CHOSES AUJOURD HUI;LA GUERRE EST OUVERTE?ILS VEULENT LA PAIX?C EST UNE GUERRE QUE LA COMMUNAUTE INTERNATIONNALE NOUS OBLIGE A POURSUIBRE

Centrafrique: une guerre de clan au sein du mouvement Séléka?

Par Nomzamo

09/08/2014 22:54

Que ces barbares entre-tuent entre eux et la JUSTICE s'occupera du reste. Voilà des criminels que la procureur du CPI, une fatou ben machin doit s'en occuper et qui se cache sous la jupe de la france qui a créé ces monstres sélékas armés jusqu'au dent qui continuent de narguer les Centrafricains que cette france a désarmé à travers le refus de réarmement des FAC. En plus, ce sont ses frères musulmans. Quelle honte?

commentaire

Par adam

10/08/2014 13:22

je suis vraiment déçu,ému de voir les leaders d'une même coalition s'entre déchire tout le temps.
par ailleurs, chaque décision qui sera prise au nom de la seleka doit obligatoirement passer par une consultation de l'organe politique et militaire.La seleka doit mettre à cote leurs différends personnels et de tenir compte de l'intérêt général de la coalition et quant aux criminels antibalakas et leurs complices français, Misca hors mis les Burundais, votre joie est de courte durée car cette coalition s'organisera et personne ne peut semer des zizanies entre ses leaders dignes de foie et que Dieu les protège la seleka et ses hommes.
Amen

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués